Save the Children Canada

Save the Children Canada

20 nov. 2006 06h01 HE

Journée nationale de l'enfant : « À leur propre façon »

Les enfants canadiens demandent que cesse la violence dans leur vie

Attention: Affectateur, Rédacteur municipal, Directeur général et de l'information TORONTO, ON, NEWS RELEASE--(CCNMatthews - 20 nov. 2006) - La violence contre les enfants est une réalité quotidienne pour des millions d'enfants dans chaque région du monde. Alors que les Canadiens marquent la Journée nationale de l'enfant (pour commémorer l'adoption de la Convention des Nations Unies relative aux droits de l'enfant), les jeunes à travers le Canada se prononcent contre l'omniprésence de la menace de violence qui les prive de leurs droits fondamentaux.

Leurs voix ont été traduites dans un nouveau rapport publié aujourd'hui par Aide à l'enfance Canada, UNICEF Canada, le centre pour les droits des enfants de l'université du Cap-Breton, et le Canadian Council of Provincial Child and Youth Advocates. Le rapport intitulé « Seen, Heard and Believed: What Youth Say about Violence » et le rapport qui l'accompagne intitulé « Youth and Children Condemn Violence in Society » rappellent de façon éloquente la violence directe contre les enfants au Canada.

Ethan (âgé de 15 ans), qui a contribué aux rapports, déclare ce qui suit : « La violence émotionnelle blesse réellement. Bien sûr, ce n'est pas la même chose que la violence physique. La violence physique se produit rapidement. La violence émotionnelle prend plus de temps. Les deux violences blessent et vous laissent des cicatrices… je pense qu'il y aura toujours de la violence mais nous devons continuer à rappeler aux gens à quel point la violence blesse ».

Comme les rapports l'indiquent clairement, les enfants sont en mesure de proposer des solutions afin de réduire les effets de la violence. Les rapports illustrent de façon convaincante que les représentants élus doivent allouer plus de fonds pour des programmes d'éducation parentale, de développement de communautés conviviales pour les enfants, appuyer des initiatives et des projets dirigés par les enfants ainsi que des programmes de formation dans les écoles et les institutions sur les droits des enfants. Les investissements dans de tels programmes se sont avérés efficaces pour réduire la violence communautaire et familiale et habiliter les enfants à influencer eux-mêmes le changement.

« J'estime que tous ont le devoir de protéger les enfants contre la violence et que cette responsabilité doit être maintenue et honorée par notre gouvernement canadien, nos familles, nos communautés, les forces policières, les médias et, ce qui est plus important encore, par les jeunes eux-mêmes! » a déclaré Chelsea, une étudiante universitaire d'Ottawa (âgée de 19 ans).

« Il est important que nous ne percevions plus les enfants uniquement comme des victimes de violence, mais comme des participants actifs à la recherche de solutions réelles pour en finir avec la violence », de déclarer David Morley, président et chef de la direction d'Aide à l'enfance Canada.

Toutes les organisations ayant contribué aux rapports militent en faveur du droit des enfants et des jeunes de participer. Il faut un mécanisme fédéral, comme un commissariat à l'enfance, pour assurer la protection des enfants et leur permettre de participer plus directement à la création et à la surveillance des systèmes mis en place pour les protéger contre la violence.

« Les enfants que nous avons entendus nous donnent de l'espoir », a dit Nigel Fisher, président et chef de la direction d'UNICEF Canada. « Ils veulent mettre fin au cycle de violence et ils sont pleins de bonnes idées sur les moyens d'y arriver. Des idées si bonnes que nous devrions respecter ce qu'ils disent qu'ils désirent le plus - être écoutés. »

Keysha, âgée de 18 ans, a récemment participé au lancement en octobre 2006 de l'étude des Nations Unies comme membre de la délégation du gouvernement canadien. « La violence doit cesser. Pour que cela se produise, nous devons écouter les enfants et les jeunes, parce que ce sont eux qui subissent la violence et nous sommes les meilleures personnes pour vous en parler. »

Aide à l'enfance Canada travaille depuis plus de 85 ans à améliorer la qualité de vie des enfants en les aidant à faire reconnaître leurs droits. L'UNICEF est le chef de file mondial des droits des enfants, travaillant dans 156 pays et territoires afin de sauvegarder, de protéger et d'améliorer la vie des filles et des garçons. L'organisation Canadian Council of Child and Youth Advocates est une alliance canadienne de groupes de défense des droits des enfants désignés par cinq provinces et travaille à s'assurer que les enfants et les jeunes soient traités avec dignité, tolérance, respect et équité. Le centre pour les droits des enfants de l'université du Cap-Breton fut fondé en 1995 à fin de recherche, de formation académique et d'éducation des droits d'enfants. L'objectif principal du centre a été le développement et l'évaluation des matériaux éducatifs sur les droits des enfants.

- 30-
Note :
Les jeunes dont les noms suivent sont disponibles pour des entrevues sur leur travail visant à réduire la violence dans le monde autour d'eux :

Keysha (18 ans), Toronto : Keysha a participé au Summer of Opportunities Leadership Programme où elle a été une participante active à des groupes de réflexion et à des conférences portant sur la violence contre les enfants. Keysha a un intérêt personnel dans l'art des images d'expériences vécues - une technique pour aider les enfants qui ont été victimes de violence.

Ethan (15 ans), Vancouver : Ethan a participé à l'étude sur la violence comme membre de groupes de réflexion et a contribué au rapport intitulé « Seen, Heard and Believed » . Il a rencontré des enfants dans la communauté pour obtenir leurs commentaires au moyen de dessins et d'art graphique pour le rapport. Ethan est de Toronto.

Fathia (18 ans), Toronto : Fathia a participé au lancement international de l'étude des Nations Unies en octobre 2006. Elle était membre du Culture of Peace Committee de son école secondaire, de la Campagne du ruban blanc, de la campagne d'aide aux victimes du tsunami et de la Foster a Child Campaign. Elle a participé aux consultations régionales dans le cadre de l'étude, et à des activités médiatiques par l'entremise de divers sites Web et d'initiatives de levée de fonds.

Chelsea (19 ans), Ottawa : Chelsea a participé aux consultations pour l'étude des Nations Unies. Chelsea a créé une charte pour les jeunes dans sa communauté. Elle est maintenant en 2e année d'études à l'Université Carleton en double concentration en droits de la personne et en droit international.

Pour obtenir une entrevue avec un jeune ou avec n'importe quel contributeur des rapports, veuillez communiquer avec :
Sue Rooks
Communications Coordinator
Save the Children Canada

/Renseignements: www.savethechildren.ca/ IN: ÉDUCATION, JUSTICE, POLITIQUE, SOCIAL

Renseignements

  • Sue Rooks, Communications Coordinator, Save the Children Canada
    Numéro de téléphone: 416-221-5501 poste 305
    Numéro de téléphone secondaire: 416-346-1310
    Sans frais: 800-668-5036
    Courriel: srooks@savethechildren.ca