Congrès du travail du Canada

Congrès du travail du Canada

23 oct. 2005 08h59 HE

Justice retardée, justice refusée

Le mouvement syndical canadien estime qu'il est temps de légiférer sur l'équité salariale Attention: Affectateur, Rédacteur financier , Directeur général et de l'information, Rédacteur à l'international, Rédacteur aux affaires politiques et gouvernementales OTTAWA--(CCNMatthews - 23 oct. 2005) - Le Congrès du travail du Canada rejette l'affirmation du gouvernement fédéral qu'il faut plus de temps pour étudier et consulter avant d'adopter une loi efficace sur l'équité salariale.

« Combien de fois les travailleuses devront-elles se répéter? Quel problème y a-t-il à rémunérer les femmes équitablement pour leur travail et le temps qu'elles passent loin de leur famille? Qu'est-ce que ces gars-là ne comprennent pas? », demande Barbara Byers, vice-présidente exécutive du Congrès du travail du Canada.

Actuellement, environ 40 % de la main-d'oeuvre canadienne est protégée par une législation sur l'équité salariale par le biais de lois en vigueur en Ontario et au Québec. Toutefois, la reconnaissance du droit des femmes à un salaire égal dans les établissements de juridiction fédérale continue de se buter à des obstacles.

Dans une lettre adressée à la présidente du Comité permanent de la condition féminine de la Chambre des communes, les ministres responsables de concrétiser l'équité salariale affirment que la terminologie utilisée dans le rapport du Groupe de travail sur l'équité salariale est trop complexe. C'est une excuse que madame Byers trouve risible.

« Apparemment, des mots comme "établissement" posent un obstacle de taille à certains avocats du ministère de la Justice, et "les obligations des employeurs et des syndicats" confondent les fonctionnaires du ministère du Travail. Si vous y croyez, je vous invite à surfer sur les énormes vagues de la Rivière Saskatchewan Sud », conclut-elle.

Le Comité de la Chambre des communes a demandé de déposer un projet de loi avant la fin octobre suivant les recommandations du Groupe de travail du gouvernement sur l'équité salariale - qui constitue en soi une consultation exhaustive.

Madame Byers est d'avis que les recommandations du Groupe de travail sont suffisamment claires. Elles représentent ce que veulent les femmes et constituent le minimum auquel tout membre de la population active devrait pouvoir s'attendre de son gouvernement - le respect de ses droits en tant qu'être humain.

« Les ministres doivent honorer leurs promesses et présenter maintenant une loi sur l'équité salariale. Nous avons eu des consultations, des études et mêmes des auditions d'un comité parlementaire. Que leur faut-il de plus? », demande-t-elle.

Le Congrès du travail du Canada, voix nationale du mouvement syndical, représente 3 millions de travailleuses et travailleurs canadiens. Le CTC réunit les syndicats nationaux et internationaux du Canada, les fédérations provinciales et territoriales du travail et 137 conseils du travail régionaux. Site web : www.congresdutravail.ca IN: ÉCONOMIE, FINANCE, TRAVAIL, POLITIQUE, SOCIAL

Renseignements

  • Jeff Atkinson, Service des Communications, Congrès du travail du Canada
    Numéro de téléphone: 613-526-7425
    Numéro de téléphone secondaire: 613-863-1413
    Courriel: communications@clc-ctc.ca