Banque Scotia
TSX : BNS
NYSE : BNS

Banque Scotia

26 août 2014 06h04 HE

La Banque Scotia annonce un bénéfice de 2,4 milliards de dollars, soit 1,8 milliard de dollars abstraction faite d'un profit notable, et accroît son dividende trimestriel pour Q3

TORONTO, ONTARIO--(Marketwired - 26 août 2014) - Banque Scotia (TSX:BNS)(NYSE:BNS)

Sauf indications contraires, tous les montants sont en dollars canadiens et se fondent sur les états financiers consolidés intermédiaires résumés de la Banque pour le trimestre clos le 31 juillet 2014 et sur les notes connexes préparés selon les Normes internationales d'information financière (IFRS). Le rapport aux actionnaires du troisième trimestre de 2014 et le rapport d'informations financières supplémentaires sont disponibles à la page Relations avec les investisseurs au www.banquescotia.com.

Pour de plus amples renseignements sur la Banque, notamment sa notice annuelle, il y a lieu de consulter le site Web de SEDAR au www.sedar.com et la section EDGAR du site Web de la SEC au www.sec.gov.

Résultats financiers du troisième trimestre (par rapport à ceux de T3 2013)

  • Bénéfice net de 2 351 millions de dollars, en hausse de 35 % par rapport à 1 747 millions de dollars
  • Bénéfice dilué par action de 1,85 $, en hausse de 36 % par rapport à 1,36 $
  • Bénéfice tenant compte d'un montant de 555 millions de dollars, soit 0,45 $ par action, tiré d'un profit à la vente de la majeure partie de la participation de la Banque dans CI Financial Corp. (le «profit notable»)
  • RCP de 20,6 %, par rapport à 17,2 %
  • Ratio de productivité de 47,8 %, par rapport à 51,6 %
  • Dividende trimestriel de 0,66 $ par action ordinaire

Résultats financiers du troisième trimestre (par rapport à ceux de T3 2013) abstraction faite du profit notable et des éléments non récurrents

  • Bénéfice net de 1 796 millions de dollars, en hausse de 8 % par rapport à 1 657 millions de dollars
  • Bénéfice dilué par action de 1,40 $, en hausse de 9 % par rapport à 1,29 $

La Banque Scotia a annoncé aujourd'hui un bénéfice net de 2 351 millions de dollars pour son troisième trimestre, contre 1 747 millions de dollars pour la période correspondante de l'exercice précédent, en hausse de 35 %. Le bénéfice dilué par action s'est établi à 1,85 $, contre 1,36 $ pour la période correspondante de l'exercice précédent et 1,39 $ pour le trimestre précédent. Les résultats du trimestre tiennent compte d'un avantage net de 555 millions de dollars ou de 0,45 $ par action tiré d'un profit à la vente de la majeure partie de la participation de la Banque dans CI Financial Corp. Les résultats du trimestre correspondant de l'exercice précédent avaient bénéficié d'éléments non récurrents de 90 millions de dollars ou de 0,07 $ par action liés aux Opérations internationales. Abstraction faite de ces éléments, le bénéfice dilué par action a totalisé 1,40 $ pour le trimestre, ce qui représente une progression de 9 %.

Le rendement des capitaux propres s'est établi à 20,6 %, contre 17,2 % pour le trimestre correspondant de l'exercice précédent et 16,3 % pour le trimestre précédent. Un dividende de 0,66 $ par action a été annoncé. Il s'agit d'une augmentation de 0,02 $ par action.

«Nous avons enregistré d'excellents résultats pour le trimestre écoulé dans l'ensemble de nos activités et avons bénéficié d'un profit à la vente de notre participation dans CI Financial», a déclaré Brian Porter, président et chef de la direction de la Banque Scotia. «Nos résultats pour les neuf premiers mois de l'exercice nous placent en excellente position pour atteindre nos objectifs financiers annuels.

«Le Réseau canadien a affiché un troisième trimestre solide, comme en témoigne son bénéfice net de 565 millions de dollars traduisant la hausse de 5 points de base de la marge nette sur intérêts, la croissance à deux chiffres des volumes de prêts sur cartes de crédit et de prêts automobiles et la forte croissance des revenus tirés des frais et des commissions. L'augmentation des pertes sur prêts et des charges s'explique essentiellement par l'augmentation de nos volumes.

«Les Opérations internationales ont dégagé un bénéfice de 410 millions de dollars, le solide apport de l'Amérique latine et de l'Asie ayant été contrebalancé par les résultats moins vigoureux aux Antilles et en Amérique centrale. Bien que les marges sur intérêts se soient repliées d'un exercice à l'autre, nous avons récemment noté une amélioration découlant d'une meilleure composition des actifs. La qualité du crédit est également demeurée généralement stable, la hausse de la dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances découlant d'abord et avant tout de la croissance et des acquisitions.

«La Gestion de patrimoine et assurance mondiales a encore dégagé de bons résultats pour le troisième trimestre, comme l'illustre son bénéfice de 846 millions de dollars, compte tenu du profit à la vente de la participation dans CI Financial Corp. La croissance du bénéfice s'explique en grande partie par l'excellente performance qu'ont affichée nos activités de gestion de patrimoine et d'assurance. Les activités de gestion de patrimoine ont bénéficié de la croissance des ventes nettes et de la conjoncture favorable des marchés.

«Les Services bancaires et marchés mondiaux ont dégagé un bénéfice net de 408 millions de dollars. En effet, au Canada, aux États-Unis et en Europe, les activités liées aux services bancaires d'investissement ont affiché des résultats records et celles liées aux titres de capitaux propres et aux services bancaires aux sociétés ont été solides. La qualité du crédit demeure élevée.

«Notre situation de trésorerie est excellente, comme en témoigne notre ratio des actions ordinaires et assimilées de T1 de 10,9 %. Le niveau élevé des fonds propres de qualité est un atout et place la Banque en excellente position en vue d'une croissance future de ses activités.

«L'exécution de notre plan stratégique, qui accorde une grande importance à la qualité de nos relations avec les clients, continuera de propulser la croissance et la livraison de bénéfices stables et prévisibles.»

Faits saillants financiers

Aux dates indiquées et pour les trimestres clos à ces dates Pour les périodes de neuf mois closes les
(non audité) 31 juillet
2014
30 avril
2014
31 juillet
2013 1)
31 juillet
2014
31 juillet
2013 1)
Résultats d'exploitation (en millions de dollars)
Revenus d'intérêts nets 3 150 3 051 2 930 9 206 8 476
Revenus d'intérêts nets (BMEF 2)) 3 155 3 054 2 935 9 217 8 488
Revenus autres que d'intérêts 3 337 2 674 2 585 8 651 7 423
Revenus autres que d'intérêts (BMEF 2)) 3 421 2 755 2 659 8 893 7 646
Total des revenus 6 487 5 725 5 515 17 857 15 899
Total des revenus (BMEF 2)) 6 576 5 809 5 594 18 110 16 134
Dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances 398 375 314 1 129 967
Charges d'exploitation 3 140 2 995 3 003 9 240 8 687
Charge d'impôt sur le résultat 598 555 451 1 628 1 311
Charge d'impôt sur le résultat (BMEF 2)) 687 639 530 1 881 1 546
Bénéfice net 2 351 1 800 1 747 5 860 4 934
Bénéfice net attribuable aux actionnaires ordinaires 2 267 1 699 1 637 5 573 4 595
Performance d'exploitation
Bénéfice de base par action (en dollars) 1,86 1,40 1,37 4,59 3,85
Bénéfice dilué par action (en dollars) 1,85 1,39 1,36 4,57 3,82
Bénéfice dilué ajusté par action 2)(en dollars) 1,86 1,40 1,38 4,61 3,87
Rendement des capitaux propres 2)(en pourcentage) 20,6 16,3 17,2 17,6 16,8
Ratio de productivité (en pourcentage) (BMEF 2)) 47,8 51,6 53,7 51,0 53,8
Marge sur activités bancaires principales (en pourcentage) (BMEF 2)) 2,41 2,42 2,33 2,39 2,31
Données tirées de l'état de la situation financière (en millions de dollars)
Trésorerie et dépôts auprès d'autres institutions financières 49 964 59 758 52 157
Actifs détenus à des fins de transaction 120 407 117 728 101 845
Prêts 418 942 418 864 397 314
Total des actifs 791 509 791 772 742 517
Dépôts 545 339 551 724 507 461
Actions ordinaires 44 236 42 986 38 647
Actions privilégiées 2 934 3 234 4 384
Actifs sous administration 2) 421 944 418 971 360 469
Actifs sous gestion 2) 164 847 158 820 134 642
Mesures du capital
Ratio des actions ordinaires et assimilées de T1 (CET1) (en pourcentage) 10,9 9,8 8,9
Ratio de T1 (en pourcentage) 12,3 11,3 11,0
Ratio total des fonds propres (en pourcentage) 14,1 13,3 13,8
Ratio actifs/fonds propres 16,8 17,9 17,1
Actifs pondérés en fonction du risque - CET1 (en millions de dollars) 3) 307 795 300 155 282 309
Qualité du crédit
Montant net des prêts douteux (en millions de dollars) 4) 1 877 1 941 1 874
Compte de correction de valeur pour pertes sur créances (en millions de dollars) 3 406 3 364 3 213
Montant net des prêts douteux en pourcentage des prêts et des acceptations 4) 0,43 0,45 0,46
Dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances en pourcentage de la moyenne des prêts et des acceptations (annualisé) 0,37 0,36 0,31 0,36 0,32
Données sur les actions ordinaires
Cours des actions (en dollars) (TSX)
Haut 74,93 66,72 60,15 74,93 61,84
Bas 66,18 59,92 55,10 59,92 52,30
Clôture 74,01 66,60 58,01
Actions en circulation (en millions)
Nombre moyen - de base 1 217 1 215 1 198 1 214 1 192
Nombre moyen - dilué 1 225 1 222 1 207 1 221 1 207
Clôture de la période 1 217 1 217 1 203
Dividendes par action (en dollars) 0,64 0,64 0,60 1,90 1,77
Rendement de l'action (en pourcentage) 5) 3,6 4,0 4,2 3,8 4,1
Capitalisation boursière (en millions de dollars) (TSX) 90 083 81 027 69 795
Valeur comptable par action ordinaire (en dollars) 36,34 35,33 32,12
Ratio de la valeur de marché à la valeur comptable 2,0 1,9 1,8
Ratio cours-bénéfice (quatre derniers trimestres) 12,6 12,3 11,5
Autres données 86 949 86 479 86 815 6 )
Effectif
Succursales et bureaux 3 286 3 321 3 338
1) Les montants des périodes précédentes ont été ajustés rétrospectivement afin de refléter l'adoption des nouvelles normes IFRS en 2014 (se reporter à la note 3 afférente aux états financiers consolidés intermédiaires résumés). Les mesures des fonds propres pour 2013 n'ont pas été retraitées pour refléter les nouvelles normes IFRS, puisqu'elles représentent les montants réels de la période aux fins réglementaires.
2) Se reporter plus loin pour obtenir une analyse des mesures non conformes aux PCGR.
3) Au 31 juillet 2014, les facteurs scalaires appliqués pour calculer le ratio des actions ordinaires et assimilées de T1, le ratio des fonds propres de T1 et le ratio total des fonds propres, respectivement, aux fins du calcul des actifs pondérés en fonction des risques pour ajustement de l'évaluation du crédit s'établissaient à 0,57, à 0,65 et à 0,77, respectivement.
4) Compte non tenu des prêts garantis par la Federal Deposit Insurance Corporation (FDIC) liés à l'acquisition de R-G Premier Bank of Puerto Rico.
5) D'après la moyenne des cours les plus hauts et les plus bas de l'action ordinaire pour la période.
6) Les montants ont été retraités aux fins de conformité avec la présentation adoptée pour la période à l'étude.

Énoncés prospectifs. Nos communications publiques comprennent souvent des énoncés prospectifs verbaux et écrits. Le présent document renferme ce genre d'énoncés, qui peuvent également être intégrés à d'autres documents déposés auprès des organismes de réglementation des valeurs mobilières du Canada ou de la Securities and Exchange Commission des États-Unis, ou à toute autre communication. De tels énoncés sont formulés aux termes des règles d'exonération de la loi américaine intitulée Private Securities Litigation Reform Act of 1995 et de toute loi pertinente sur les valeurs mobilières en vigueur au Canada. Les énoncés prospectifs comprennent, notamment, les énoncés formulés dans le présent document, dans le rapport de gestion de la Banque figurant dans son rapport annuel 2013 à la rubrique «Survol - perspectives», à la rubrique «Perspectives» se rapportant à la performance financière du groupe et à la rubrique «Perspectives» de chaque secteur d'exploitation, ainsi que dans tout autre énoncé concernant les objectifs de la Banque, les stratégies qu'elle emploie pour les atteindre, ses résultats financiers prévisionnels (y compris ceux relevant du domaine de la gestion du risque) et les perspectives à l'égard des activités de la Banque et de l'économie du Canada, des États- Unis et du monde entier. On reconnaît habituellement les énoncés prospectifs à l'emploi de termes ou d'expressions comme «croire», «prévoir», «s'attendre à», «avoir l'intention de», «estimer», «projeter», «pourrait augmenter» et «pourrait fluctuer» et autres expressions similaires ainsi que par la conjugaison des verbes au futur et au conditionnel comme «devrait» et «pourrait».

De par leur nature, les énoncés prospectifs comportent de nombreuses hypothèses, des incertitudes et des risques inhérents, tant généraux que spécifiques, ainsi que le risque que les prédictions et autres énoncés prospectifs se révèlent inexacts. La Banque conseille aux lecteurs de ne pas se fier indûment à ces énoncés étant donné que les résultats réels pourraient différer sensiblement des estimations et intentions exprimées dans ces énoncés prospectifs, en raison d'un certain nombre de facteurs importants dont plusieurs sont indépendants de sa volonté. Ces facteurs sont notamment la conjoncture économique et financière au Canada et dans le monde; les variations des taux d'intérêt et des cours du change; les liquidités; une volatilité importante et les interruptions des marchés; le défaut de tiers de respecter leurs obligations envers la Banque et envers les sociétés membres de son groupe; l'incidence des changements apportés à la politique monétaire; les modifications apportées aux lois et à la réglementation au Canada et ailleurs, notamment les changements apportés aux lois fiscales; l'incidence qu'aurait tout changement des notations de crédit attribuées à la Banque; les modifications apportées aux lignes directrices relatives au capital au titre des risques, aux nouvelles directives de présentation de l'information et aux directives réglementaires en matière de liquidités, ou les interprétations qui en sont faites; le risque d'exploitation et le risque de réputation; le risque que les modèles de gestion du risque de la Banque ne tiennent pas compte de tous les facteurs pertinents; l'exactitude et l'exhaustivité de l'information que la Banque reçoit sur sa clientèle et ses contreparties; la mise au point et le lancement de nouveaux produits et services en temps opportun sur des marchés réceptifs; la capacité de la Banque à étendre ses canaux de distribution existants, à en mettre sur pied de nouveaux et à en tirer des revenus; la capacité de la Banque à mener à terme ses acquisitions et ses autres stratégies de croissance et à intégrer les établissements acquis; les modifications des conventions et des méthodes comptables dont la Banque se sert pour présenter sa situation et sa performance financières, y compris les incertitudes entourant les principales hypothèses et estimations comptables (se reporter à la rubrique «Contrôles et méthodes comptables - Principales estimations comptable» figurant dans le rapport annuel 2013 de la Banque, compte tenu des ajouts figurant dans le présent document);
l'incidence de l'application de modifications comptables futures (se reporter à la rubrique «Contrôles et méthodes comptables - Prises de position futures en comptabilité» figurant dans le rapport annuel 2013 de la Banque, compte tenu des ajouts figurant dans le présent document); l'activité sur les marchés financiers mondiaux; la capacité de la Banque à recruter et à conserver des dirigeants clés; la confiance accordée aux tiers qui fournissent les composantes de l'infrastructure commerciale de la Banque; les changements imprévus aux habitudes de dépenses et d'épargne des consommateurs; les changements technologiques; la fraude perpétrée par des tiers en interne ou à l'extérieur de la Banque, notamment par l'utilisation inédite de nouvelles technologies pour commettre des fraudes à l'endroit de la Banque ou de ses clients; le regroupement du secteur canadien des services financiers; la présence de nouveaux concurrents et des concurrents établis; les procédures judiciaires et réglementaires; les cas de force majeure comme les tremblements de terre et les ouragans; l'incidence éventuelle de conflits internationaux et autres événements, y compris les actes terroristes et la guerre contre le terrorisme; les incidences de maladies ou d'épidémies sur les économies locales, nationales ou internationale; les perturbations des infrastructures publiques, notamment les transports, les communications, l'électricité et l'eau; de même que la capacité de la Banque à prévoir et à gérer les risques que comportent ces facteurs. Une grande partie des activités de la Banque consiste à consentir des prêts ou à affecter autrement ses ressources à certains secteurs, entreprises ou pays. Tout événement imprévu touchant ces emprunteurs, secteurs ou pays risque d'avoir une incidence défavorable importante sur les résultats financiers de la Banque, sur ses activités, sur sa situation financière ou sur ses liquidités. Ces facteurs, et d'autres encore, peuvent faire en sorte que la performance réelle de la Banque soit, dans une mesure importante, différente de celle envisagée par les énoncés prospectifs. Pour plus de renseignements, il y a lieu de se reporter à la rubrique «Gestion des risques» figurant à la page 60 du rapport annuel 2013 de la Banque.

Les hypothèses économiques importantes sous-jacentes aux énoncées prospectifs figurant dans le présent document sont présentées dans le rapport annuel 2013 à la rubrique «Survol - perspectives», compte tenu des ajouts figurant dans le présent document, ainsi qu'aux rubriques «Perspectives» de chaque secteur d'exploitation. Ces rubriques «Perspectives» sont fondées sur les opinions de la Banque et leur réalisation est incertaine. Le lecteur est prié de tenir compte des facteurs susmentionnés à la lecture de ces rubriques.

La liste des facteurs importants énoncés ci-dessus n'est pas exhaustive. Lorsqu'ils se fient à des énoncés prospectifs pour prendre des décisions à l'égard de la Banque et de ses titres, les investisseurs et les autres personnes doivent se pencher diligemment sur ces facteurs, ainsi que sur d'autres incertitudes et éventualités. La Banque ne s'engage pas à mettre à jour les énoncés prospectifs verbaux ou écrits qui peuvent être faits de temps à autre par elle ou en son nom.

Le lecteur trouvera d'autres renseignements sur la Banque, y compris sa notice annuelle, sur le site Web de SEDAR, au www.sedar.com, ainsi que dans la section EDGAR du site Web de la SEC, au www.sec.gov.

Principaux faits saillants commerciaux du troisième trimestre de 2014

Au service des clients

  • Les cartes de débit de la Banque Scotia au sein du Réseau canadien sont maintenant munies de Visa Débit, offrant aux clients davantage d'occasions de payer à partir de leur compte bancaire lorsqu'ils font des achats en ligne et à l'étranger.
  • La Banque Scotia a annoncé l'acquisition d'une participation de 51 % dans les services financiers de Cencosud S.A. au Chili. Cencosud est le plus grand détaillant du Chili et le troisième en Amérique latine. Ses services financiers représentent environ 2,5 millions de cartes de crédit et des créances de plus de 1,2 milliard de dollars américains au Chili. L'acquisition doit être approuvée par les organismes de réglementation.
  • La Banque Scotia a agi à titre de co-gestionnaire chef de file dans le cadre de l'émission de plusieurs tranches d'obligations en diverses devises d'une valeur de 2,1 milliards d'euros (équivalent) par Scentre Group. Il s'agit de l'une des plus importantes émissions d'obligations de sociétés australiennes sur les marchés internationaux des titres de créance. La Banque Scotia a également agi à titre d'important fournisseur de couvertures dans le cadre de la transaction en ce qui a trait aux swaps de devises à échéances éloignées en euros et en livres sterling. Cette opération est le fruit de la collaboration étroite entre les groupes Titres à revenu fixe mondiaux (Singapour, Londres et New York), Gestion du risque global et exécution du crédit (Singapour et Toronto) et Services bancaires aux sociétés (Sydney et Singapour).
  • La Gestion d'actifs mondiale a lancé plusieurs nouveaux produits, y compris neuf mandats associés aux Mandats privés de placement Dynamique, Dividendes américains de croissance Scotia S.E.C. (série I) et la série T de tous les Portefeuilles Catégorie Société INNOVA (à l'exception du portefeuille de revenu), ainsi que 11 nouveaux fonds aux Antilles, en Amérique latine et en Chine.

Nous démarquer par l'excellence

  • Pour la cinquième année d'affilée, la Banque Scotia a remporté un prix pour la qualité du service, décerné par VisaMD en 2013 pour son programme de cartes commerciales. Ce prix récompense un service exceptionnel qui est au cœur de la rentabilité et la différentiation sur le marché.
  • La Banque Scotia s'est inscrite au palmarès des meilleurs employeurs au Chili, au Costa Rica, en République dominicaine, en El Salvador, au Panama, au Pérou, à Puerto Rico et au Mexique. En outre, la Cayman Islands Society of Human Resources Professionals lui a décerné le prix du meilleur employeur aux îles Caïmans.
  • La deuxième enquête annuelle 2014 du magazine MoneySense a élevé Scotia iTRADE au rang des favoris pour son utilisation facile, son intégration bancaire et son service à la clientèle, ce qui la met parmi les meilleurs services de courtage à commissions réduites du Canada.
  • Bolsa de Valores de Lima a reconnu Profuturo AFP comme l'une des 25 meilleures sociétés péruviennes pour ses bonnes pratiques commerciales et sa saine gouvernance d'entreprise. Profuturo s'est également inscrite au palmarès des 50 meilleurs employeurs au Pérou.
  • Le magazine Global Finance a décerné à la Banque Scotia le prix des meilleurs services bancaires aux particuliers par Internet aux Antilles et en Amérique centrale dans 22 des pays où nous exerçons des activités en 2014.

Le point sur le programme Un avenir meilleur de la Banque Scotia

  • Plus de mille étudiants à Lima, au Pérou, ont participé à 40 ateliers animés par 132 employés de la Banque Scotia, de CrediScotia et de Profuturo AFP dans le cadre du programme Un avenir meilleur de la Banque Scotia, lesquels portaient sur des sujets allant de l'éducation financière à l'entrepreneuriat, en passant par la lecture, l'écriture, les mathématiques et les arts, entre autres sujets tirés des programmes scolaires.
  • Pour la septième année, la Banque Scotia et le Caribbean Broadcast Media Partnership on HIV/AIDS, en collaboration avec le Pan Caribbean Partnership on HIV/AIDS, ont tenu une journée régionale de dépistage dans 21 pays afin de promouvoir la santé et la prévention du VIH aux Antilles.

Mesures non conformes aux PCGR

Pour évaluer sa performance, la Banque a recours à diverses mesures financières. Certaines d'entre elles ne sont pas calculées selon les principes comptables généralement reconnus (les «PCGR»), lesquels sont fondés sur les Normes Internationales d'information financière (les «IFRS»), ni définies par les PCGR. Ces mesures n'ont aucune signification normalisée qui assurerait qu'elles sont cohérentes et comparables à celles du même nom utilisées par d'autres sociétés. Ces mesures non conformes aux PCGR sont utilisées dans le présent rapport de gestion et elles sont définies ci-après.

Actifs sous administration («ASA»)

Les ASA représentent les actifs administrés par la Banque dont les propriétaires réels sont les clients et qui ne sont donc pas comptabilisés dans l'état consolidé de la situation financière de la Banque. Les services fournis à l'égard des ASA sont de nature administrative, et comprennent les services d'administration fiduciaire, de garde, de dépôt de titres, de perception et de distribution de revenus, de règlements de négociation de titres, de production de rapports pour les clients, ainsi que d'autres services semblables.

Actifs sous gestion («ASG»)

Les ASG représentent les actifs gérés par la Banque de façon discrétionnaire à l'égard desquels la Banque touche des honoraires de gestion. Les ASG sont la propriété réelle des clients et ne sont donc pas comptabilisés dans l'état consolidé de la situation financière de la Banque. Certains ASG sont également des actifs administrés et sont donc parfois inclus dans les actifs sous administration.

Bénéfice dilué ajusté par action

Le bénéfice dilué ajusté par action est calculé en ajustant le bénéfice dilué par action de manière à inclure l'amortissement après impôt hors trésorerie des immobilisations incorporelles liées aux acquisitions (exception faite des logiciels).

Capital économique et rendement du capital économique

Aux fins de l'information financière interne, la Banque répartit le capital entre ses secteurs d'exploitation d'après leur profil de risque, selon une méthode qui tient compte du risque de crédit, du risque de marché, du risque d'exploitation et des autres risques propres à chaque secteur. Le montant de capital lié au risque réparti est communément appelé «capital économique». La méthode de calcul, les modèles et les hypothèses du capital économique sont mis à jour annuellement et appliqués prospectivement. Le rendement du capital économique des secteurs d'exploitation correspond à un ratio du bénéfice net attribuable aux actionnaires ordinaires du secteur d'exploitation par rapport au capital économique attribué au secteur.

Actifs liés aux activités bancaires principales

Les actifs liés aux activités bancaires principales représentent les actifs productifs moyens, exclusion faite des acceptations bancaires et du total des actifs moyens liés au groupe Marchés des capitaux mondiaux du secteur Services bancaires et marchés mondiaux.

Marge sur activités bancaires principales (BMEF)

Ce ratio représente les revenus d'intérêts nets (sur une base de mise en équivalence fiscale) divisés par les actifs liés aux activités bancaires principales moyens, ce qui est conforme à la présentation de l'état consolidé du résultat net de la Banque, où les revenus d'intérêts nets tirés des activités de transaction sont inscrits dans les revenus provenant des activités de transaction, inclus dans les autres revenus d'exploitation.

Levier d'exploitation (BMEF)

La Banque définit le levier d'exploitation comme le taux de croissance du total des revenus (sur une base de mise en équivalence fiscale) moins le taux de croissance des frais.

Ratio de productivité (BMEF)

La direction utilise le ratio de productivité comme mesure de l'efficacité de la Banque. Ce ratio représente les charges d'exploitation exprimées en pourcentage du total des revenus, (BMEF).

Rendement des capitaux propres

Le rendement des capitaux propres est une mesure de rentabilité qui présente le bénéfice net attribuable aux actionnaires ordinaires exprimé en pourcentage des capitaux propres attribuables aux actionnaires ordinaires. La Banque calcule le rendement de ses capitaux propres à l'aide des capitaux propres moyens attribuables aux actionnaires ordinaires.

Ratios de fonds propres réglementaires

Les ratios de fonds propres réglementaires, comme le ratio des actions ordinaires et assimilées de T1, le ratio de T1 et le ratio total des fonds propres, ont une signification normalisée définie par le Bureau du surintendant des institutions financières Canada (le «BSIF»).

Base de mise en équivalence fiscale

La Banque analyse les revenus d'intérêts nets, les autres revenus d'exploitation et le total des revenus sur une base de mise en équivalence fiscale (la «BMEF»). Cette méthode consiste à majorer les revenus exonérés d'impôts gagnés sur certains titres et comptabilisés dans les revenus d'intérêts nets ou dans les autres revenus d'exploitation jusqu'à un montant équivalent avant impôt. Une augmentation correspondante est inscrite à la charge d'impôt sur le résultat, ce qui signifie qu'il n'y a aucune incidence sur le bénéfice net. La direction est d'avis que cette méthode permet d'établir une comparaison uniforme des revenus d'intérêts nets et des autres revenus d'exploitation découlant de sources imposables et de ceux provenant de sources non imposables et qu'elle favorise l'utilisation d'une méthode cohérente de mesure. Bien que d'autres banques utilisent également la BMEF, la méthode qu'elles utilisent pourrait ne pas être comparable à celle de la Banque. Aux fins de la présentation des informations sectorielles, les revenus et la charge d'impôt sur le résultat des secteurs sont majorés d'un montant équivalent imposable. L'élimination de la majoration au titre de la BMEF est inscrite dans le secteur Autres. Le montant de la majoration au titre de la BMEF à l'égard des revenus d'intérêts nets, des autres revenus d'exploitation, du total des revenus et de la charge d'impôt sur le résultat est présenté ci-après :

Trimestres clos les Périodes de neuf mois closes les
Majoration au titre de la BMEF(en millions de dollars) 31 juillet
2014
30 avril
2014
31 juillet
2013
31 juillet
2014
31 juillet
2013
Revenus d'intérêts nets 5 $ 3 $ 5 $ 11 $ 12 $
Autres revenus d'exploitation 84 81 74 242 223
Total des revenus et de la charge d'impôt sur le résultat 89 $ 84 $ 79 $ 253 $ 235 $

Ajustement de normalisation fiscale du revenu net découlant de participations dans des sociétés associées

En ce qui a trait à l'évaluation et à la présentation de la performance des secteurs d'exploitation, le revenu net découlant de participations dans des sociétés associées, lequel est un montant après impôt, fait l'objet d'un ajustement de normalisation aux fins de l'impôt.

Cet ajustement de normalisation fiscale majore le montant du revenu net découlant des participations dans des sociétés associées et normalise le taux d'impôt effectif des secteurs afin de présenter le plus fidèlement possible l'apport des sociétés associées aux résultats sectoriels.

Résultats financiers et situation financière du Groupe

Résultats financiers

Le bénéfice net de la Banque Scotia s'est élevé à 2 351 millions de dollars pour le troisième trimestre, contre 1 747 millions de dollars pour la période correspondante de l'exercice précédent et 1 800 millions de dollars pour le trimestre précédent. Le bénéfice net du trimestre écoulé tient compte d'un profit après impôt de 555 millions de dollars (643 millions de dollars avant impôt) ou de 0,45 $ par action à la vente de la majorité de la participation de la Banque dans CI Financial Corporation («profit notable»), y compris un profit après impôt latent de 152 millions de dollars au reclassement de la participation restante de la Banque dans CI Financial Corp. dans les titres disponibles à la vente. Le profit après impôt de 555 millions de dollars est essentiellement comptabilisé dans la Gestion de patrimoine et assurance mondiales (534 millions de dollars), le solde étant comptabilisé dans les Services bancaires et marchés mondiaux (21 millions de dollars), et il est pris en compte au poste «Autres revenus d'exploitation - Autres». Les résultats de l'exercice précédent avaient bénéficié d'un avantage net après impôt non récurrent de 90 millions de dollars ou de 0,07 $ par action lié aux Opérations internationales.

Le bénéfice dilué par action s'est établi à 1,85 $, par rapport à 1,36 $ pour la période correspondante de l'exercice précédent et à 1,39 $ pour le trimestre précédent. Abstraction faite du profit notable et de l'avantage net après impôt non récurrent comptabilisé l'exercice précédent, le bénéfice par action s'est établi à 1,40 $ pour l'exercice à l'étude et à 1,29 $ pour l'exercice précédent, soit une hausse de 9 %. Le rendement des capitaux propres est demeuré fort, s'établissant à 20,6 %, contre 17,2 % pour l'exercice précédent et 16,3 % pour le trimestre précédent.

Incidence des nouvelles normes IFRS

La Banque a adopté rétrospectivement de nouvelles normes et des normes modifiées IFRS en date du 1er novembre 2013. Pour un survol de l'incidence qu'a eue l'adoption des nouvelles normes et normes modifiées, y compris une description des méthodes comptables retenues, veuillez consulter la note 3 figurant à la page 47 des états financiers consolidés intermédiaires résumés.

Incidence de la conversion des devises

Le tableau ci-après présente l'incidence de la conversion des devises sur les variations de certains postes clés de l'état du résultat net d'un exercice à l'autre et d'un trimestre à l'autre.

(en millions de dollars) Pour les trimestres clos les Pour les périodes de neuf mois closes les
31 juillet 2014 c.
31 juillet 2013
31 juillet 2014 c.
30 avril 2014
31 juillet 2014 c.
31 juillet 2013
Taux de change moyen des dollars américain et canadien
31 juillet 2014 0,925 $ 0,925 $ 0,922 $
30 avril 2014 0,905 $
31 juillet 2013 0,970 $ 0,986 $
Variation en % (4,7 )% 2,2 % (6,5 )%
Incidence sur le résultat : 1)
Revenus d'intérêts nets
40 $ (21) $ 140 $
Revenus nets tirés des frais et des commissions 22 (9 ) 71
Autres revenus d'exploitation 2) 24 (6 ) 74
Charges d'exploitation (28 ) 15 (95 )
Autres éléments (après impôt) (15 ) 6 (46 )
Bénéfice net 43 $ (15) $ 144 $
Bénéfice par action (dilué) 0,04 $ (0,01) $ 0,12 $
Incidence par secteurs d'activité :
Réseau canadien 2 $ (1) $ 7 $
Opérations internationales 2) 19 (7 ) 61
Gestion de patrimoine et assurance mondiales 2 (2 ) 5
Services bancaires et marchés mondiaux 16 (7 ) 53
Autres 1) 4 $ 2 $ 18 $
1) Comprend l'incidence de toutes les devises.
2) Comprend l'incidence des couvertures de devises.

Comparaison du troisième trimestre de 2014 et du troisième trimestre de 2013

Bénéfice net

Le bénéfice net de la Banque s'est élevé à 2 351 millions de dollars au troisième trimestre, ce qui représente une hausse de 604 millions de dollars ou de 35 % par rapport à celui de la période correspondante de l'exercice précédent. Le bénéfice du trimestre tient compte du gain notable de 555 millions de dollars, tandis que celui du trimestre correspondant de l'exercice précédent comprenait un avantage après impôt de 90 millions de dollars lié à des éléments non récurrents des Opérations internationales. Abstraction faite de ces éléments, le bénéfice net s'est accru de 139 millions de dollars ou de 8 %, d'abord et avant tout en raison de la saine croissance des volumes, de la hausse des marges sur intérêts, du levier d'exploitation positif et de l'incidence favorable de la conversion des devises. Ces facteurs ont été contrebalancés en partie par l'augmentation des dotations au compte de correction de valeur pour pertes sur créances.

Total des revenus

Le total des revenus (sur une base de mise en équivalence fiscale) s'est établi à 6 576 millions de dollars, en hausse de 982 millions de dollars ou de 18 % par rapport à celui du trimestre correspondant de l'exercice précédent. Abstraction faite du profit notable et du profit de 150 millions de dollars comptabilisé l'exercice précédent au titre de la vente d'une société associée, le total des revenus a progressé de 489 millions de dollars ou de 9 %. La progression d'un exercice à l'autre traduit la hausse des revenus d'intérêts nets du fait de la croissance des actifs et de l'amélioration de la marge nette sur intérêts, la progression des revenus autres que d'intérêts, y compris l'augmentation des commissions de montage de prêts et des frais bancaires, et l'incidence favorable de la conversion des devises.

Revenus d'intérêts nets

Les revenus d'intérêts nets (sur une base de mise en équivalence fiscale) se sont établis à 3 155 millions de dollars, en hausse de 220 millions de dollars ou de 8 % par rapport à ceux du trimestre correspondant de l'exercice précédent. L'augmentation d'un exercice à l'autre s'explique par la croissance des actifs, surtout liée aux prêts aux entreprises et aux particuliers des Opérations internationales et du Réseau canadien, par l'incidence favorable de la conversion des devises et par la progression de la marge sur activités bancaires principales.

La marge sur activités bancaires principales s'est fixée à 2,41%, en hausse par rapport à celle de 2,33 % enregistrée pour l'exercice précédent. L'augmentation de la marge s'explique essentiellement par l'amélioration de la marge du Réseau canadien et par le recul des frais de financement, les débentures et les dépôts à taux élevé venus à échéance ayant été remplacés par un financement dont les taux courants sont moins élevés. Ces facteurs ont été neutralisés en partie par la diminution des marges des Services bancaires et marchés mondiaux et des Opérations internationales.

Revenus nets tirés des frais et des commissions

Les revenus nets tirés des frais et des commissions se sont établis à 1 962 millions de dollars, ce qui représente une progression de 213 millions de dollars ou de 12 % par rapport à ceux de la période correspondante de l'exercice précédent. Les honoraires liés aux fonds communs de placement ont été vigoureux du fait de la croissance des actifs sous gestion, laquelle traduit les fortes ventes nettes et les marchés favorables, et de l'incidence favorable de la conversion des devises. On a également constaté une hausse des revenus sur cartes, des revenus provenant des activités de transaction et des commissions de montage de prêts.

Autres revenus d'exploitation

Les autres revenus d'exploitation (sur une base de mise en équivalence fiscale) se sont établis à 1 459 millions de dollars, ce qui représente une hausse de 549 millions de dollars ou de 60 % par rapport à ceux de 910 millions de dollars inscrits pour l'exercice précédent, ce qui traduit essentiellement le profit notable. Les revenus de l'exercice précédent comprenaient un profit à la vente d'une société associée. Abstraction faite de ces deux éléments, les autres revenus d'exploitation ont augmenté de 56 millions de dollars, surtout en raison de la hausse des profits nets sur les titres de placement et de l'incidence favorable de la conversion des devises. Ces hausses ont été annulées en partie par le fléchissement des revenus provenant des activités de transaction et des apports des sociétés associées du fait de la vente de la participation de la Banque dans CI Financial Corp. ce trimestre.

Dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances

La dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances s'est établie à 398 millions de dollars pour le trimestre, en hausse de 84 millions de dollars par rapport à celle de la période correspondante de l'exercice précédent. L'augmentation d'un exercice à l'autre découle d'abord et avant tout de la hausse de la dotation au titre des Opérations internationales et du Réseau canadien, neutralisée en partie par la baisse de la dotation au titre des Services bancaires et marchés mondiaux. Une analyse plus approfondie du risque de crédit est présentée à la page 10 du rapport de gestion.

Charges d'exploitation et productivité

Les charges d'exploitation ont atteint 3 140 millions de dollars, en hausse de 137 millions de dollars ou de 5 % par rapport à celles du trimestre correspondant de l'exercice précédent. La croissance d'un exercice à l'autre s'est fait sentir dans la majorité des catégories de charges en vue de soutenir les initiatives de croissance prévues. L'augmentation des charges liées à la rémunération découle de l'accroissement de l'effectif d'un exercice à l'autre et de l'augmentation de la rémunération liée à la performance et de la rémunération fondée sur des actions. Parmi les autres éléments, on compte les frais liés à la publicité et à la technologie, les taxes d'affaires et l'incidence défavorable de la conversion des devises. Les résultats de l'exercice précédent tenaient compte de charges non récurrentes de 74 millions de dollars liées aux Opérations internationales.

Le ratio de productivité a été porté à 47,8 % par rapport à 53,7 % pour le trimestre correspondant de l'exercice précédent. Abstraction faite du profit notable et des éléments non récurrents comptabilisés l'exercice précédent, le ratio de productivité s'est établi à 52,9 % et à 53,8 %, respectivement.

Impôt

Le taux d'impôt effectif s'est établi à 20,3 %, en légère baisse par rapport à 20,5 % pour le trimestre correspondant de l'exercice précédent. La diminution s'explique d'abord et avant tout par l'impôt moindre sur le profit notable, neutralisé en partie par la hausse de l'impôt à l'étranger et par la baisse proportionnelle des revenus de dividende exonérés d'impôt pour le trimestre.

Comparaison du troisième trimestre de 2014 et du deuxième trimestre de 2014

Bénéfice net

Le bénéfice net s'est élevé à 2 351 millions de dollars, ce qui représente une hausse de 551 millions de dollars ou de 31 % par rapport à celui de 1 800 millions de dollars comptabilisé au trimestre précédent. Abstraction faite du profit notable, le bénéfice net a été comparable à celui du trimestre précédent. L'incidence des trois jours additionnels que comportait le trimestre sur les revenus d'intérêts nets et les revenus autres que d'intérêts ainsi que la hausse des commissions de montage de prêts ont été largement contrebalancées par la baisse des revenus provenant des activités de transaction et la hausse des charges d'exploitation. L'incidence défavorable de la conversion des devises a également joué sur la baisse du bénéfice.

Total des revenus

Le total des revenus (sur une base de mise en équivalence fiscale) s'est établi à 6 576 millions de dollars, en hausse de 767 millions de dollars ou de 13 % d'un trimestre à l'autre, surtout en raison du profit notable. La croissance restante de 124 millions de dollars s'explique d'abord et avant tout par l'augmentation des revenus d'intérêts nets et des frais bancaires, qui traduit le fait que le trimestre a comporté trois jours additionnels ainsi que la croissance des commissions de montage de prêts. Ces hausses ont été neutralisées en partie par la baisse des revenus provenant des activités de transaction, le fléchissement des profits nets sur les titres de placement et l'incidence défavorable de la conversion des devises. L'apport des sociétés associées a également diminué par rapport au trimestre précédent du fait de la vente de la participation de la Banque dans CI Financial Corp.

Revenus d'intérêts nets

Les revenus d'intérêts nets (sur une base de mise en équivalence fiscale) se sont établis à 3 155 millions de dollars, en hausse par rapport à ceux de 3 054 millions de dollars comptabilisés au trimestre précédent. L'augmentation s'explique par l'effet des trois jours additionnels que comportait le trimestre, neutralisé en partie par l'incidence défavorable de la conversion des devises.

La marge sur activités bancaires principales s'est établie à 2,41 %, comparativement à 2,42 % au trimestre précédent, ce qui s'explique par l'incidence du volume accru de dépôts dont les marges sont moins élevées auprès d'autres banques.

Revenus nets tirés des frais et des commissions

Les revenus nets tirés des frais et des commissions se sont établis à 1 962 millions de dollars, en hausse de 120 millions de dollars ou de 7 % d'un trimestre à l'autre essentiellement en raison de l'augmentation des commissions de crédit et de l'incidence des trois jours additionnels que comportait le trimestre à l'étude sur les frais bancaires et les commissions sur les opérations de change à des fins autres que de transaction.

Autres revenus d'exploitation

Les autres revenus d'exploitation (sur une base de mise en équivalence fiscale) ont augmenté de 546 millions de dollars ou de 60 % pour s'établir à 1 459 millions de dollars, ce qui traduit essentiellement le profit notable. Abstraction faite du profit notable, les autres revenus d'exploitation ont fléchi de 97 millions de dollars du fait de la baisse des revenus provenant des activités de transaction et des profits nets sur les titres de placement. Le fléchissement des apports des sociétés associées du fait de la vente de la participation de la Banque dans CI Financial Corp. a également contribué à la baisse d'un trimestre à l'autre.

Dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances

La dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances s'est établie à 398 millions de dollars, en hausse de 23 millions de dollars par rapport à celle du trimestre précédent. L'augmentation découle en grande partie de la modeste hausse des dotations au titre des Opérations internationales et, dans une moindre mesure, du Réseau canadien. Une analyse plus approfondie du risque de crédit est présentée à la page 10 du rapport de gestion.

Charges d'exploitation et productivité

Les charges d'exploitation ont totalisé 3 140 millions de dollars, en hausse de 145 millions de dollars ou de 5 % d'un trimestre à l'autre. La hausse a principalement été observée à l'égard des charges liées à la rémunération en raison surtout des trois jours additionnels que comportait le trimestre, de l'augmentation de la rémunération liée à la performance et de la rémunération fondée sur des actions, neutralisée en partie par l'incidence favorable de la conversion des devises. Les résultats du trimestre précédent avaient également bénéficié du recouvrement de taxes d'affaires.

Le ratio de productivité a été porté à 47,8 %, comparativement à 51,6 % pour le trimestre précédent. Abstraction faite du profit notable, le ratio de productivité s'est établi à 52,9 %.

Impôt

Le taux d'impôt effectif a été ramené à 20,3 % pour le trimestre à l'étude par rapport à 23,6 % pour le trimestre précédent, ce qui traduit surtout l'impôt moindre sur le profit notable et la baisse de l'impôt à l'étranger.

Comparaison des neuf premiers mois de 2014 et des neuf premiers mois de 2013

Bénéfice net

Le bénéfice net s'est élevé à 5 860 millions de dollars, ce qui représente une hausse de 926 millions de dollars ou de 19 % par rapport à celui de la période correspondante de l'exercice précédent. Abstraction faite du profit notable comptabilisé pour l'exercice écoulé et du profit après impôt de 90 millions de dollars comptabilisé l'exercice précédent à l'égard d'éléments non récurrents liés aux Opérations internationales, le bénéfice net s'est accru de 461 millions de dollars. La croissance d'un exercice à l'autre s'explique par une saine croissance des volumes, la hausse des marges sur intérêts, le levier d'exploitation positif et l'incidence favorable de la conversion des devises. Ces facteurs ont été contrebalancés en partie par l'augmentation des dotations au compte de correction de valeur pour pertes sur créances et l'incidence de la hausse du taux d'impôt.

Total des revenus

Pour la période de neuf mois, le total des revenus (sur une base de mise en équivalence fiscale) s'est établi à 18 110 millions de dollars, en hausse de 1 976 millions de dollars ou de 12 % par rapport à celui de la période correspondante de l'exercice précédent. Abstraction faite du profit notable et du profit comptabilisé l'exercice précédent à l'égard d'une société associée, le total des revenus a progressé de 1 483 millions de dollars ou de 9 %. La progression traduit essentiellement les solides revenus d'intérêts nets, la hausse des profits nets sur les titres de placement, les excellents revenus tirés de la gestion de patrimoine, l'augmentation des commissions de montage et l'incidence favorable de la conversion des devises. En outre, les frais bancaires sur transactions et les commissions sur les opérations de change à des fins autres que de transaction ont augmenté. Ces hausses ont été neutralisées en partie par la diminution des revenus provenant des activités de transaction.

Revenus d'intérêts nets

Les revenus d'intérêts nets (sur une base de mise en équivalence fiscale) se sont établis à 9 217 millions de dollars pour les neuf premiers mois de l'exercice, en hausse de 729 millions de dollars ou de 9 % par rapport à ceux de la période correspondante de l'exercice précédent. L'augmentation s'explique par la forte croissance des prêts des Opérations internationales, par la hausse des prêts automobiles et des prêts hypothécaires à l'habitation du Réseau canadien, par l'incidence favorable de la conversion des devises et par l'augmentation de la marge sur activités bancaires principales.

Pour les neuf premiers mois de l'exercice, la marge sur activités bancaires principales s'est établie à 2,39 %, en hausse par rapport à 2,31% pour la période correspondante de l'exercice précédent. L'augmentation s'explique essentiellement par l'accroissement de la marge du Réseau canadien et par le recul des frais de financement, les débentures et les dépôts à taux élevé venus à échéance ayant été remplacés par un financement dont les taux courants sont moins élevés. Ces facteurs ont été neutralisés en partie par la diminution des marges des Opérations internationales et des Services bancaires et marchés mondiaux.

Revenus nets tirés des frais et des commissions

Les revenus nets tirés des frais et des commissions se sont établis à 5 695 millions de dollars, ce qui représente une augmentation de 561 millions de dollars ou de 11 % par rapport à ceux de la période correspondante de l'exercice précédent. Cette croissance traduit essentiellement l'augmentation des frais bancaires sur transactions et des commissions sur les opérations de change à des fins autres que de transaction, ainsi que la forte croissance des revenus tirés de la gestion de patrimoine du fait de la progression des actifs sous gestion et des actifs sous administration traduisant les solides ventes nettes et la conjoncture favorable du marché. L'incidence favorable de la conversion des devises a également contribué à la croissance du total des revenus d'un exercice à l'autre.

Autres revenus d'exploitation

Les autres revenus d'exploitation (sur une base de mise en équivalence fiscale) ont augmenté de 686 millions de dollars ou de 27 % pour s'établir à 3 198 millions de dollars. Compte non tenu du profit notable comptabilisé pour le trimestre écoulé et du profit comptabilisé l'exercice précédent à l'égard d'une société associée, les autres revenus d'exploitation se sont accrus de 193 millions de dollars ou de 8 %, surtout en raison de l'augmentation des profits nets sur les titres de placement et de l'incidence favorable de la conversion des devises. Ces hausses ont été neutralisées en partie par la diminution des revenus provenant des activités de transaction et de l'apport des sociétés associées du fait de la vente de la participation de la Banque dans CI Financial Corp.

Dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances

Pour les neuf premiers mois de l'exercice, la dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances s'est établie à 1 129 millions de dollars, en hausse de 162 millions de dollars par rapport à celle de 967 millions de dollars enregistrée pour la période correspondante de l'exercice précédent. L'augmentation découle d'abord et avant tout de la hausse des dotations au titre des Opérations internationales et, dans une moindre mesure, des dotations au titre du Réseau canadien. Une analyse plus approfondie du risque de crédit est présentée à la page 10 du rapport de gestion.

Charges d'exploitation et productivité

Les charges d'exploitation ont atteint 9 240 millions de dollars, en hausse de 553 millions de dollars ou de 6 % par rapport à celles de l'exercice précédent. L'augmentation des charges liées à la rémunération traduit la hausse de l'effectif, des salaires annuels, de la rémunération liée à la performance et de la rémunération fondée sur des actions. La croissance s'explique également par les coûts liés à la transition de la marque Tangerine, l'incidence défavorable de la conversion des devises et les acquisitions. La croissance restante dans les autres catégories de charges d'exploitation est essentiellement attribuable à des mesures en cours visant la croissance. Les résultats de l'exercice précédent tenaient compte de charges non récurrentes liées aux Opérations internationales.

Le ratio de productivité depuis le début de l'exercice s'est établi à 51,0 %, comparativement à 53,8 % pour la période correspondante de l'exercice précédent. Le levier d'exploitation d'un exercice à l'autre s'est établi à un montant positif de 5,9 %. Abstraction faite du profit notable comptabilisé pour l'exercice et des éléments non récurrents comptabilisés l'exercice précédent au titre des Opérations internationales, le ratio de productivité s'est établi à 52,9 % et le levier d'exploitation, à un montant positif de 2 % d'un exercice à l'autre.

Impôt

Le taux d'impôt effectif s'est établi à 21,7 % pour les neuf premiers mois de l'exercice, en hausse par rapport à 21,0 % pour la période correspondante de l'exercice précédent. L'augmentation du taux d'impôt effectif s'explique d'abord et avant tout par la progression de l'impôt à l'étranger et par la baisse proportionnelle des revenus de dividende exonérés d'impôt pour l'exercice à l'étude, ces facteurs ayant été neutralisés en partie par l'impôt moindre sur le profit notable.

Dividende sur les actions ordinaires

Lors de sa réunion du 25 août 2014, le conseil d'administration a approuvé un dividende de 0,66 $ par action, soit une hausse de 0,02 $ par action. Ce dividende trimestriel sera versé le 29 octobre 2014 aux actionnaires inscrits le 7 octobre 2014.

Situation financière

Au 31 juillet 2014, le total des actifs de la Banque s'élevait à 792 milliards de dollars, en hausse de 48 milliards de dollars ou de 6 % par rapport à ce qu'il était au 31 octobre 2013. Compte non tenu de l'incidence de la conversion des devises, le total des actifs s'est accru de 33 milliards de dollars ou de 4 %.

La trésorerie et les dépôts auprès d'autres institutions financières ont fléchi de 3 milliards de dollars, essentiellement du fait de la baisse des dépôts portant intérêt auprès de banques centrales. Les titres pris en pension et les titres empruntés ont progressé de 9 milliards de dollars.

Les actifs détenus à des fins de transaction ont augmenté de 24 milliards de dollars par rapport à ceux au 31 octobre 2013, ce qui traduit d'abord et avant tout la hausse de 20 milliards de dollars des titres détenus à des fins de transaction du fait de l'accroissement des titres d'emprunt du gouvernement canadien et des actions ordinaires détenus.

Les titres de placement ont progressé de 5 milliards de dollars, essentiellement en raison de l'accroissement des titres de créance du gouvernement américain et d'autres gouvernements étrangers détenus. Au 31 juillet 2014, le profit latent sur les titres disponibles à la vente, compte tenu de l'incidence des couvertures admissibles, s'établissait à 986 millions de dollars, en hausse de 6 millions de dollars par rapport à celui au 31 octobre 2013.

Les prêts ont progressé de 17 milliards de dollars ou de 4 % depuis le 31 octobre 2013. Compte non tenu de l'incidence de la conversion des devises, les prêts ont augmenté de 12 milliards de dollars ou de 3 %. Les prêts hypothécaires à l'habitation ont augmenté de 2 milliards de dollars, surtout en Amérique latine et aux Antilles. Les prêts aux particuliers et sur cartes de crédit ont augmenté de 6 milliards de dollars en raison principalement de la croissance au Canada et en Amérique latine. Les prêts aux entreprises et aux administrations publiques ont augmenté de 9 milliards de dollars, surtout au Canada et en Amérique latine.

Les participations dans des entreprises associées ont reculé de 2 milliards de dollars, ce qui traduit d'abord et avant tout la vente partielle de CI Financial Corp. et le reclassement de la participation dans celle-ci toujours détenue par la Banque dans les titres disponibles à la vente.

Les passifs totalisaient 743 milliards de dollars au 31 juillet 2014, en hausse de 45 milliards de dollars ou de 6 % par rapport à ceux au 31 octobre 2013. Abstraction faite de l'incidence de la conversion des devises, le total des passifs s'est accru de 31 milliards de dollars ou de 4 %.

Le total des dépôts a affiché une hausse de 27 milliards de dollars, compte tenu de l'incidence de 10 milliards de dollars de la conversion des devises. Les dépôts de particuliers ont augmenté de 3 milliards de dollars en raison surtout de la croissance en Amérique latine et au Canada. Les dépôts d'entreprises et d'administrations publiques ont augmenté de 19 milliards de dollars afin de soutenir la croissance des actifs.

Les obligations relatives aux titres mis en pension et aux titres prêtés ainsi que les celles relatives aux titres vendus à découvert ont affiché une hausse respective de 14 milliards de dollars et de 5 milliards de dollars.

Le total des capitaux propres a progressé de 3 059 millions de dollars depuis le 31 octobre 2013. Cette augmentation traduit l'autogénération de capital de 3 268 millions de dollars et l'émission d'actions ordinaires de 650 millions de dollar, essentiellement par l'intermédiaire du Régime de réinvestissement de dividendes et de l'exercice d'options, ces facteurs ayant été contrebalancés par le rachat et l'annulation de 2 millions d'actions ordinaires de 144 millions de dollars aux termes de l'offre de rachat dans le cours normal des activités. La Banque a racheté des actions privilégiées de 1 150 millions de dollars durant l'exercice.

Le cumul des autres éléments du résultat global a augmenté 312 millions de dollars, essentiellement en raison des profits de change latents sur les investissements de la Banque dans ses établissements à l'étranger.

Ratios de fonds propres

Les divers montants des fonds propres réglementaires de la Banque se composaient de ce qui suit :

Aux
31 juillet
2014
30 avril
2014
31 octobre
2013
(en millions de dollars) Adoption
tout compris
Adoption
tout compris
Adoption
tout compris
Actions ordinaires et assimilées de T1 33 670 $ 29 311 $ 26 359 $
Fonds propres de T1 38 022 33 966 31 914
Fonds propres réglementaires totaux 43 544 40 004 38 841
Actifs pondérés en fonction des risques - Actions ordinaires et assimilées de T1 1) 307 795 300 155 288 246
Actifs pondérés en fonction des
risques - Fonds propres de T1 1) 308 502 300 155 288 246
Actifs pondérés en fonction des
risques - Total des fonds propres 1) 309 563 300 155 288 246
Ratios de fonds propres :
Ratio des actions ordinaires et assimilées de T1 10,9 % 9,8 % 9,1 %
Ratio de T1 (%) 12,3 % 11,3 % 11,1 %
Ratio total des fonds propres (%) 14,1 % 13,3 % 13,5 %
Ratio actifs/fonds propres 16,8x 17,9x 17,1x
1) Au 31 juillet 2014, les facteurs scalaires appliqués pour calculer le ratio des actions ordinaires et assimilées de T1, le ratio des fonds propres de T1 et le ratio total des fonds propres, respectivement, aux fins du calcul des actifs pondérés en fonction des risques pour ajustement de l'évaluation du crédit s'établissaient à 0,57, à 0,65 et à 0,77, respectivement.

La Banque maintient toujours une solide situation de trésorerie. Au 31 juillet 2014, le ratio des actions ordinaires et assimilées de T1, le ratio de T1 et le ratio total des fonds propres aux termes des dispositions d'adoption tout compris de Bâle III s'établissaient respectivement à 10,9 %, à 12,3 % et à 14,1 % (9,8 %, 11,3 % et 13,3 % au 30 avril 2014; 9,1 %, 11,1 % et 13,5 % au 31 octobre 2013), ce qui dépasse amplement les exigences minimales.

Variation des fonds propres réglementaires

Au 31 juillet 2014, les actions ordinaires et assimilées de T1 de la Banque s'établissaient à 33,7 milliards de dollars (29,3 milliards de dollars au 30 avril 2014), en hausse de 4,4 milliards de dollars pour le trimestre à l'étude, ce qui s'explique d'abord et avant tout par les facteurs suivants :

  • la baisse des déductions de fonds propres de 3,7 milliards de dollars attribuable surtout à la vente de la participation de la Banque dans CI Financial Corp., compte tenu du profit notable;
  • une forte autogénération de capital de 0,9 milliard de dollars.

Le rachat d'actions privilégiées de 300 millions de dollars a donné lieu à une baisse du ratio de T1 et du ratio total des fonds propres de la Banque. De plus, des modifications apportées à la ligne directrice intitulée Normes de fonds propres du BSIF en ce qui a trait aux comptes de correction de valeur collectifs sont entrées en vigueur ce trimestre, ce qui a eu pour effet de réduire le total des fonds propres de 0,5 milliard de dollars.

Données par secteurs d'exploitation

Les résultats et les actifs et passifs moyens de la Banque Scotia, par secteurs d'exploitation, sont présentés ci-après :

Pour le trimestre clos le 31 juillet 2014
Base de mise en équivalence fiscale 1) (en millions de dollars) Réseau canadien Opérations internationales Gestion de patrimoine et assurance mondiales Services bancaires et marchés mondiaux Autres 2 ) Total
Revenus d'intérêts nets 1 450 $ 1 363 $ 114 $ 183 $ 40 $ 3 150 $
Revenus nets tirés des frais et des commissions 432 354 850 422 (96 ) 1 962
Revenu net découlant de participations dans des sociétés associées (2 ) 101 24 - (29 ) 94
Autres revenus d'exploitation 3 73 727 405 73 1 281
Total des revenus 1 883 1 891 1 715 1 010 (12 ) 6 487
Dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances 151 244 2 1 - 398
Charges d'exploitation 968 1 064 699 440 (31 ) 3 140
Charge d'impôt sur le résultat 199 131 159 161 (52 ) 598
Bénéfice net 565 $ 452 $ 855 $ 408 $ 71 $ 2 351 $
Bénéfice net attribuable aux participations ne donnant pas le contrôle dans des filiales - $ 42 $ 9 $ - $ (1 $ ) 50 $
Bénéfice net attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres de la Banque 565 $ 410 $ 846 $ 408 $ 72 $ 2 301 $
Actifs moyens (en milliards de dollars) 281 $ 139 $ 14 $ 286 $ 81 $ 801 $
Passifs moyens (en milliards de dollars) 195 $ 88 $ 19 $ 207 $ 244 $ 753 $
1) Il y a lieu de se reporter plus haut pour obtenir une définition des mesures non conformes aux PCGR.
2) Comprend les résultats provenant de tous les autres secteurs d'exploitation de moindre envergure ainsi que les ajustements du siège social, tels que l'élimination de la majoration des revenus exonérés d'impôt incluse dans les revenus d'intérêts nets, dans les autres revenus d'exploitation et dans la charge d'impôt sur le résultat de (89 $), pour parvenir aux montants présentés dans l'état consolidé du résultat net, ainsi que les écarts entre les montants réels des coûts engagés et de ceux imputés aux secteurs d'exploitation.
Pour le trimestre clos le 30 avril 2014
Base de mise en équivalence fiscale 1)
(en millions de dollars)
Réseau canadien Opérations internationales Gestion de patrimoine et assurance mondiales Services bancaires et marchés
mondiaux
Autres 2 ) Total
Revenus d'intérêts nets 1 383 $ 1 338 $ 106 $ 185 $ 39 $ 3 051 $
Revenus nets tirés des frais et des commissions 396 352 830 325 (61 ) 1 842
Revenu net découlant de participations dans des sociétés associées (1 ) 100 69 - (41 ) 127
Autres revenus d'exploitation 48 84 112 468 (7 ) 705
Total des revenus 1 826 1 874 1 117 978 (70 ) 5 725
Dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances 140 230 - 5 - 375
Charges d'exploitation 921 1 025 659 403 (13 ) 2 995
Charge d'impôt sur le résultat 200 156 103 185 (89 ) 555
Bénéfice net 565 $ 463 $ 355 $ 385 $ 32 $ 1 800 $
Bénéfice net attribuable aux participations ne donnant pas le contrôle dans des filiales - $ 47 $ 10 $ - $ 1 $ 58 $
Bénéfice net attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres de la Banque 565 $ 416 $ 345 $ 385 $ 31 $ 1 742 $
Actifs moyens (en milliards de dollars) 278 $ 143 $ 16 $ 283 $ 78 $ 798 $
Passifs moyens (en milliards de dollars) 3) 191 $ 91 $ 20 $ 208 $ 240 $ 750 $
1) Il y a lieu de se reporter plus haut pour obtenir une définition des mesures non conformes aux PCGR.
2) Comprend les résultats provenant de tous les autres secteurs d'exploitation de moindre envergure ainsi que les ajustements du siège social, tels que l'élimination de la majoration des revenus exonérés d'impôt incluse dans les revenus d'intérêts nets, dans les autres revenus d'exploitation et dans la charge d'impôt sur le résultat de (84 $), pour parvenir aux montants présentés dans l'état consolidé du résultat net, ainsi que les écarts entre les montants réels des coûts engagés et de ceux imputés aux secteurs d'exploitation.
3) Les montants des périodes précédentes ont été retraités aux fins de conformité avec la présentation adoptée pour la période à l'étude.
Pour le trimestre clos le 31 juillet 2013 1)
Base de mise en équivalence fiscale 2)(en millions de dollars) Réseau canadien Opérations internationales Gestion de patrimoine et assurance mondiales Services bancaires et marchés
mondiaux
Autres3 ) Total
Revenus d'intérêts nets 1 382 $ 1 260 $ 101 $ 202 $ (15$ ) 2 930 $
Revenus nets tirés des frais et des commissions 367 350 762 324 (54 ) 1 749
Revenu net découlant de participations dans des sociétés associées 2 300 59 - (97 ) 264
Autres revenus d'exploitation 8 93 107 383 (19 ) 572
Total des revenus 1 759 2 003 1 029 909 (185 ) 5 515
Dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances 108 194 1 11 - 314
Charges d'exploitation 906 1 095 619 393 (10 ) 3 003
Charge d'impôt sur le résultat 195 178 89 127 (138 ) 451
Bénéfice net 550 $ 536 $ 320 $ 378 $ (37$ ) 1 747 $
Bénéfice net attribuable aux participations ne donnant pas le contrôle dans des filiales - $ 46 $ 10 $ - $ - $ 56 $
Bénéfice net attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres de la Banque 550 $ 490 $ 310 $ 378 $ (37$ ) 1 691 $
Actifs moyens (en milliards de dollars) 274 $ 122 $ 15 $ 259 $ 93 $ 763 $
Passifs moyens (en milliards de dollars) 4) 188 $ 79 $ 18 $ 197 $ 238 $ 720 $
1) Les montants des périodes précédentes ont été ajustés rétrospectivement afin de refléter i) l'adoption des nouvelles normes IFRS, décrites à la note 3, en 2014 et ii) les améliorations à la méthode d'établissement des prix de transferts des fonds apportées en 2014. Les améliorations comprennent le transfert de coûts liés à la liquidité réglementaire plus élevés et une diminution de la valeur des intérêts de certains types de dépôts.
2) Il y a lieu de se reporter plus haut pour obtenir une définition des mesures non conformes aux PCGR.
3) Comprend les résultats provenant de tous les autres secteurs d'exploitation de moindre envergure ainsi que les ajustements du siège social, tels que l'élimination de la majoration des revenus exonérés d'impôt incluse dans les revenus d'intérêts nets, dans les autres revenus d'exploitation et dans la charge d'impôt sur le résultat de (79 $), pour parvenir aux montants présentés dans l'état consolidé du résultat net, ainsi que les écarts entre les montants réels des coûts engagés et de ceux imputés aux secteurs d'exploitation.
4) Les montants des périodes précédentes ont été retraités aux fins de conformité avec la présentation adoptée pour la période à l'étude.
Pour la période de neuf mois close le 31 juillet 2014
Base de mise en équivalence fiscale 1)
(en millions de dollars)
Réseau canadien Opérations internationales Gestion de patrimoine et assurance mondiales Services bancaires et marchés mondiaux Autres 2 ) Total
Revenus d'intérêts nets 4 241 $ 4 004 $ 327 $ 547 $ 87 $ 9 206 $
Revenus nets tirés des frais et des commissions 1 236 1 073 2 487 1 116 (217 ) 5 695
Revenu net découlant de participations dans des sociétés associées (4 ) 318 156 - (114 ) 356
Autres revenus d'exploitation 73 223 952 1 249 103 2 600
Total des revenus 5 546 5 618 3 922 2 912 (141 ) 17 857
Dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances 425 693 2 9 - 1 129
Charges d'exploitation 2 812 3 173 2 016 1 293 (54 ) 9 240
Charge d'impôt sur le résultat 604 395 354 478 (203 ) 1 628
Bénéfice net 1 705 $ 1 357 $ 1 550 $ 1 132 $ 116 $ 5 860 $
Bénéfice net attribuable aux participations ne donnant pas le contrôle dans des filiales - $ 130 $ 32 $ - $ - $ 162 $
Bénéfice net attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres de la Banque 1 705 $ 1 227 $ 1 518 $ 1 132 $ 116 $ 5 698 $
Actifs moyens (en milliards de dollars) 279 $ 140 $ 15 $ 280 $ 78 $ 792 $
Passifs moyens (en milliards de dollars) 192 $ 89 $ 20 $ 206 $ 237 $ 744 $
1) Il y a lieu de se reporter plus haut pour obtenir une définition des mesures non conformes aux PCGR.
2) Comprend les résultats provenant de tous les autres secteurs d'exploitation de moindre envergure ainsi que les ajustements du siège social, tels que l'élimination de la majoration des revenus exonérés d'impôt incluse dans les revenus d'intérêts nets, dans les autres revenus d'exploitation et dans la charge d'impôt sur le résultat de (253 $), pour parvenir aux montants présentés dans l'état consolidé du résultat net, ainsi que les écarts entre les montants réels des coûts engagés et de ceux imputés aux secteurs d'exploitation.
Pour la période de neuf mois close le 31 juillet 2013 1)
Base de mise en équivalence fiscale 2)(en millions de dollars) Réseau canadien Opérations internationales Gestion de patrimoine et assurance mondiales Services bancaires et marchés mondiaux Autres 3 ) Total
Revenus d'intérêts nets 4 017 $ 3 700 $ 309 $ 612 $ (162$ ) 8 476 $
Revenus nets tirés des frais et des commissions 1 120 1 026 2 183 954 (149 ) 5 134
Revenu net découlant de participations dans des sociétés associées 11 559 169 - (186 ) 553
Autres revenus d'exploitation 34 315 310 1 160 (83 ) 1 736
Total des revenus 5 182 5 600 2 971 2 726 (580 ) 15 899
Dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances 362 574 3 28 - 967
Charges d'exploitation 2 660 3 106 1 786 1 189 (54 ) 8 687
Charge d'impôt sur le résultat 564 457 249 391 (350 ) 1 311
Bénéfice net 1 596 $ 1 463 $ 933 $ 1 118 $ (176$ ) 4 934 $
Bénéfice net attribuable aux participations ne donnant pas le contrôle dans des filiales - $ 147 $ 28 $ - $ - $ 175 $
Bénéfice net attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres de la Banque 1 596 $ 1 316 $ 905 $ 1 118 $ (176$ ) 4 759 $
Actifs moyens (en milliards de dollars) 271 $ 120 $ 14 $ 251 $ 93 $ 749 $
Passifs moyens (en milliards de dollars) 4) 185 $ 78 $ 17 $ 188 $ 239 $ 707 $
1) Les montants des périodes précédentes ont été ajustés rétrospectivement afin de refléter i) l'adoption des nouvelles normes IFRS, décrites à la note 3, en 2014 et ii) les améliorations à la méthode d'établissement des prix de transferts des fonds apportées en 2014. Les améliorations comprennent le transfert de coûts liés à la liquidité réglementaire plus élevés et une diminution de la valeur des intérêts de certains types de dépôts.
2) Il y a lieu de se reporter plus haut pour obtenir une définition des mesures non conformes aux PCGR.
3) Comprend les résultats provenant de tous les autres secteurs d'exploitation de moindre envergure ainsi que les ajustements du siège social, tels que l'élimination de la majoration des revenus exonérés d'impôt incluse dans les revenus d'intérêts nets, dans les autres revenus d'exploitation et dans la charge d'impôt sur le résultat de (235 $), pour parvenir aux montants présentés dans l'état consolidé du résultat net, ainsi que les écarts entre les montants réels des coûts engagés et de ceux imputés aux secteurs d'exploitation.
4) Les montants des périodes précédentes ont été retraités aux fins de conformité avec la présentation adoptée pour la période à l'étude.

Réseau canadien

Comparaison du troisième trimestre de 2014 et du troisième trimestre de 2013

Le Réseau canadien a dégagé un bénéfice net attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres de 565 millions de dollars, en hausse de 15 millions de dollars ou de 3 % par rapport à celui de la période correspondante de l'exercice précédent, du fait de la croissance des actifs et des dépôts, de l'accroissement de la marge ainsi que de l'augmentation des revenus nets tirés des frais et des commissions. Ces facteurs ont été contrebalancés en partie par l'augmentation des charges d'exploitation et de la dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances.

Comparaison du troisième trimestre de 2014 et du deuxième trimestre de 2014

D'un trimestre à l'autre, le bénéfice net attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres est demeuré stable malgré une baisse de 45 millions de dollars des profits à la vente de titres. La croissance de 3 % du total des revenus a été annulée par l'augmentation de la dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances et des charges d'exploitation.

Comparaison des neuf premiers mois de 2014 et des neuf premiers mois de 2013

Le Réseau canadien a dégagé un bénéfice net attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres de 1 705 millions de dollars, en hausse de 109 millions de dollars ou de 7 % par rapport à celui de la période correspondante de l'exercice précédent du fait de la croissance des actifs et des dépôts, de la marge ainsi que des revenus nets tirés des frais et des commissions. Ces facteurs ont été contrebalancés en partie par l'augmentation des charges d'exploitation et de la dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances.

Opérations internationales

Comparaison du troisième trimestre de 2014 et du troisième trimestre de 2013

Les Opérations internationales ont dégagé un bénéfice net attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres de 410 millions de dollars, ce qui représente une baisse de 80 millions de dollars par rapport à celui du trimestre correspondant de l'exercice précédent en raison d'un avantage net après impôt non récurrent de 90 millions de dollars l'exercice précédent. Compte non tenu de cet élément, le bénéfice net s'est accru de 10 millions de dollars ou de 3 %, la solide croissance du bénéfice en Amérique latine et en Asie ayant été partiellement contrebalancée par la faiblesse des résultats aux Antilles et en Amérique centrale.

Comparaison du troisième trimestre de 2014 et du deuxième trimestre de 2014

D'un trimestre à l'autre, le bénéfice net attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres a diminué de 6 millions de dollars ou de 1 % pour s'établir à 410 millions de dollars, surtout en raison de l'incidence défavorable de la conversion des devises. La croissance du bénéfice en Asie et aux Antilles a été plus que contrebalancée par la baisse des résultats en Amérique latine attribuable à la hausse des charges et à la baisse des revenus tirés des activités de transaction, et ce, malgré la croissance modeste des prêts et l'accroissement de la marge sur intérêts.

Comparaison des neuf premiers mois de 2014 et des neuf premiers mois de 2013

Le bénéfice net attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres a reculé de 89 millions de dollars pour s'établir à 1 227 millions de dollars en raison surtout de l'avantage net après impôt non récurrent de 90 millions de dollars comptabilisé l'exercice précédent, comme il a été mentionné précédemment. Compte non tenu de cet avantage, le bénéfice est demeuré stable, la croissance en Amérique latine ayant été contrebalancée par la faiblesse des résultats en Asie et aux Antilles. Les résultats ont été soutenus par l'apport de la forte croissance des actifs en Amérique latine et en Asie et par l'incidence favorable de la conversion des devises, ces facteurs ayant été contrebalancés par le recul des marges nettes sur intérêts, par la baisse des profits sur les titres de placement, par l'apport moindre des sociétés associées et par la hausse de la dotation au compte de correction de valeur pour pertes sur créances.

Gestion de patrimoine et assurance mondiales

Comparaison du troisième trimestre de 2014 et du troisième trimestre de 2013

La Gestion de patrimoine et assurance mondiales a dégagé un bénéfice net attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres de 846 millions de dollars pour le trimestre à l'étude, soit une hausse de 536 millions de dollars par rapport à celui du trimestre correspondant de l'exercice précédent. Les résultats du trimestre à l'étude tiennent compte d'un profit après impôt de 534 millions de dollars provenant de la vente du placement de la Banque dans CI Financial Corp. Compte non tenu de ce profit et de l'incidence de l'apport moindre de CI Financial Corp. en raison de la vente de cette dernière, le bénéfice net sous-jacent attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres de la Banque a progressé de 6 %. Le rendement du capital économique s'est établi à 56,3 % contre 16,8 % pour la même période de l'exercice précédent du fait de l'incidence de la vente du placement dans CI Financial Corp.

Comparaison du troisième trimestre de 2014 et du deuxième trimestre de 2014

D'un trimestre à l'autre, le bénéfice net attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres a progressé de 501 millions de dollars. Compte non tenu du profit notable et de l'incidence de l'apport moindre de CI Financial Corp. en raison de la vente de cette dernière, le bénéfice net attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres a reculé de 9 millions de dollars ou de 3 % en raison principalement de la hausse des charges d'exploitation.

Comparaison des neuf premiers mois de 2014 et des neuf premiers mois de 2013

Pour les neuf premiers mois de l'exercice, le bénéfice net attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres a augmenté de 613 millions de dollars. Les résultats des neuf premiers mois de l'exercice comprennent un profit notable après impôt de 534 millions de dollars. Compte non tenu du profit notable et de l'incidence de la baisse des revenus provenant de CI Financial Corp. en raison de la vente de cette dernière, le bénéfice net sous-jacent attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres a progressé de 10 %, ce qui s'explique surtout par l'excellente performance de l'ensemble des activités. La croissance est soutenue par la hausse des ASG et des ASA du fait de l'augmentation des ventes nettes, du redressement des marchés des capitaux et des acquisitions. Le rendement du capital économique s'est établi à 29,5 % contre 16,8 % du fait surtout de l'incidence de la vente de CI Financial Corp.

Services bancaires et marchés mondiaux

Comparaison du troisième trimestre de 2014 et du troisième trimestre de 2013

Les Services bancaires et marchés mondiaux ont dégagé un bénéfice net attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres de 408 millions de dollars. La hausse de 30 millions de dollars ou de 8 % d'un exercice à l'autre s'explique par les résultats records des services bancaires d'investissement pour le trimestre, par l'amélioration des résultats dans le secteur des titres de capitaux propres et par l'incidence favorable de la conversion des devises, ces facteurs ayant été contrebalancés en partie par recul de l'apport des titres à revenu fixe.

Comparaison du troisième trimestre de 2014 et du deuxième trimestre de 2014

Le bénéfice net attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres a progressé de 23 millions de dollars ou de 6 % par rapport à celui du trimestre précédent. Les résultats records des services bancaires d'investissement pour le trimestre et la forte performance des activités liées aux titres de capitaux propres mondiaux et des activités de prêts ont été contrebalancés en partie par un recul des titres à revenu fixe.

Comparaison des neuf premiers mois de 2014 et des neuf premiers mois de 2013

Les Services bancaires et marchés mondiaux ont dégagé un bénéfice net attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres de 1 132 millions de dollars. L'augmentation de 14 millions de dollars ou de 1 % d'un exercice à l'autre s'explique par les résultats records des services bancaires d'investissement, par la hausse des résultats des activités liées aux prêts et par l'incidence favorable de la conversion des devises, ces facteurs ayant été contrebalancés en partie par le recul des résultats des activités liées aux marchés financiers.

Autre

Le secteur Autres regroupe la Trésorerie du Groupe, les secteurs d'exploitation de moindre envergure et d'autres éléments du siège social qui ne sont pas attribués à un secteur en particulier.

Comparaison du troisième trimestre de 2014 et du troisième trimestre de 2013

Le secteur Autres a affiché un bénéfice net attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres de 72 millions de dollars pour le trimestre à l'étude, contre une perte nette de 37 millions de dollars pour le trimestre correspondant de l'exercice précédent. L'augmentation du bénéfice net s'explique d'abord et avant tout par la hausse des revenus tirés des activités de gestion de l'actif et du passif, essentiellement du fait de l'échéance de débentures et de dépôts à taux élevés, qui ont été remplacés par du financement dont les taux sont moins élevés, et par la hausse des profits nets sur les titres de placement.

Comparaison du troisième trimestre de 2014 et du deuxième trimestre de 2014

Le secteur Autres a affiché un bénéfice net attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres de 72 millions de dollars au troisième trimestre, contre un bénéfice net de 31 millions de dollars pour le trimestre précédent. L'augmentation reflète essentiellement la hausse des profits nets sur les titres de placement et les revenus accrus tirés des activités de gestion de l'actif et du passif. Ces facteurs ont été contrebalancés en partie par l'augmentation de l'impôt pour le trimestre à l'étude.

Comparaison des neuf premiers mois de 2014 et des neuf premiers mois de 2013

Le secteur Autres a affiché un bénéfice net attribuable aux détenteurs de titres de capitaux propres de 116 millions de dollars pour les neuf premiers mois de l'exercice, contre une perte nette de 176 millions de dollars pour la période correspondante de l'exercice précédent. L'augmentation reflète essentiellement la croissance des revenus tirés des activités de gestion de l'actif et du passif découlant en partie du remplacement des débentures et des dépôts à taux élevés arrivant à échéance, qui ont été remplacés par du financement dont les taux sont moins élevés ainsi que l'augmentation des profits nets sur les titres de placement. Ces facteurs ont été contrebalancés en partie par l'augmentation des charges pour la période à l'étude.

Information à l'intention des actionnaires

Service de dépôt direct

Les actionnaires qui le désirent peuvent faire déposer les dividendes qui leur sont distribués directement dans leurs comptes tenus par des institutions financières membres de l'Association canadienne des paiements. Pour ce faire, il suffit d'écrire à l'Agent des transferts.

Régime de dividendes et d'achat d'actions

Le régime de réinvestissement de dividendes et d'achat d'actions de la Banque Scotia permet aux actionnaires ordinaires et privilégiés d'acquérir d'autres actions ordinaires en réinvestissant leurs dividendes en trésorerie sans avoir à acquitter de frais de courtage ou d'administration.

Les actionnaires admissibles ont également la possibilité d'affecter, au cours de chaque exercice, une somme ne dépassant pas 20 000 $ à l'achat d'actions ordinaires supplémentaires de la Banque. Tous les frais liés à la gestion du régime sont à la charge de la Banque.

Pour obtenir des renseignements supplémentaires sur le régime, il suffit de communiquer avec l'Agent des transferts.

Dates de paiement des dividendes pour 2014

Dates de clôture des registres et de paiement des dividendes déclarés sur les actions ordinaires et privilégiées, sous réserve de l'approbation du conseil d'administration.

Date de clôture des registres Date de paiement
7 janvier 29 janvier
1er avril 28 avril
2 juillet 29 juillet
7 octobre 29 octobre

Date d'assemblée annuelle pour l'exercice 2014

L'assemblée annuelle pour l'exercice 2014 sera tenue le 9 avril 2015.

Envoi de documents en plusieurs exemplaires

Si vos portefeuilles d'actions sont inscrits sous plus d'un nom ou plus d'une adresse, vous recevrez plusieurs exemplaires. Pour éviter l'envoi des documents en plusieurs exemplaires veuillez écrire à l'agent des transferts afin de regrouper les comptes.

Offre de rachat dans le cours normal des activités

Un exemplaire de l'avis d'intention visant le lancement de l'offre de rachat dans le cours normal des activités peut être obtenu sans frais en communiquant avec le Secrétariat au 416-866-3672.

Site Web

Pour obtenir des renseignements concernant la Banque Scotia et ses services, visitez notre site Web, au www.banquescotia.com.

Conférence téléphonique et diffusion sur le Web

La conférence téléphonique sur les résultats trimestriels aura lieu le 26 août 2014, à 8 h (heure avancée de l'Est) et devrait durer environ une heure. Les parties intéressées sont invitées à accéder à la conférence directement, en mode écoute seulement, par téléphone, sans frais, au 416-849-1847 ou au 1-866-530-1554 (veuillez téléphoner 5 à 15 minutes à l'avance). Une diffusion audio sur le Web avec les diaporamas afférents sera accessible par l'intermédiaire de la page Relations avec les investisseurs, au www.banquescotia.com. Une période de questions suivra la présentation des résultats par la haute direction de la Banque Scotia.

Une transmission différée par téléphone de la conférence téléphonique sera disponible du 26 août 2014 au 10 septembre 2014, en composant le 647-436-0148 ou le 1-888-203-1112 (sans frais en Amérique du Nord) et en saisissant le code d'identification 9882752, suivi du carré (#). La diffusion audio sur le Web sera disponible sur le site Web de la Banque pendant trois mois.

Coordonnées
Investisseurs :
Les analystes financiers, les gestionnaires de portefeuilles et les autres investisseurs qui souhaitent obtenir de l'information financière concernant la Banque sont priés de communiquer avec le service Relations avec les investisseurs, Affaires financières :
Banque Scotia
Scotia Plaza 44, rue King Ouest
Toronto (Ontario) Canada M5H 1H1
Téléphone : 416-775-0798
Télécopieur : 416-866-7867
Courriel : investor.relations@scotiabank.com
Médias :
Les demandes d'information des médias doivent être adressées au service Affaires publiques et affaires de la société, à l'adresse ci-dessus.
Téléphone : 416-866-6806
Télécopieur : 416-866-4988
Courriel : corporate.communications@scotiabank.com
Actionnaires :
Pour obtenir des renseignements sur un changement d'inscription d'actions, un changement d'adresse, les dividendes, les transferts successoraux ou la perte de certificats d'actions, ou pour demander que cessent des envois multiples, veuillez vous adresser à l'Agent de transfert de la Banque :
Société de fiducie Computershare du Canada
100, avenue University, 8e étage
Toronto (Ontario) Canada M5J 2Y1
Téléphone : 1-877-982-8767
Télécopieur : 1-888-453-0330
Courriel : service@computershare.com
Coagent de transfert (États-Unis)
Computershare Trust Company N.A.
250 Royall Street
Canton, MA 02021 U.S.A.
Téléphone : 1-800-962-4284
Pour toute autre demande de renseignements, les actionnaires sont priés de contacter les Affaires financières :
Banque Scotia
Scotia Plaza 44, rue King Ouest
Toronto (Ontario) Canada M5H 1H1
Téléphone : 416-866-4790
Télécopieur : 416-866-4048
Courriel : corporate.secretary@scotiabank.com

Quarterly Reports available in English

The Bank publishes its statements and Annual Report in both English and French, and makes every effort to provide them to Shareholders in the language of their choice. If you would prefer to receive shareholder communications in English, please contact Public, Corporate and Government Affairs, The Bank of Nova Scotia, Scotia Plaza, 44 King Street West, Toronto, Ontario, Canada, M5H 1H1. Please supply the mailing label you received, if possible, so we may adjust our records.

Renseignements

  • Jake Lawrence
    Relations avec les investisseurs, Banque Scotia
    (416) 866-5712

    Sheena Findlay
    Communication avec les médias, Banque Scotia
    (416) 866-6806