Customs and Immigration Union (CIU)

Customs and Immigration Union (CIU)

17 août 2005 14h59 HE

La CEUDA réclame du gouvernement qu'il protège nos frontières et dise la vérité aux Canadiens

OTTAWA, ONTARIO--(CCNMatthews - 17 août 2005) - Les Canadiens ont appris hier du National Post et du Journal de Montréal qu'il y a de graves lacunes dans la gestion de la base de données sur les avis de surveillance des douanes canadiennes. L'outil n'avertit pas souvent les agents des douanes qu'ils ont affaire à des personnes considérées par d'autres organismes d'application de la loi comme "armées et dangereuses", violentes ou impliquées dans le terrorisme.

Ron Moran, président national de la Customs Excise Union Douanes Accise (CEUDA), qui représente 10 500 membres, dont plus de 5 000 sont des agents des douanes, y compris les agents en uniforme qui travaillent aux premières lignes et les agents d'enquête, du renseignement et des politiques commerciales, déclare : "Selon les lignes directrices de Douanes Canada, l'enregistrement dans la base de données sur les avis de surveillance de toute personne considérée comme violente, armée et dangereuse ou en rapport avec des terroristes est facultatif. Le plus souvent, les lignes directrices sont observées d'une façon qui empêche les agents des douanes de savoir qu'ils ont affaire à quelqu'un de dangereux, ce qui leur fait injustement courir un risque de blessure grave ou de mort."

Les Canadiens seront choqués d'apprendre que, comme les agents des douanes ne sont pas armés, la politique de Douanes Canada dicte qu'ils ne traitent pas avec les personnes dangereuses, mais plutôt qu'ils les relâchent et les laissent entrer au Canada, où l'on espère que la police locale pourra les retrouver. La police est censée les trouver et les arrêter. M. Moran ajoute : "La seule chose plus insensée que de dissimuler aux agents des douanes des renseignements sur les gens dangereux est de leur dire que, s'ils viennent jamais à découvrir une personne dangereuse, ils doivent la laisser entrer librement au Canada. Il s'agit là d'une conduite négligente et irresponsable qui fait peser sur les agents des douanes de première ligne et les Canadiens des risques inutiles."

"A ce sujet, et dans l'intérêt de la sécurité publique," précise M. Moran, "nous avons demandé à maintes reprises à la direction des Douanes de démontrer que les gens armés et dangereux invités par les agents des douanes à poursuivre leur chemin ont bien été arrêtés par la police et remis aux douanes pour les procédures d'examen et d'immigration. "Malheureusement, la seule preuve a été fournie par le président de l'ASFC devant le sous-comité de la Chambre des communes sur la sécurité publique et nationale en février 2005, quand il a dit que, selon lui, il n'y avait aucun problème.

Une demande d'obtention de preuves en la matière effectuée par CEUDA dans le cadre de L'accès à l'information a récemment révélé qu'il y avait bien un problème. La lettre du directeur de l'AIPRP de l'ASFC en date du 9 août 2005 dit : "Veuillez noter que des dirigeants de l'ASFC nous ont informés qu'il n'existait aucune information en réponse à votre demande. On nous avise que ni le quartier général ni les bureaux régionaux ne compilent de telles statistiques."

Une fois encore, l'ASFC semble avoir une aversion à la vérité. M. Moran conclut : "En résumé, pour que les Canadiens comprennent bien, l'ASFC n'informe pas ses agents de qui est armé et dangereux, une politique dicte aux agents de laisser les personnes dangereuses entrer au Canada, et, pour couronner le tout, on ne tient absolument aucun registre sur le nombre de personnes dangereuses qui sont arrêtées plus tard par la police et renvoyées aux douanes pour les procédures d'examen."

La gravité des problèmes de sécurité frontalière de ce type est la principale raison pour laquelle CEUDA a engagé le Northgate Group pour mener, à l'échelle du pays, une étude et une analyse du risque visant à déterminer si les agents des douanes ont besoin ou non de porter une arme à feu.

Renseignements

  • CEUDA
    Ron Moran
    Président national
    (613) 677-1090
    ou
    CEUDA
    Erik Lupien
    Agent des communications et des coordinations politiques
    (613) 723-8008