Chambre immobilière du Grand Montréal

Chambre immobilière du Grand Montréal

18 nov. 2013 16h03 HE

La Chambre immobilière du Grand Montréal craint aussi de nouvelles mesures restrictives dans le secteur de l'immobilier

"De nouveaux resserrements seraient très dommageables pour le secteur de l'immobilier"

Patrick Juanéda

Président de la Chambre immobilière du Grand Montréal

ÎLE-DES-SOEURS, QUÉBEC--(Marketwired - 18 nov. 2013) - À la suite des déclarations récentes du ministre fédéral des Finances, M. Jim Flaherty, qui disait s'interroger au sujet de l'état du marché de l'immobilier au Canada et sondait actuellement différents experts à ce sujet, la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) s'inquiète des intentions du ministre.

« Tel que l'a mentionné plus tôt aujourd'hui le ministre des Finances et de l'Économie du Québec, M. Nicolas Marceau, de nouveaux resserrements seraient très dommageables pour le secteur de l'immobilier québécois. Au cours des dernières années, plusieurs changements ont été imposés quant aux règles d'emprunt hypothécaire. Par exemple, la période d'amortissement maximale d'un emprunt est passée de 40 ans, à 35 ans, à 30 ans, puis finalement à 25 ans en juillet 2012. Cela a mis une pression additionnelle sur les propriétaires et les futurs propriétaires », a déclaré Patrick Juanéda, Président de la Chambre immobilière du Grand Montréal.

Le plus récent resserrement hypothécaire a eu des répercussions mesurables sur le marché, particulièrement dans le segment de la copropriété où l'on retrouve beaucoup de premiers acheteurs. Le portrait de l'année 2012 témoigne d'ailleurs de l'impact de ce resserrement. Les deux premiers trimestres de 2012 ont connu une augmentation des ventes, alors que les troisième et quatrième trimestres ont affiché des diminutions. Depuis le début de l'année 2013, le marché immobilier peine à retrouver la vigueur qu'il avait précédemment aux resserrements de l'été 2012.

« La croissance économique est au ralentit. Le gouvernement du Québec fait face à une diminution des revenus et reconnaît lui-même que la croissance de la consommation des ménages est moins vigoureuse que prévu. Le marché immobilier est une composante importante de l'économie. De nouveaux resserrements ne seraient pas souhaitables, ni pour les acheteurs, ni pour les vendeurs, ni pour l'économie du Québec », a conclu M. Juanéda.

À propos de la Chambre immobilière du Grand Montréal

La Chambre immobilière du Grand Montréal est une association à but non lucratif qui compte près de 10 000 membres, courtiers immobiliers. Sa mission est de promouvoir et de protéger activement les intérêts professionnels et d'affaires de ses membres afin qu'ils accomplissent avec succès leurs objectifs d'affaires.

Renseignements