TRANSCANADA
TSX : TRP
NYSE : TRP

TRANSCANADA

26 nov. 2014 18h57 HE

La Colombie-Britannique décerne le Certificat d'évaluation environnementale au projet de transport de gaz de Prince Rupert EAO

VANCOUVER, COLOMBIE-BRITANNIQUE--(Marketwired - 26 nov. 2014) - TransCanada Corporation (TSX:TRP) (NYSE:TRP) (TransCanada) a annoncé aujourd'hui que son projet de transport de gaz de Prince Rupert (TGPR) s'est vu attribué un certificat d'évaluation environnementale (Environmental Assessment Certificate, EAC) par le Bureau d'évaluation environnementale (Environmental Assessment Office, EAO) de C.-B. Celui-ci autorise la poursuite du projet de gazoduc qui acheminera du gaz naturel, sous réserve de la décision finale d'investissement de PETRONAS et du permis de construire de la Commission Pétrole et gaz de C.-B.

« Il s'agit d'une étape significative pour le TGPR et, tout comme le Certificat d'évaluation environnementale récemment attribué à notre projet Coastal GasLink, cela montre que TransCanada est déterminé à développer le secteur de l'exportation de gaz naturel liquéfié de la province de manière sûre et écologique », a déclaré Russ Girling, président et chef de la direction de TransCanada. Le TGPR est un élément important du plan d'investissement de TransCanada, un plan sans précédent par son envergure (46 milliards de dollars). Il comprend plus de 12 milliards de dollars en propositions de projets de gazoduc en vue de stimuler l'exportation de gaz naturel liquéfié (GNL), un secteur émergent en C.-B. Les projets de gazoduc de TransCanada pour l'acheminement de GNL sont basés sur des contrats de long terme avec des entreprises du secteur de l'énergie bien établies au niveau international. »

Le TGPR va assurer la livraison sécurisée de gaz naturel sur 900 kilomètres à partir d'un point situé à proximité de Hudson's Hope jusqu'au site GNL proposé de Pacific NorthWest dans le district de Port Edward. Dans ce site spécialisé, le gaz naturel sera transformé en gaz naturel liquéfié avant d'être transporté vers les marchés internationaux.

« Le processus d'évaluation environnementale a été rigoureux et a demandé des milliers d'heures d'analyse de terrain, d'études techniques et de consultation pour s'assurer de limiter au maximum notre empreinte écologique dans le nord de la C.-B. », a expliqué Dean Patry, président du projet TGPR. « Nous avons soumis plus de 8500 pages de documentation environnementale, économique, culturelle, sociale et historique au Bureau d'évaluation environnementale de C.-B. et nous avons participé aux réunions des groupes de travail, à des portes ouvertes, des réunions en face-à-face et avec les gouvernements locaux. Nous avons également répondu à des milliers de questions écrites soumises par les personnes ayant un intérêt dans le tracé que nous proposons. Le certificat EAC récompense les efforts soutenus qu'ont fournis notre équipe. »

L'EAC contient 45 conditions, dont beaucoup sont en phase avec les bonnes pratiques en vigueur dans la construction et l'exploitation de gazoducs. Elles incluent aussi les conditions adoptées pour répondre aux questions spécifiques au projet, soulevées par la Nation Nisga'a, les groupes aborigènes, les communautés locales et les agences de gestion des ressources. Celles-ci incluent :

  • Élaborer des plans de limitation et de contrôle concernant l'accès marin et la gestion du traffic, les interactions avec les pêcheurs, les mammifères marins, les déplacements des crabes, les sédiments marins et la qualité de l'eau ;
  • Élaborer un plan de gestion des gaz à effet de serre qui inclut l'adhésion aux directives du ministère du Développement du gaz naturel sur les meilleures techniques disponibles abordables économiquement, les exigences réglementaires d'informer sur les émissions de gaz à effet de serre et les efforts d'atténuation dans les différents sites ;
  • Atténuer les effets sur les caribous et les ours polaires en évitant les habitats sensibles partout où cela est possible, en évitant de renforcer l'impact des prédateurs et en fournissant jusqu'à 2 millions de dollars pour financer la surveillance des caribous et des prédateurs et 750 000 dollars pour financer la conservation et la gestion des populations régionales d'ours polaires ;
  • Élaborer un plan de gestion des effets socio-économiques, incluant une coopération continue avec les gouvernements locaux pour réduire au minimum les effets sur les infrastructures et les services communautaires ;
  • Continuer à coopérer avec la Nation Nisga'a et les groupes aborigènes, y compris opportunités de participer aux programmes de surveillance pendant l'élaboration du projet.

Si une grande partie du tracé du gazoduca été décidée, les inquiétudes des populations locales et des aborigènes concernant certains endroits pourraient encore affecter le tracé final du gazoduc.

La capacité initiale du gazoduc permettra l'expédition d'environ 56,6 miilions de m3 (2 milliards de pieds cubes/jour) de gaz naturel avec l'assistance de trois stations de compression. La capacité du gazoduc pourrait être augmentée ultérieurement pour traiter 102 miilions de m3 (3,6 bcf/d) via l'addition de cinq stations de compression maximum.

« La construction du gazoduc prendra environ quatre ans, elle créera des milliers d'emplois très bien rémunérés pour des travailleurs locaux qualifiés qui pourront ainsi subvenir aux besoins de leur famille et elle fournira des revenus aux entreprises aborigènes et locale »s, souligne M. Patry. « Une fois opérationnel, le projet générera quelque 20 millions de dollars par an en impôts fonciers. Cet argent ira au gouvernement provincial qui le distribuera aux municipalités. Il aidera à financer les écoles et les hôpitaux, les services d'urgence, les loisirs et différents autres programmes qui renforceront les communautés le long du tracé du gazoduc. »

TransCanada a également sollicité la Commission Pétrole et gaz de C.-B. pour obtenir les autorisations exigées à la section 25 de la Loi sur les activités liées au pétrole et au gaz pour construire et exploiter le gazoduc TGPR. Un examen réglementaire de ces applications est en cours.

En tant que membre des indices de durabilité Dow Jones mondial et nord-américain et de la 'Liste A' des entreprises du Carbon Disclosure Project (Projet de divulgation des émissions de carbone) adoptant une approche responsable face au changement climatique, TransCanada est un chef de file de l'industrie, déterminé à atténuer les impacts de l'ensemble de ses activités. TransCanada figure depuis peu sur « The A List: The CDP Climate Performance Leadership Index 2014 ». Cette liste répertorie les entreprises qui font le plus d'efforts pour lutter contre le changement climatique partout dans le monde. Parmi les 2000 entreprises évaluées, TransCanada est l'une des cinq entreprises canadiennes (et la seule entreprise canadienne du secteur de l'énergie) qui ont été
sélectionnées dans la Liste A.

INFORMATIONS GÉNÉRALES - PROJET TGPR

  • TGPR est une filiale détenue à 100 % par TransCanada PipeLines Limited.
  • Le projet a été lancé en janvier 2013 avec l'accord de soutien aussitôt après de la Nation Nisga'a, les aborigènes et la communauté.
  • TGPR à réalisé un travail de terrain environnemental se chiffrant en milliers d'heures sur ou à proximité du tracé prévu du gazoduc. Ce travail inclut des études sur les habitats des poissons d'eau de mer et d'eau douce, la faune et la flore sauvages, les sols, la végétation et les zones humides, l'environnement atmosphérique et les ressources du patrimoine.
  • TGPR a également collecté des informations sur les intérêts des Premières Nations, l'utilisation actuelle et traditionnelle des terres, les conditions économiques et sociales, ainsi que les priorités communautaires le long de l'itinéraire proposé.
  • Quelque 20 millions de dollars par an en impôts fonciers seront générés en C-.B., basés sur les taux d'imposition actuelle (2,4 milliards en recettes fiscales à tous les niveaux du gouvernement sur la durée du projet). Cela signifie davantage de fonds gouvernementaux disponibles pour financier les plans communautaires et répondre aux besoins en infrastructures à la fois au niveau local et provincial (par exemple pompiers et police, écoles, hôpitaux, gestion des déchets).
  • TransCanada a fourni plus de 31 millions de dollars pour financer des initiatives à but non lucratif au Canada au cours des cinq dernières années. Elle a notamment contribué à hauteur de plus de 3,3 millions de dollars aux partenariats communautaires en C.-B.
  • Le TGPR comprend deux programmes éducatifs et de formation aborigènes et locaux :
    Pathway to gazoduc Readiness est axé sur la préparation de la main-d'œuvre locale en relation directe avec le projet.
    The TransCanada Education Legacy vise à développer les capacités des communautés sur le long terme via des initiatives éducatives.
  • TGPR offrira des possibilités de sous-traitance et d'emplois pour les entreprises et les personnes locales et autochtones qualifiées, le long du tracé proposé.
    On estime que le projet va créer 42 060 années de travail à temps plein (emplois directs, indirects et induits) au Canada pendant la construction et sur une période de 30 ans d'activité. Cela inclura environ 8215 années de travail avec emplois directs sur les quatre ans de la période de construction.
    Par ailleurs, environ 2,7 milliards de dollars de coûts de construction et d'exploitation seront dépensés en C.-B, ce qui créera 13 170 années de travail dans la province.
    Une fois le gazoduc opérationnel, il est prévu que 16 à 35 emplois permanents sur le terrain soient créés afin de soutenir les opérations d'exploitation et d'entretien. Ceci impliquera des postes variés, y compris des rôles techniques, administratifs, de sécurité, de relations communautaires et de direction.

Forte de plus de 60 ans d'expérience, la société TransCanada est un chef de file dans les secteurs du développement responsable et de l'exploitation fiable d'infrastructures énergétiques en Amérique du Nord, y compris des gazoducs et des oléoducs ainsi que des installations de production d'électricité et de stockage de gaz. TransCanada exploite un réseau de gazoducs qui s'étend sur plus de 68 000 kilomètres (42 000 miles), exploitant presque tous les grands bassins d'approvisionnement gazier d'Amérique du Nord. TransCanada est un des plus importants fournisseurs de services de stockage de gaz et de services connexes du continent, grâce à une capacité de stockage de gaz d'environ 11,3 milliards de mètres cubes (400 milliards de pieds cubes). Société productrice d'énergie indépendante en expansion, TransCanada possède plus de 10 900 mégawatts de production d'énergie au Canada et aux États-Unis, ou en détient une participation. TransCanada développe actuellement l'un des plus importants réseaux de transport de liquides en Amérique du Nord. Les actions ordinaires de TransCanada se négocient à la bourse de Toronto et de New York sous le symbole TRP. Pour en savoir plus, veuillez consulter le site www.TransCanada.com et notre blog ou nous suivre sur les médias sociaux et sur 3BL Media.

INFORMATIONS PROSPECTIVES

Le présent communiqué de presse peut contenir certaines informations prospectives qui sont sujettes à des incertitudes et à des risques importants (ces énoncés sont généralement accompagnés par des mots comme « anticipe », « s'attend à », « croit », « pourrait », « aura », « devrait », « estime », « prévoit » ou autres termes similaires). Tous les énoncés prospectifs contenus dans le présent document visent à fournir aux porteurs de titres et investisseurs éventuels de TransCanada, des informations relatives à TransCanada et ses filiales, y compris l'évaluation par la direction des plans et des perspectives financières et opérationnelles futures de TransCanada et de ses filiales. Toutes les déclarations de nature prospective reflètent les convictions et les suppositions de TransCanada en fonction des informations disponibles au moment où les déclarations ont été effectuées et, à ce titre, ne sont pas des garanties quant aux performances futures. Les lecteurs sont invités à ne pas accorder une confiance excessive à ces informations prospectives, qui sont données à la date à laquelle elles sont exprimées dans ce communiqué de presse, et de ne pas utiliser les renseignements prospectifs ou les perspectives financières pour autre chose que leur but. La société TransCanada n'est aucunement tenue d'actualiser ou de réviser tout énoncé prospectif, à moins que les lois ne l'exigent. Pour tout renseignement complémentaire sur les hypothèses présentées, ainsi que sur les risques et incertitudes pouvant causer une différence entre les résultats réels et ceux prévus, veuillez vous reporter au rapport trimestriel aux actionnaires en date du 3 novembre 2014, ainsi qu'au rapport annuel 2013 de TransCanada déposés sous le profil de TransCanada sur le site de SEDAR à www.sedar.com et auprès de la Securities and Exchange Commission des États-Unis à l'adresse www.sec.gov.

Renseignements

  • Personnes-ressources TransCanada auprès des médias
    Shawn Howard / Mark Cooper
    403.920.7859 ou 800.608.7859

    Personnes-ressources TransCanada auprès des analystes
    et investisseurs :
    David Moneta / Lee Evans
    403.920.7911 ou 800.361.6522