Comité de Solidarité d'Ottawa avec Haïti

26 févr. 2009 15h41 HE

La conférence d'Ottawa place les Haïtiens de la diaspora en première ligne pour la reconstruction de leur pays

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 26 fév. 2009) - Les membres de la communauté haïtienne de la Région de la Capitale Nationale du Canada, espèrent que cette conférence, consacrée au rôle des puissances étrangères dans les affaires internes de leur pays, incitera fortement la diaspora à assumer le leadership dans le processus de réconciliation et de reconstruction de cette nation tant appauvrie. L'initiative d'Ottawa sur Haïti,( version 2009), rassemblera des leaders communautaires, des auteurs, écrivains et autres professionnels, ainsi que des intellectuels provenant d'horizons et de familles politiques divers évoluant en Amérique du nord.

A la différence des évènements comparables tenus par le passé, incluant la dernière conference sur Haïti qui s'est déroulée à l'Université d'Ottawa, les organisateurs de cette activité sont confiants que, cette fois, un véritable dialogue et une réelle prise de conscience s'imposera parmi les Haïtiens de l'extérieur.Ces derniers sont d'autant plus concernés par l'avenir de leur pays, que près de 30% du produit national brut d'Haïti, est composé de transferts, provenant de l'Amérique du nord.

Cette conférence, qui aura lieu le 28 février 2009, soit cinq ans après que les Forces Armées Canadiennes, ont fourni un appui logistique aux Forces Spéciales Américaines pour le renversement brutal du président Aristide, jettera un regard critique sur les prétendus efforts de stabilisation déployés par l'Organisation des Nations Unies,la France, le Canada et les Etats-Unis en Haïti.

"Il est tout à fait déplorable de constater que, les politiques et les administrateurs canadiens ignorent que pendant plus de deux siècles, le peuple haïtien a toujours lutté farouchement pour la maîtrise de son destin contre cette (communauté internationale) qui, durant la période coloniale et esclavagiste portait le titre de (nations civilisées)" nous dit Jean Saint-Vil organisateur de cette conférence et membre du Comité de Solidarité d'Ottawa avec Haïti.

"Nous sommes les sujets de notre propre histoire. Nous avons nos propres méthodes et savoirs-faire qui découlent de notre passé et de nos expériences collectives. Nous avons également des approches différentes pour utiliser, gérer et mettre en valeur des actifs, des éléments et des mécanismes puissants de la culture haïtienne comme le konbit . En outre, les nouvelles technologies de l'information sont des atouts qui peuvent jouer un role extraordinaire pour aider Haïti à sortir de son état de crise et de pauvreté." poursuit M. Saint-Vil.

La conférence sera animée en temps réel par vidéo grâce à la participation de leaders et d'activistes haïtiens très influents comme Camille Chalmers, directeur exécutif d'une organisation non gouvernementale PAPDA , et Patrick Elie, ancien Secrétaire d'Etat à la Sécurité Publique (1995). Prendront également part au colloque, Edwidge Danticat, auteure renommée dont on peut citer, parmi les nombreux ouvrages; Krik Krak ! Brother,I'm Dying, Marcus Garcia journaliste haïtien à l'hebdomadaire Haïti en Marche, Marguerite Laurent, poète, avocate et activiste qui vit à New-York, Carlo Dade, directeur de la Fondation Canadienne pour les Amériques et Peter Hallward, professeur, demeurant en Angleterre et auteur de : Damming the Flood: Aristide, Haïti, and the Politics of Containment. D'autres distingués conférenciers issus de la communauté haïtienne d'Ottawa-Gatineau ont aussi offert leur collaboration.

"Ce que les gens oublient souvent ou ne savent pas, c'est que, Haïti est un pays dont la majorité de la population est composée de jeunes ce qui est en soi une formidable richesse." souligne Jean Guillaume, le premier afro-canadien nouvellement élu à la Vice-présidence des affaires sociales de la Fédération des Etudiants de l'Université d'Ottawa.

"Malgré la crise alimentaire qui sévit actuellement, et, les ravages causés par les différents ouragans au cours de l'automne 2008 avec leurs effets désastreux sur la vie nationale, le pays s'en sortira. Mais pour cela, il faut en plus de tous les efforts consentis, libéraliser les jeunes énergies, faire place à la créativité, promouvoir la solidarité de la jeunesse d'Haïti avec celle du monde." nous dit Jean Guillaume.

"La crise haïtienne, découle en grande partie de ce nouveau phénomène mondial que constitue l'exode des cerveaux vers les pays riches. Depuis bientôt un demi-siècle, Haïti est littéralement et systématiquement vidée de ses professionnels les plus qualifiés, au profit du Canada et des Etats-Unis." précise Raymond Dubuisson, membre du Comité Outaouais pour la Reconstruction d'Haïti et du Comité de Solidarité d'Ottawa avec Haïti.

"Quant on connaît, les coûts associés à une formation supérieure, il est primordial de se poser la question ; d'où proviendra donc, cette nouvelle génération de médecins, de juristes, d'ingénieurs , d'agronomes et d'autres techniciens de haut niveau dont Haïti a cruellement besoin pour assurer son développement." ajoute Raymond.

Le symposium :Initiative d'Ottawa sur Haïti 2009 se déroulera le samedi 28 février de 9 heures à 17 heures à l'Auditorium des Anciens de l'Université d'Ottawa. Ce colloque est organisé par le Comité de Solidarité d'Ottawa avec Haïti, le club des Etudiants Haïtiens d'Ottawa , SFUO Ottawa et AKASAN.org.

Renseignements

  • Jean Saint-Vil
    (613) 482-2549
    Courriel : info@akasan.org
    ou
    Jude Jean-Francois
    (613) 745-0833