Biomedico Pharma

01 déc. 2010 17h24 HE

La Constellation Millenia brille sur les faits

Il n'y a rien d'illusoire dans les composés chimiques utilisés par Millenia dans sa lutte contre le VIH et la Malaria

MONTRÉAL, QUÉBEC--(Marketwire - 1 déc. 2010) -

Ce communiqué de presse se veut la réponse officielle de la société Millenia Hope à la série d'articles parus dans le quotidien La Presse il y a quelques semaines.

La collaboration du Docteur Bahige Baroudy a permis à Millenia Hope, grâce également à l'apport de professeurs de l'Université de Pittsburgh et l'Université Rutgers aux États-Unis, de recevoir l'approbation d'une subvention du NIH (National Institute of Health, Bethesda, Maryland, USA) de 4.6 million de dollars dans le cadre du projet du VIH RNase H, une enzyme qui joue un rôle important dans la reproduction du virus du VIH. Le composé chimique ainsi mis au point agit comme un inhibiteur de VIH RNase H enzyme. Malheureusement, la journaliste ayant publié la série d'articles a, semble-t-il oublié d'en faire mention, au risque d'atténuer le sensationnalisme. Ce n'est pas ainsi que se vendent les journaux. 

Le composé utilisé pour contrer la malaria est extrait d'une plante Brésilienne qui a été utilisé pendant des siècles dans ce pays contre cette maladie. Il a été découvert par le professeur Corado Galeffi de l'Université de Rome, La Sapienza.

Millenia a reçu 18 homologations en Afrique pour la vente et la distribution de l'extrait de cette plante contre la Malaria. Deux essaies cliniques – un au Cameroun, et l'autre en République Centre-Africaine ont eu lieu avec l'accord de l'OMS Brazzaville et des Ministères de la Santé de chacun de ces pays. Ces essais n'ont donné lieu à aucune publication car toutes les molécules actives n'avaient pas encore été isolées. Les tests de toxicité on été effectués par le Laboratoire ITR ici même au Québec. Le produit a finalement été homologué en tant que produit naturel.

Nous avions répondu, à l'époque, à l'allégation de la revue The Scientist, sans qu'il ne soit donné suite a nos demandes. Les responsables n'ont pas tenues compte de nos justifications.

Rappelons-nous que le produit Malarex est un extrait d'une plante et comme tous les autres produits naturels qui se vendent dans les pharmacies au Québec, en Chine ou en Inde, l'efficacité en est établie en fonction du temps et l'observation des habitudes.

A l'époque, nous avons utilisé les données publiées par le professeur Galeffi et avons mis en place des tests de toxicité et d'efficacité dans le cadre d'une recherche scientifique solidement fondée. C'est avec l'expertise du docteur Bahige Baroudy et ses collègues chez Millenia que nous avons commencé à isoler toutes les molécules importantes en relation avec la malaria contenues dans l'extrait de cette plante.

Une des raisons principales pour avoir racheté la faillite d'Avance Pharma est qu'elle détenait une technologie complémentaire de phytochimie permettant, entre autres, de préciser nos démarches sur le Malarex.

Que ce soit en Chine, en Inde ou en Amérique du sud, c'est dans la nature qu'on découvre les molécules permettant d'élaborer les médicaments qui soignent les maladies telle que la malaria. 

Quant à Monsieur Jacky Quan, il aurait été plus opportun d'utiliser le terme « ex » haut dirigeant car il n'était plus un dirigeant bien avant son incident avec la GRC et L'AMF. De plus, dans les faits, Millenia n'est q'un parmi plusieurs titres qu'il a supposément transigé. Les autres titres se transigent sur le TSX. Par déduction aussi peu rigoureuse que les textes de la journaliste, peut-on en déduire que le TSX fait partie « du Far West » ?

À la lecture attentive des textes publiés, il semblerait à la journaliste que toutes les entreprises inscrites sur les marchés Pink Sheet et OTCBB nagent dans autant de soupçons, car la plupart des compagnies ne rapportent pas leurs résultats financiers. Pour sa part, Millenia a toujours rapporté ses résultats à chaque année jusqu'au moment où elle n'avait plus le moyen de se le permettre. Dites moi comment les courtiers peuvent permettre de transigez un titre de Millenia qui est sur le OTC PINK SHEET dans un compte REER ? Le titre de Millenia n'est pas éligible dans un REER.

Un fait important doit être souligné. Le jour où l'article de la Presse est paru, le titre de Millenia s'est transigé sur la bourse OTC à un volume de 2.8 million d'actions avec une augmentation de 33% en valeur. De la manipulation ou une coïncidence ?

Pendant plusieurs années, Millenia était située sur la rue St Catherine au coin du 1, rue Wood à Westmount suite 142. La compagnie a déménagé au moment où elle a fait l'acquisition de la faillite d'Avance Pharma, une compagnie qui a reçu 30 million de dollars en investissement provenant de divers fonds Québécois. Un peu plus tard, Millenia a emménagé dans les bureaux situés aux 1250 René Lévesque afin de clairement établir une distinction entre Millenia Hope Inc. (compagnie publique) et Millenia Hope Biopharma (compagnie privée Canadienne).

Après la faillite d'Avance Pharma, cette dernière est devenue Millenia Hope Biopharma (MHB). Millenia Hope Inc. (MHI) détenait 42% de cette nouvelle société. MHB était alors situé au 500, boulevard Cartier à Laval occupant 24,000 pieds carré de laboratoire. Par la suite, la société a déménagé dans un local de 47,000 pieds carré de laboratoire au 16800 Transcanadienne Ouest à Kirkland. Quiconque prétendrait qu'il s'agissait d'un entrepôt de Loblaws n'a vraiment pas poussé sa recherche et ne connaît rien à l'opération d'un laboratoire. Dans ce dernier il y a une chambre blanche de 12 000 pieds carré de première qualité. C'est avec un manque de rigueur désolant que la personne qui dit y voir un « look Tin-Tin » prouve son ignorance en la matière et sa propension à jeter de la poudre aux yeux.

Quant à nos clients, ils se composaient majoritairement des Laboratoires Pierre Fabre de France, L'Oréal de France, Sederma de France, Senomyx des États-Unis et Johnson et Johnson des États-Unis avec qui la société a développé un projet de commercialisation. 

Dans tous les articles parus, la journaliste crée une polémique quant aux communiqués de presse trop nombreux. Du côté de la société si nous devions écouter Me André Sirois il n'y avait pas assez de communiqués alors que pour la journaliste, il y en a trop. Quel est le juste milieu ? Et comment serait-il possible que Millenia soit cette « experte de l'effervescence » alors qu'historiquement chaque fois que Millenia a émis un communiqué de presse le titre se transigeait à la baisse. 

Il est à se demander pourquoi la journaliste n'a pas interrogé Me André Sirois sur les raisons de la perte de 20,000$ US qu'il aurait essuyée ? Millenia est pour sa part informée que Me André Sirois a perçu 20,000$ en revendant ses actions à une autre personne à raison de 1$ l'unité alors que le titre se transigeait à moins d'un cent. Avait-il l'autorité légale et morale de ce faire? Pourquoi n'a-t-il pas admis qu'il a récupéré en entier son investissement ? La journaliste ne pose pas la question et Me André Sirois, qui habite à New York, ne mentionne rien à cet effet. Encore une fois, où est la rigueur journalistique ?

Millenia est pourtant en possession des chèques et du contrat signé par Me André Sirois. Péché d'omission ou plan construit sur 4 jours afin de faire illusion ? Et pourquoi requérir une rétraction, qui apparaitra en retrait, perdue dans les annonces classées.

Et pourquoi le docteur Baroudy dirait qu'il ne travaille plus sur le Malarex, quand c'est lui qui a mis en place le protocole afin de décortiquer toutes les molécules dans l'extrait de plante en utilisant la technologie d'Avance Pharma/ MHB. Rigueur?

La société, comme n'importe quelle société publique ne peut émettre de communiqué de presse comme elle le désire et y inclure ce que bon lui semble. Lorsque Millenia a émis le communiqué de presse concernant le VIH RNase H , les représentants, professeurs et administrateurs des Université de Pittsburgh et/ou Rutgers ont été consulté.

Croyez-vous que la société aurait émis un communiqué de presse concernant l'Honorable Jean Chrétien et le cabinet d'avocats réputé qu'est la société Heenan Blaikie sans autorisation de la part de ces derniers ? Bien au contraire.

L'autorisation a non seulement été accordée mais la société Millenia a signé une entente de représentation pour le développement sur le continent africain au coût mensuel de 25,000 $ afin que des représentations soient effectuées de façon à promouvoir le produit et les ventes en Afrique.

Après avoir déboursé plus de 250,000 $ et avoir reçu beaucoup de poudre aux yeux, Millenia n'avait toujours reçu aucun bénéfice direct ou indirect pas plus qu'effectué aucune vente à l'intérieur de pays où la société était pourtant homologuée pour la vente du Malarex.

Le fait que Millenia n'a pu mettre en marché et vendre le Malarex est uniquement du aux agissements des sociétés multinationales qui, grâce à des budgets toujours surmultipliés, contrôlent le marché d'une façon systématique et historique.

Dans ces circonstances, créer une fondation ou des fondations devient une solution qui peut mener au développement d'un plan de marketing amenant à démontrer que le Malarex est un excellent produit pouvant sauver des vies. Millenia n'a pas eue les résultats escomptés de cette initiative et a abandonnée le projet.

La fondation Milenia Hope est un organisme séparé et distinct. Le comédien Daniel Pilon n'a pas été sollicité par la fondation Millenia. C'est plutôt deux de ses associés dans le projet Fatanaol qui l'ont sollicité afin de devenir leur porte parole. Les associés en question ont requis de la fondation d'inclure Monsieur Daniel Pilon sur son conseil d'administration. La société comprend que Monsieur Pilon pourrait avoir des ambitions politiques et lui souhaite bonne chance dans ce projet.

Quant à Me Gilles Poliquin, il n'a jamais été le procureur de la Fondation ou de Millenia.

D'autres allégations sont à l'effet de salaires qui seraient versés ayant permis à des individus peu scrupuleux d'obtenir des facilités bancaires. Les états financiers de Millenia démontrent clairement qu'Il est impossible pour la société de payer des salaires de $21,000 par mois à un individu particulier, bien ciblé par la journaliste. Ces allégations à l'effet que certaines personnes travaillent pour Millenia sont réfutées. Il est à se demander pourquoi la banque HSBC n'a pas fait une meilleure vérification d'emploi. Une chose est certaine, personne de la banque n'a communiqué avec Millenia.

Quant à Genesis Biopharma, 26% de son capital est détenu par Millenia Hope Inc. Le rapport 8k déposer par Millenia auprès des autorités Américaines en fait clairement mention. Ce faisant, une nouvelle perspective s'ouvrait à Millenia. Ainsi, la société diversifiait ses activités (VIH et Malaria) afin de devenir plus attrayantes aux fonds d'investissement puisque notamment, il y a peut être 10 à 15 antiviraux déjà sur le marché et encore 10 à 15 prêts à être approuver. Les Chinois ont dominé le marché dans la production de l'artemisin qui est le composé populaire de l'OMS pour la Malaria. Afin d'ouvrir de nouveaux horizons, Millenia a considéré une nouvelle indication médicale plus populaire reliée à la douleur neuropathique causée par le diabète complexe. Cette indication pourrait permettre de relancer Millenia dans une nouvelle direction. 

Genesis est une société distincte de Millenia malgré que cette dernière en détienne 26%.

Les Fonds disponibles pour les biotechnologies sont presque inexistants au Québec de nos jours pour des projets en phase 1A. C'est la raison pour laquelle Genesis s'est associée avec SciMeDent qui avait proposé de financer le projet, ce qui n'est plus le cas aujourd'hui. 

Le marché OTC américain n'est en soi pas très différent en principe du TSX Venture. C'est le vecteur utilisé par les petites entreprises afin de lever des fonds de démarrage. Un prospectus doit être préparé contenant toutes les déclarations et toutes les mises en garde nécessaires à l'investisseur.

Il y a bien sûr des abus qui ont été constatés et il appartient maintenant aux autorités de faire acte de surveillance et de vigilance. Gardons également à l'esprit que pour différentes raisons, si la société n'atteint pas ses objectifs ou rencontre des problèmes dans son parcours, il n'y a pas nécessairement par voie de conséquence directe, une « affaire louche » à déterrer.

Le domaine de la recherche et du développement est très coûteux et n'apporte pas toujours le résultat attendu. Dans ce contexte, la société a lancé un produit pouvant aider les femmes ayant des problèmes reliés à l'orgasme. Le développement d'un pareil produit et sa commercialisation rend plus facile l'arrivée de fonds nouveaux permettant de développer des produits médicinaux. Le produit mis en marché possède une base scientifique reconnue en ce que l'arginine génère de l'oxyde nitrique dans la peau permettant d'augmenter le flux sanguin au niveau du clitoris.

Les produits destinés aux indications sexuelles sont plus populaires que ceux destinés aux indications médicinales comme ceux destinés à la leishmania, c'est malheureusement la réalité. D'ailleurs, Millenia possède un composé qui a démontré de l'efficacité contre la leishmania mais aucun fonds, à notre connaissance, n'est disposé à investir dans un produit destiné au tiers monde même si pourtant des enfants en meurent à chaque jour.

Il se trouvera toujours quelqu'un pour affirmer que la société n'a pas employé la bonne stratégie. Toutefois, Millenia a tout tenté afin de lancer le Malarex (un composé naturel contre la malaria) alors qu'il a été constaté que le composé chloroquine a trouvé de la résistance dans l'être humain. Même quand l'artemisin seule avait trouvé de la résistance, c'est en combinaison qu'on a vu de l'efficacité. La chloroquine et l'artemisin sont des dérivées de plante au même titre que le Malarex.

Ces précisions étant faites, la société espère ainsi remettre les pendules à l'heure.

Renseignements