Société canadienne d'hypothèques et de logement

Société canadienne d'hypothèques et de logement

20 oct. 2016 08h15 HE

La construction résidentielle devrait croître sous l'effet de la migration internationale

CHARLOTTETOWN, ÎLE-DU-PRINCE-ÉDOUARD--(Marketwired - 20 oct. 2016) - La Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL) a diffusé aujourd'hui son rapport Le marché sous la loupe (MSL) sur les effets de la migration internationale sur le marché de l'habitation de Charlottetown.

L'Île-du-Prince-Édouard (Î.-P.-É) est la seule province du Canada atlantique à avoir relevé une croissance démographique continue au cours des dix dernières années, période pendant laquelle 1 560 migrants étrangers, en moyenne, se sont installés dans l'Île chaque année. La migration internationale a été le moteur de la croissance démographique de la province, et Charlottetown, la destination préférée des immigrants étrangers. Traditionnellement, les nouveaux arrivants préféraient louer une habitation, mais ils font désormais d'autres choix en matière de logement, ce qui a conduit à des records de ventes MLS® en 2016 et à une demande accrue de logements neufs.

Faits saillants du rapport

  • La dernière décennie a été caractérisée par, d'une part, une immigration internationale, qui a stimulé la croissance démographique de l'Î.-P.-É. et, d'autre part, une émigration interne accrue.
  • La demande de logements a progressé rapidement étant donné l'afflux d'immigrants qui s'installent dans l'Île et y restent.
  • La hausse des niveaux de migration internationale et le ralentissement de l'expansion du parc locatif ont incité certains nouveaux arrivants à opter pour d'autres types de logements, sur le marché de la revente notamment.
  • Il faudra qu'à court terme la construction résidentielle s'intensifie à Charlottetown pour répondre à cette demande croissante.

Au fil des ans, la migration internationale a grandement influencé le rythme de la construction d'appartements locatifs à Charlottetown. Cependant, à la suite de l'annulation du Programme des candidats des provinces, en 2011, les niveaux d'immigration ont diminué et l'émigration a augmenté, ce qui a entraîné une importante hausse du taux d'inoccupation en 2013. L'afflux d'immigrants s'est rapidement rétabli après la révision du Programme, en 2014, mais il n'a pas suscité la même accélération de l'activité de construction qu'auparavant. Les nouveaux arrivants se tournent désormais vers le marché de la revente, et même en dehors de Charlottetown, à cause de l'offre insuffisante de logements dans la région.

Le présent communiqué s'accompagne d'une vidéo.

Pour avoir accès aux publications futures du Centre d'analyse de marché de la SCHL, veuillez vous abonner à L'Observateur du logement en ligne.

En tant qu'autorité en matière d'habitation au Canada, la SCHL contribue à la stabilité du marché de l'habitation et du système financier, vient en aide aux Canadiens dans le besoin et fournit des résultats de recherches et de l'information aux gouvernements, aux consommateurs et au secteur de l'habitation du Canada.

Pour obtenir des renseignements supplémentaires, veuillez consulter le site Web de la SCHL à www.schl.ca ou suivez-nous sur Twitter, YouTube, LinkedIn et Facebook.

CITATION

« L'immigration internationale est le principal moteur de la demande de logements à Charlottetown. Elle a permis d'abaisser les taux d'inoccupation et de revitaliser le marché de la revente. Les engagements pris en vertu de la Stratégie de croissance pour l'Atlantique portent à croire que le niveau de l'immigration internationale ne baissera pas au cours des années à venir. Il faudra donc accroître la cadence de la construction résidentielle à Charlottetown pour répondre à cette demande croissante. »

- Guillaume Neault, chef analyste, Société canadienne d'hypothèques et de logement

Renseignements