Le Conseil international du Canada

Le Conseil international du Canada

10 sept. 2008 11h11 HE

La coopération Canada-Chine en matière d'énergie doit être intensifiée au profit de l'emploi et de l'environnement, soutient une nouvelle étude

TORONTO, ONTARIO--(Marketwire - 10 sept. 2008) - Le Canada tarde à prendre les mesures nécessaires pour intensifier sa coopération avec la Chine en matière d'énergie, et cette négligence pourrait mettre en péril l'économie et l'environnement du pays, affirme Christian Constantin dans une étude publiée aujourd'hui par le Conseil international du Canada.

"Les enjeux sont pourtant très élevés à l'heure où la Chine prépare son développement énergétique des dix prochaines années", estime le doctorant du Département de sciences politiques de l'Université de Colombie-Britannique et titulaire du premier programme de bourses de recherche du Conseil international du Canada. "Vu l'importance du développement énergétique de la Chine pour l'avenir du secteur mondial de l'énergie et de l'environnement, et compte tenu du soutien que pourrait lui apporter le Canada pour relever ses défis, il est particulièrement crucial d'établir avec Pékin une coopération bilatérale efficace en matière d'énergie."

Car en dépit d'un engagement officiel de coopération, les résultats restent très modestes. Or le Canada pourrait miser sur une politique chinoise qui privilégie le développement d'énergie propre - et qui nécessitera d'ici à 2030 des investissements de 1,9 à 2,3 billions USD - pour stimuler l'essor de son propre secteur des énergies moins polluantes.

"Le Canada doit raffermir sa coopération bilatérale en ce qui touche le développement du charbon épuré et autres utilisations finales efficientes, poursuit l'auteur. L'énergie est une marchandise mondiale clé et la gestion de l'offre, de la demande et des enjeux environnementaux liés à sa consommation arrive en tête des préoccupations internationales. Et elle entraînera soit une coopération accrue, soit un surcroît de rivalités et de récriminations." La Chine est un acteur décisif de tous ces enjeux.

Christian Constantin est l'un des huit boursiers choisis en début d'année par le CIC pour enrichir le débat et le dialogue sur des enjeux clés de la politique étrangère canadienne. Les premiers champs d'intérêt du programme 2008-2009 englobent les thèmes suivants : Chine, Questions frontalières, Souveraineté et sécurité dans l'Arctique, Energie.

Pour de plus amples renseignements sur le CIC ou les boursiers retenus, prière de visiter le www.canadianinternationalcouncil.org

Le Conseil international du Canada (CIC) est un organisme national et non partisan créé en vue de renforcer le rôle du Canada dans les affaires internationales. Il vise à favoriser la recherche et le dialogue sur les enjeux mondiaux en appuyant un réseau d'étude de la politique étrangère canadienne qui traverse les disciplines, les orientations politiques et les secteurs économiques. Le CIC a créé un programme de bourses de financé par le secteur privé et soutenu par un réseau de groupes de travail spécialisés. Rigoureusement sélectionnés, ses membres se consacrent à d'importantes questions de politique étrangère en lien avec des universités et des établissements de recherche de tout le pays.

Renseignements