Société canadienne d'hypothèques et de logement

Société canadienne d'hypothèques et de logement

26 janv. 2017 12h00 HE

La croissance des prix des logements demeure élevée au Canada, selon la SCHL

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwired - 26 jan. 2017) - Pour le deuxième trimestre d'affilée, la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL) souligne la présence de signes élevés de conditions problématiques sur le marché canadien de l'habitation, en raison de la surévaluation et de l'accélération des prix qui sont détectées à l'échelle nationale. Cette évaluation reflète largement la conjoncture des marchés de Vancouver et de Toronto, où la forte croissance des prix s'étend maintenant à des centres voisins, dont Hamilton et Victoria.

À la fin du troisième trimestre de 2016, les prix des habitations au Canada enregistraient une hausse de 7 % en glissement annuel, après correction de l'inflation. Si l'Ontario avait été exclu du calcul, les prix des habitations seraient restés stationnaires au troisième trimestre.

Ces informations sont tirées du rapport trimestriel de la SCHL intitulé Évaluation du marché de l'habitation (EMH). L'EMH agit comme un système d'avertissement anticipé qui nous permet de prévenir les Canadiens des aspects préoccupants qui émergent sur les marchés de l'habitation, pour qu'ils puissent agir de manière à favoriser la stabilité du marché.

Faits saillants du rapport

  • Les conditions problématiques les plus courantes dans les 15 centres visés par l'EMH demeurent la surévaluation et la construction excessive.
  • La surévaluation et la construction excessive sont détectées dans huit centres.
  • Les signes de conditions problématiques ont augmenté à Victoria depuis la dernière évaluation, en raison des signes modérés d'accélération des prix et de surévaluation qui y sont détectés.
  • Les signes de conditions problématiques ont diminué à Calgary depuis la dernière évaluation, car le marché se rééquilibre dans certains centres dont l'économie est liée au pétrole.
  • Des signes élevés de conditions problématiques continuent d'être détectés à Vancouver, à Toronto, à Regina, à Saskatoon et à Hamilton.
  • Les signes de conditions problématiques demeurent faibles à Ottawa et au Canada atlantique.

La SCHL définit les signes de conditions problématiques comme étant des déséquilibres sur le marché de l'habitation. Les déséquilibres se produisent lorsque les indicateurs de la construction excessive, de la surévaluation, de la surchauffe ou de l'accélération des prix - ou une combinaison de ces indicateurs - s'écartent nettement de leurs moyennes historiques. Pour obtenir des exemples, veuillez consulter la section « Aperçu » du rapport national.

Ce communiqué inclut une capsule vidéo.

Tous les résultats de l'EMH, à l'échelle du Canada et des régions métropolitaines de recensement, sont disponibles sur notre site Web. Pour avoir accès aux prochains rapports d'analyse de marché de la SCHL, abonnez-vous à L'Observateur du logement en ligne.

En tant qu'autorité en matière d'habitation au Canada, la SCHL contribue à la stabilité du marché de l'habitation et du système financier, vient en aide aux Canadiens dans le besoin et fournit des résultats de recherches et de l'information aux gouvernements, aux consommateurs et au secteur de l'habitation du Canada.

Pour obtenir des renseignements supplémentaires, veuillez consulter le site Web de la SCHL à www.schl.ca ou suivez-nous sur Twitter, YouTube, LinkedIn et Facebook.

Citations :

« Nous détectons toujours des signes élevés de conditions problématiques au Canada. L'accélération des prix observée à Vancouver, à Victoria, à Toronto et à Hamilton indique que la croissance des prix des habitations pourrait être alimentée par la spéculation, car son rythme est plus rapide que celui pouvant être soutenu par des facteurs économiques fondamentaux comme la migration, l'emploi et le revenu. Pour cette raison, les acheteurs devraient veiller à ce que le logement choisi corresponde à leurs besoins, tout en tenant compte des perspectives à long terme sur le marché. »

Bob Dugan, Économiste en chef, Société canadienne d'hypothèques et de logement

« Les prix des logements à Calgary cadrent davantage avec les facteurs économiques et démographiques fondamentaux. Notre évaluation globale montre donc une amélioration des signes de conditions problématiques, qui sont passés d'élevés à modérés. Par contre, la construction excessive demeure préoccupante, car le taux d'inoccupation des appartements locatifs est toujours élevé à Calgary. »

Richard Cho, Analyste de marché à la SCHL pour Calgary

DOCUMENT D'INFORMATION

Le cadre analytique d'EMH de la SCHL permet de déterminer dans quelle mesure des signes de conditions problématiques sont présents sur les marchés canadiens de l'habitation. Il analyse la conjoncture du marché de l'habitation en tenant compte de la présence, de l'intensité et de la persistance de quatre principaux facteurs :

  1. Surchauffe de la demande sur le marché de l'habitation - ventes nettement supérieures aux nouvelles inscriptions.
  2. Accélération des prix des logements - possible reflet, en partie, d'une activité spéculative.
  3. Surévaluation du niveau des prix des logements - niveau qui n'est pas pleinement soutenu par les facteurs fondamentaux, par exemple le revenu, les taux hypothécaires et la population.
  4. Construction excessive - taux d'inoccupation des logements locatifs ou stocks de logements nouvellement construits et invendus se situant à des niveaux élevés.

Chacun de ces facteurs est mesuré au moyen d'un ou de plusieurs indicateurs de la demande, de l'offre ou de la situation des prix sur le marché de l'habitation.

Tableau 1 : Comparaison des résultats d'octobre 2016 et de janvier 2017 est disponible à l'adresse suivante : http://media3.marketwire.com/docs/1084006f.pdf

Renseignements