Institut professionnel de la fonction publique du Canada

Institut professionnel de la fonction publique du Canada

16 janv. 2015 14h20 HE

La décision rendue par la Cour suprême : une victoire douce-amère pour les fonctionnaires, selon l'IPFPC

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwired - 16 jan. 2015) - L'Institut professionnel de la fonction publique du Canada (IPFPC) applaudit la décision rendue aujourd'hui par la Cour suprême du Canada qui autorise les membres de la GRC à se syndiquer, mais en même temps, il regrette la décision de la Cour de confirmer la décision antérieure de la Cour d'appel fédérale, qui avait conclu que le gouvernement fédéral était en droit de baisser les salaires des membres de la GRC en réaction à la crise financière de 2008.

L'IPFPC, un intervenant dans l'affaire Meredith c. Canada, a soutenu que les dispositions de la Charte qui régissent la liberté d'association devraient être reconnues comme étant fondamentales à la protection de la négociation collective, et qu'on ne devrait ni réduire les salaires et les autres droits, ni leur porter atteinte comme l'a fait la Loi sur le contrôle des dépenses (LCD) adoptée par le gouvernement en 2008.

« Pour le mouvement syndical, il s'agit indéniablement d'une victoire majeure contre un gouvernement fédéral déterminé à faire souffrir les syndicats et à miner les négociations collectives, soutient Debi Daviau, présidente de l'IPFPC. Nous aurions bien sûr préféré que soit infirmée la décision de la Cour d'appel fédérale qui a permis au gouvernement de baisser les salaires, mais il est évident que la Cour suprême a confirmé le principe démocratique fondamental du droit à la négociation collective. »

L'Institut professionnel de la fonction publique du Canada représente quelque 55 000 professionnels du secteur public canadien.

Renseignements

  • Johanne Fillion
    613-228-6310, poste 2303
    613-883-4900 (cell.)