Institut professionnel de la fonction publique du Canada



Institut professionnel de la fonction publique du Canada

22 févr. 2013 12h09 HE

La fermeture du bureau de Winnipeg de l'Agence canadienne d'évaluation environnementale aura d'importantes conséquences sur les projets de développement régional

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 22 fév. 2013) - Cinq scientifiques représentés par l'Institut professionnel de la fonction publique du Canada (IPFPC) ont été informés hier que leurs services ne seront plus requis à la suite de la décision de l'Agence canadienne d'évaluation environnementale (ACEE) de fermer son bureau de Winnipeg. Cela porte à 5 500 le nombre de membres de l'Institut professionnel à avoir reçu un avis de réaménagement des effectifs depuis la présentation du budget fédéral de 2012.

L'ACEE est la seule agence en mesure d'évaluer les impacts cumulatifs de projets de développement à l'échelle régionale. Son bureau de Winnipeg joue le rôle d'intermédiaire entre l'industrie et le gouvernement et assure l'équilibre entre le développement économique et la protection de l'environnement. L'agence a déjà fait l'objet de compressions de plus de 6 % en 2011 et 40 % en 2102.

« N'est-il pas irresponsable de miner la capacité scientifique du gouvernement à évaluer les impacts d'importants projets de développement, alors que ceux-ci se font de plus en plus nombreux ? » s'interroge Gary Corbett, président de l'Institut professionnel. « Le gouvernement veut-il à tout prix promouvoir le développement axé sur les ressources? »

Le commissaire à l'environnement et au développement durable a signalé dans son rapport d'automne 2012 que la protection de l'environnement n'évolue pas au même rythme que le développement économique. Selon lui, des politiques environnementales sans mordant nuisent à la réputation internationale du Canada et portent atteinte à ses rapports commerciaux avec les autres pays.

« Il est particulièrement ironique que le gouvernement brandisse le sceptre du développement économique pour justifier la désintégration de la protection environnementale du pays », a poursuivi M. Corbett. « Les risques économiques et financiers liés à des politiques environnementales canadiennes de plus en plus disparates peuvent avoir des conséquences importantes sur les contribuables ».

L'Institut professionnel de la fonction publique du Canada représente près de 60 000 professionnels et scientifiques du secteur public canadien.

Renseignements

  • Pierre Villon
    613-228-6310, poste 2228
    613-794-9369 (cell.)