DELOITTE & TOUCHE

DELOITTE & TOUCHE

12 juin 2007 08h00 HE

La pénurie de talents menace la possibilité de l'industrie technologique à tirer profit des occasions de croissance exceptionnelles, selon Deloitte

Selon un nouveau sondage, les entreprises canadiennes de cette industrie doivent revoir leurs stratégies pour éviter la guerre des talents

MONTREAL, QUEBEC--(Marketwire - 12 juin 2007) - Les entreprises canadiennes des secteurs de la technologie et des télécommunications font face à des occasions de croissance sans précédent. Avec l'appui de l'Association canadienne de la technologie de l'information, une nouvelle étude réalisée par Deloitte a déterminé que, parallèlement à ce fait, une pénurie de talents risque de mettre en péril la réussite de ces compagnies.

Le sondage TechTalent, effectué auprès de 60 entreprises canadiennes des secteurs de la technologie et des télécommunications, révèle que former et retenir le talent représente l'enjeu principal de ces entreprises aujourd'hui. Cependant, il est inquiétant de constater que seulement 10 % des compagnies sondées indiquent qu'elles ont mis en oeuvre des stratégies de gestion du talent (33 % ont indiqué qu'elles n'étaient pas prêtes et 52 % sont encore dans la phase de préparation).

"Les entreprises canadiennes des secteurs de la technologie et des télécommunications devraient connaître beaucoup de succès dans les années à venir, mais elles devront surmonter une pénurie de talent pour demeurer compétitives", a déclaré Suzanne Morin, associée, gestion du capital humain au Québec chez Deloitte. "Le maintien de la croissance et de la performance réside dans la gestion efficace du talent, soit la mise sur pied d'une stratégie pour trouver, retenir et développer les talents, les compétences et le leadership."

Les résultats révèlent que la majorité des compagnies (54 %) s'attendent à ce que leur main-d'oeuvre augmente d'au moins six pour cent par an (25 % d'entre elles s'attendent à une augmentation de 10 % ou plus). En même temps, le départ à la retraite des baby-boomers, le déclin du taux de natalité et l'augmentation de la mobilité de la main-d'oeuvre expliquent pourquoi 95 % des participants au sondage ont indiqué que le manque de talent représente aujourd'hui un sérieux défi pour leur entreprise. Le talent lié au leadership représentera un défi particulièrement important du fait que le vieillissement de la main-d'oeuvre se traduira par une perte de travailleurs du savoir, soit ceux qui détiennent des postes de leadership à haut savoir (70 % des participants anticipent une pénurie de cadres supérieurs et de cadres dirigeants durant les trois à cinq années à venir). Le développement du talent dans le domaine du leadership est cité comme le problème de talent le plus critique (67 %), suivi par la rétention du talent clé (48 %).

Le problème ne se limite pas au manque de main-d'oeuvre; il s'agit aussi d'un manque de main-d'oeuvre qualifiée. Avec la réduction du bassin de personnes de talent, trouver les compétences essentielles au soutien de la performance et de la croissance représentera un élément clé du succès.

Les résultats du sondage révèlent également que les compétences en recherche et développement sont les plus difficiles à trouver sur le marché de l'emploi actuel. De plus, 90 % des entreprises s'attendent à éprouver de la difficulté à trouver du talent possédant les compétences techniques nécessaires dans les trois à cinq prochaines années, et 60 % s'attendent à faire face à une pénurie élevée ou modérée de talents innovateurs et créatifs. Afin de réduire le fardeau dû à la pénurie de compétences, près de 80% des participants pensent que les employeurs et les établissements d'enseignement devraient travailler conjointement pour que les nouvelles personnes diplômées soient mieux préparées à travailler dans les secteurs de la technologie et des télécommunications.

Malgré la prise de conscience des défis engendrés par le manque de talent, une grande majorité d'entreprises canadiennes dans les secteurs de la technologie et des télécommunications sont convaincues qu'elles pourront trouver le talent nécessaire. Soixante-huit pour cent des participants pensent que les compétences dont ils ont besoin pour faire face à la croissance sont facilement disponibles sur le marché de l'emploi. Cependant, les résultats du sondage indiquent que les dirigeants de l'industrie ne possèdent peut-être pas une image claire des talents dont ils ont besoin. La majorité des participants (54 %) indiquent que la haute direction ne discute pas fréquemment des changements démographiques et de la pénurie anticipée de compétences. Presque un tiers (32 %) des participants mentionnent que leur entreprise n'a pas encore défini de liste de compétences critiques pour assurer leur croissance future, tandis que 32 % viennent tout juste de commencer ce processus et doivent terminer leur analyse.

Lorsqu'il s'agit de la gestion du talent, la majorité des entreprises continuent de compter sur les approches traditionnelles "d'acquisition du talent". Les résultats du sondage révèlent que la majorité (60 %) des participants planifient d'augmenter leurs investissements dans le recrutement et que 67 % des entreprises se fient aux récompenses et incitatifs financiers pour attirer et retenir le talent. Toutefois, de nombreuses études démontrent que l'argent représente une priorité de premier ordre seulement lorsque la rémunération est réellement trop basse; dans tous les autres cas, le fait d'offrir plus d'argent ne règle pas le problème du talent à long terme.

"A force de miser sur un talent qui se fait de plus en plus rare, les entreprises des secteurs de la technologie et des télécommunications réaliseront dans un proche avenir que le talent qu'elles recherchent n'est plus disponible - à quelque coût que ce soit. Bien que les entreprises doivent continuer d'offrir des salaires compétitifs et des incitatifs financiers, elles doivent adopter une nouvelle approche en gestion du talent", a indiqué Suzanne Morin de Deloitte. "Les entreprises qui ne mettent pas en place maintenant les mesures nécessaires feront face à une pénurie de talent plus tard. Ces entreprises doivent se concentrer sur trois aspects - le développement des compétences et aptitudes de la main-d'oeuvre, le déploiement des personnes sur des tâches qui correspondent à leurs compétences et à leurs intérêts, et la mise en relation des personnes avec d'autres par le biais de rapports constructifs. Il appartient en premier lieu aux entreprises de mettre sur pied un plan de gestion de la main-d'oeuvre, de développement du leadership et de planification de la relève. Finalement, les entreprises qui misent sur le talent se démarqueront de manière significative de leurs concurrents sur le marché à longue échéance."

A propos de Deloitte

Deloitte, l'un des cabinets de services professionnels les plus importants au Canada, offre des services dans les domaines de la certification, de la fiscalité, de la consultation et des conseils financiers grâce à un effectif de plus de 6 800 personnes réparties dans 51 bureaux. Au Québec, Deloitte exerce ses activités sous l'appellation Samson Bélair/Deloitte & Touche s.e.n.c.r.l. Le Cabinet est déterminé à aider ses clients et ses gens à exceller. Deloitte est le cabinet membre canadien de Deloitte Touche Tohmatsu.

La marque Deloitte représente une ou plusieurs entités de Deloitte Touche Tohmatsu, une Verein suisse, ses cabinets membres ainsi que leurs filiales et sociétés affiliées respectives. Deloitte Touche Tohmatsu est une Verein (association) suisse et, à ce titre, ni Deloitte Touche Tohmatsu ni aucun de ses cabinets membres ne peuvent être tenus responsables des actes ou des omissions de l'un ou de l'autre. Chaque cabinet membre constitue une entité juridique distincte et indépendante exerçant ses activités sous les noms de "Deloitte", "Deloitte & Touche", "Deloitte Touche Tohmatsu" ou d'autres raisons sociales similaires. Les services sont fournis par les cabinets membres ou par leurs filiales ou leurs sociétés affiliées, et non par la Verein Deloitte Touche Tohmatsu.

Renseignements