CONSEIL EN EDUCATION DES PREMIERES NATIONS

20 mai 2009 15h00 HE

La politique d'assimilation du Canada dénoncée à l'ONU

NEW YORK, NY, le 20 mai - Devant des représentants de peuples autochtones du monde, le Conseil en Éducation des Premières Nations (CEPN) et le chef de l'Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador (APNQL), Ghislain Picard, ont démontré que la politique d'assimilation est toujours bien présente au Canada. "Il est urgent d'établir des critères permettant d'identifier et de dénoncer les différentes formes d'assimilation qui existent dans de nombreux pays, dont au Canada", a déclaré le chef Ghislain Picard, dans le cadre d'un événement parallèle du CEPN, tenu en marge de la huitième session de l'Instance permanente des Nations Unies sur les questions autochtones, à New York.

Lise Bastien, directrice générale du CEPN, a clairement démontré que le gouvernement canadien maintient délibérément le système d'éducation des Premières Nations sous-financé, forçant ainsi "l'intégration" des jeunes des Premières Nations avec le système d'éducation provincial, et assurant du même coup l'assimilation des peuples autochtones à la société dominante.

"Les stratégies d'assimilation, cachées derrière de beaux discours, doivent être sévèrement dénoncées et condamnées sur la scène internationale; c'est une question de survie pour nos peuples", a conclu le chef Picard, tout en soulignant la nécessité de mettre en œuvre la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones. Il a tenu les mêmes propos à l'occasion d'une intervention tenue aujourd'hui, lors de la session régulière de l'Instance permanente.

L'APNQL tiendra également un événement parallèle demain (21 mai), dont le thème est "Nos terres, nos droits", en marge de l'Instance permanente.

Renseignements

  • Éric Cardinal, Conseiller en communication, Cell.: (514) 258-2315; Alain Garon, Agent de communication - APNQL, Cell.: (418) 956-5720