Agence canadienne d'inspection des aliments

Agence canadienne d'inspection des aliments

04 déc. 2014 18h25 HE

La présence de la grippe aviaire dans la vallée du Fraser est confirmée sous forme du virus H5N2

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwired - 4 déc. 2014) - Les analyses que l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) a réalisées au Centre national des maladies animales exotiques ont permis de confirmer que la souche causant l'éclosion de la grippe aviaire sur deux exploitations de la vallée du Fraser est un virus H5N2 hautement pathogène.

Les virus de la grippe aviaire ne représentent aucun risque pour la salubrité des aliments lorsque la volaille et ses produits dérivés sont manipulés et cuits correctement. La grippe aviaire affecte rarement les êtres humains qui n'ont pas de contact constant avec les oiseaux infectés. Toute maladie serait bénigne. Les autorités en matière de santé publique sont prêtes à prendre des mesures de précaution, au besoin.

Le virus H5N2 est un sous-type dont on sait qu'il affecte les oiseaux sauvages et domestiques. Un virus hautement pathogène qui cause des maladies graves et des décès chez les oiseaux, tout particulièrement chez la volaille, tandis qu'un virus faiblement pathogène cause des maladies moins graves et des taux de mortalité plus faibles.

Un virus H5N2 faiblement pathogène de la grippe aviaire a causé les éclosions qui ont sévi en 2010 au Manitoba et en 2009 en Colombie-Britannique.

Tous les oiseaux qui se trouvent sur les lieux touchés seront euthanasiés sans cruauté au cours des prochains jours sous la supervision de l'ACIA, sous la supervision de l'ACIA. Lorsque l'on ordonne l'élimination, par l'ACIA, d'animaux touchés par une maladie en vertu de la Loi sur la santé des animaux, l'exploitant est également informé qu'il recevra une indemnité. L'ACIA est résolue à travailler directement avec les éleveurs touchés afin que le processus d'indemnisation se déroule aussi bien que possible.

Au fil de l'enquête de l'ACIA, toute mesure de contrôle supplémentaire sera évaluée au cas par cas.

On rappelle aux aviculteurs d'assurer un niveau de biosécurité élevé afin de réduire le risque de propagation de la maladie, ainsi que de signaler à l'ACIA tout symptôme suspect qui se présente dans leurs volées.

Renseignements

  • Agence canadienne d'inspection des aliments
    Relations avec les médias
    613-773-6600