La Société d'arthrite

La Société d'arthrite

01 sept. 2005 09h00 HE

La prévalence de l'arthrite au Canada est sur le point d'exploser.

Les gouvernements prennent-ils toutes les mesures voulues pour que le système de santé soit en mesure d'assumer la surcharge qu'entraînera l'arthrite? Attention: Rédacteur de la santé MONTRÉAL, QUÉBEC--(CCNMatthews - 1 sept. 2005) - Embargo : Ne pas diffuser avant le 1er septembre 2005.

~ Selon un rapport de La Société d'arthrite, les gouvernements ne considèrent pas l'arthrite comme une priorité. ~

La prévalence de l'arthrite augmente rapidement chez les enfants de l'après-guerre au Canada, et c'est pourquoi de nombreux observateurs demandent la mise en œuvre d'une stratégie pancanadienne pour lutter contre les effets débilitants de cette maladie chronique.

« Étant donné le fardeau énorme que l'arthrite impose aux Canadiens, tant sur le plan économique que physique, il est essentiel que nous fassions des investissements stratégiques dans les soins aux personnes atteintes et la recherche sur cette maladie au Canada », estime la Dre Dianne Mosher, professeur de médecine à l'Université Dalhousie et rhumatologue praticienne à Halifax.

La publication d'un rapport de La Société d'arthrite indiquant que les gouvernements fédéral et provinciaux ne considèrent pas l'arthrite comme une priorité soulève aujourd'hui un véritable tollé.

Ce rapport intitulé L'arthrite à l'heure des bilans est la première analyse pancanadienne des politiques et des programmes gouvernementaux dans l'ensemble du Canada. La Société d'arthrite s'était engagée à établir ce rapport l'an dernier à la suite de la décision du premier ministre Paul Martin d'injecter dans le système de santé une somme supplémentaire de 41,3 milliards de dollars au cours des dix prochaines années. Le document examine l'impact de cet investissement sur les soins offerts aux personnes arthritiques au Canada.

« Notre analyse met en évidence de nombreux éléments positifs et encourageants, mais aussi d'importantes lacunes en ce qui concerne les politiques, les programmes et les engagements financiers provinciaux en matière de soins aux personnes arthritiques et ce, à l'échelle du Canada, remarque John Fleming, président et chef de la direction de La Société d'arthrite. Dans L'arthrite à l'heure des bilans, nous avons cherché à définir les pratiques exemplaires et les lacunes en matière d'établissement de politiques, d'éducation et de soins. »

Plus de quatre millions de Canadiens souffrent déjà d'arthrite, et la prévalence de cette maladie chronique augmente rapidement : on prévoit que six millions de personnes en seront atteintes en 2026. Le coût de l'arthrite au Canada, actuellement évalué à 4,4 milliards de dollars par année, grimpera inévitablement à mesure que le nombre de personnes atteintes augmentera. « Tous les paliers de gouvernement doivent agir maintenant pour préparer l'avenir et fournir dès aujourd'hui un soutien et des services efficaces au personnes arthritiques », déclare John Fleming.

« La réalisation de L'arthrite à l'heure des bilans est un des moyens que nous prenons pour faire valoir les droits des personnes arthritiques, ajoute John Fleming. Selon nous, toutes les personnes atteintes d'arthrite, peu importe où elles habitent, doivent avoir accès aux meilleurs soins et services possibles. La Société d'arthrite continuera d'appuyer les démarches prises par tous les paliers de gouvernement pour atteindre cet objectif fondamental. »

TROIS DES TENDANCES LES PLUS TROUBLANTES OBSERVÉES DANS LE CADRE DE CETTE ANALYSE SONT DÉCRITES CI-APRÈS.

1. Les gouvernements fédéral et provinciaux, à l'exception de celui de la Colombie Britannique, ne considèrent pas la lutte contre l'arthrite comme une priorité.

La Colombie Britannique est la seule province qui considère la lutte contre l'arthrite comme une priorité, s'étant engagée à mettre en œuvre une stratégie de lutte contre cette maladie.

Des mesures générales ont été prises par toutes les provinces de même que par le gouvernement fédéral pour s'attaquer aux « maladies chroniques ». L'arthrite est la maladie chronique la plus courante chez les enfants, la deuxième en importance chez les femmes et la troisième en importance chez les hommes, mais elle ne reçoit pas toute l'attention qu'elle mérite.

2. On manque de données au sujet de l'arthrite.

Le document L'arthrite au Canada (publié en 2003) renfermait déjà une grande quantité de données très utiles aux activités de planification. Toutefois, si l'on veut analyser l'impact de l'arthrite plus en profondeur, il faudra élaborer de meilleures méthodes pour mesurer et surveiller la prévalence de cette maladie au Canada et évaluer le fardeau qu'elle représente.

3. Les délais d'attente pour une consultation et une arthroplastie sont inacceptables dans de nombreuses provinces.

Selon les recommandations de l'Association canadienne d'orthopédie (ACO), les patients aiguillés vers un chirurgien orthopédiste ne devraient pas avoir à attendre plus de 12 semaines. En 2004, le temps d'attente médian pour une consultation à l'échelle du Canada était de 12 semaines (Fraser Institute). C'est à Terre Neuve qu'il était le plus long (20 semaines). En Colombie Britannique, en Alberta, au Manitoba, à Terre Neuve et en Ontario, le temps d'attente pour une consultation est plus long que ce que l'ACO juge acceptable.

L'ACO estime en outre qu'aucun patient ne devrait attendre plus de 26 semaines entre le moment où il s'est entendu avec son chirurgien et la date de l'opération. C'est en Saskatchewan que le temps d'attente pour une opération est actuellement le plus long (75,2 semaines; Fraser Institute, 2004). En moyenne, le temps d'attente pour une opération est plus long en Colombie Britannique, en Alberta, en Nouvelle Écosse, en Saskatchewan et à l'Île du Prince Édouard que ce que recommande l'ACO.

ALLER DE L'AVANT
Il faut maintenant s'inspirer des résultats des recherches menées sur l'arthrite au cours des dernières décennies pour élaborer un plan d'action définitif. Cet automne, le Colloque sur les normes en matière de traitement et de prévention de l'arthrite réunira des spécialistes canadiens de l'arthrite et des représentants des gouvernements, qui chercheront à élaborer des normes nationales de prévention et de traitement de l'arthrite.
Du 31 octobre au 2 novembre 2005, environ 250 participants se rencontreront à Ottawa. Ils formuleront à l'intention des gouvernements des recommandations claires et concrètes en matière de prévention et de traitement de l'arthrite - des normes pratiques fondées sur des éléments probants.

LES GOUVERNEMENTS DOIVENT AGIR DÈS AUJOURD'HUI POUR POUVOIR SOUTENIR LES PERSONNES ARTHRITIQUES À L'AVENIR.

Dans L'arthrite à l'heure des bilans, La Société d'arthrite incite les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux à prendre des mesures bien précises. Étant donné la prévalence croissante de l'arthrite au Canada, les gouvernements doivent :

• participer au prochain Colloque sur les normes en matière de traitement et de prévention de l'arthrite;
• en s'appuyant sur les résultats du Colloque sur les normes en matière de traitement et de prévention de l'arthrite, s'engager à élaborer, à financer et à mettre en œuvre une stratégie pancanadienne à long terme de lutte contre l'arthrite axée sur la prévention, le traitement et la surveillance de l'arthrite au Canada de même que sur l'éducation.

La Société d'arthrite est le principal organisme sans but lucratif au Canada ayant pour objectif d'offrir des services de sensibilisation et d'information, un soutien communautaire et des solutions fondées sur la recherche aux quelque quatre millions de Canadiens atteints d'arthrite. Depuis sa fondation en 1948, La Société a consacré plus de 140 millions de dollars à la recherche sur l'arthrite pour favoriser l'élaboration de meilleurs traitements et la découverte éventuelle d'un remède pour cette maladie invalidante.

-30-

Pour obtenir un exemplaire du rapport ou un complément d'information, veuillez communiquer avec :

Andy Chabot
Directeur géréral
La Société d'arthrite - Division du Québec
380, rue Saint-Antoine ouest, bureau 3280
Montréal, QC, H2Y 3X7
Téléphone : 514-846-8840 poste 222 / 1-800-321-1433
Télécopieur : 514-846-8999
achabot@qc.arthritis.ca
www.arthrite.ca
IN: SANTÉ

Renseignements

  • Andy Chabot, Directeur général, La Société d'arthrite
    Numéro de téléphone: 514-846-8840 poste 222
    Sans frais: 800-321-1433
    Courriel: achabot@qc.arthritis.ca