L'honorable Diane Finley

22 mai 2009 21h23 HE

La proposition de M. Ignatieff concernant l'assurance-emploi entraînerait une hausse des impôts

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 22 mai 2009) - Le gouvernement conservateur du Canada réagit à la crise économique mondiale aidant les chômeurs, en créant et en élargissant des programmes de recyclage professionnel et en concentrant ses efforts sur les travailleurs de longue date licenciés ayant de nombreuses années d'expérience et sur les travailleurs âgés souhaitant se perfectionnent. Nous aidons les Canadiens vulnérables et en chômage qui ont payé des cotisations d'assurance-emploi pendant de nombreuses années et qui, malheureusement, pour des raisons indépendantes de leur volonté, se retrouvent sans emploi à cause d'une crise mondiale.

Le gouvernement conservateur a prévu plusieurs mesures dans son Plan d'action économique afin d'améliorer le programme d'assurance-emploi, notamment les suivantes :

- prolongation du droit aux prestations d'assurance-emploi de cinq semaines plus du double des deux semaines proposées par l'Opposition;

- élargissement du Programme de travail partagé - nous avons réussi à protéger plus de 100 000 emplois canadiens et à éviter des licenciements en partageant les coûts avec les employeurs canadiens;

- gel des cotisations d'assurance-emploi; investissement d'une somme additionnelle de 60 millions de dollars pour le traitement des demandes d'assurance-emploi, y compris l'embauche de personnel pour s'assurer que les Canadiens reçoivent leurs prestations d'assurance-emploi le plus rapidement possible en période de pointe;

- investissement de la somme sans précédent de 8,3 milliards de dollars dans la Stratégie canadienne de transition et d'acquisition de compétences afin d'appuyer les travailleurs et leurs familles, y compris des mesures de soutien du revenu et de perfectionnement des compétences;

- aide à la formation pour les Canadiens, qu'ils soient ou non prestataires de l'assurance-emploi, par le truchement des ententes sur le développement du marché du travail conclues avec les provinces et les territoires.

En revanche, Michael Ignatieff et le Parti libéral estiment que les Canadiens devraient être admissibles aux prestations d'assurance-emploi après seulement 45 jours de travail. Le gouvernement est contre l'idée de "l'année de travail de 45 jours", comme le sont aussi les Canadiens.

En fait, les Canadiens qui travaillent depuis de nombreuses années nous ont dit qu'ils sont offensés par l'idée de "l'année de travail de 45 jours" proposée par Michael Ignatieff, car c'est une solution qui manque de perspicacité et qui ne les aidera pas. La proposition est déraisonnée et n'aide aucunement les personnes qui ont déjà perdu leur emploi, y compris les travailleurs de longue date qui ont besoin de soutien maintenant.

Michael Ignatieff appuie sa proposition sur des allégations fallacieuses selon lesquelles "40 p. 100 des chômeurs au pays ne sont pas admissibles aux prestations d'assurance-emploi même s'ils ont payé des cotisations". Ces déclarations sont fausses et trompeuses. En fait, 82 p. 100 des personnes qui ont payé des cotisations d'assurance-emploi sont admissibles à recevoir des prestations si elles perdent leur emploi pour des raisons indépendantes de leur volonté. En outre, les conditions d'admissibilité à l'assurance-emploi n'entravent pas l'accès au programme.

Malheureusement, si nous donnons suite à la proposition de M. Ignatieff, cela aura des répercussions désastreuses sur l'économie canadienne. Cette proposition entraînerait une hausse importante des charges sociales qui tuent les emplois et qui causent du tort aux travailleurs et aux petites entreprises. On estime que cette proposition coûterait des milliards de dollars. Nous n'obligerons tout simplement pas les travailleurs et les petites entreprises du Canada à payer plus d'impôts en cette période difficile, car c'est un pas dans la mauvaise direction.

Nous sommes déterminés à aider les Canadiens à traverser cette crise. Nous continuerons de prendre des mesures énergiques pour venir en aide aux personnes qui ont perdu leur emploi en raison du ralentissement économique mondial. Cependant, contrairement à M. Ignatieff, nous ne fonderons pas nos efforts sur des hypothèses incorrectes et nous ne hausserons pas les impôts.

L'honorable Diane Finley, C.P., députée, ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences

Renseignements

  • Cabinet de la Ministre Diane Finley
    Julie Vaux
    Directrice des communications
    819-994-2482 ou Cell: 613-762-7481