TUAC Canada

TUAC Canada

23 févr. 2007 20h25 HE

LA PROSPÉRITÉ ET LE LIBRE-ÉCHANGE DES TRAVAILLEURS EXPLOITÉS :

L’accroissement prévu de la main-d’œuvre migrante mexicaine au Canada ne tient pas compte du manque de droits du travail et de protections

Attention: Rédacteur à l'agriculture, Rédacteur financier , Rédacteur municipal, Directeur général et de l'information, Rédacteur aux affaires politiques et gouvernementales OTTAWA--(CCNMatthews - 23 fév. 2007) -

Ottawa, le 23 février 2007 - Alors que les agents responsables canadiens et mexicains continuent de discuter de l'expansion de la main-d'œuvre migrante mexicaine au Canada, les travailleurs eux-mêmes demeurent exclus de la conversation.

« La prospérité transfrontalière ne devrait pas signifier une augmentation du libre-échange des travailleurs exploités », de dire Wayne Hanley, président national des TUAC Canada (Travailleurs et travailleuses unis de l'alimentation et du commerce Canada).

M. Hanley a émis ces commentaires à la suite d'une réunion vendredi à Ottawa entre Peter McKay, ministre des Affaires étrangères, et son homologue mexicain, la secrétaire d'état aux Affaires étrangères Patricia Espinosa. Les deux ministres se sont également rencontrés à huis clos plus tôt en février au Mexique où la question des travailleurs migrants était inscrite à l'ordre du jour.

« Les représentants des gouvernements canadien et mexicain persistent à qualifier le PTAS (Programme des travailleurs agricoles saisonniers) comme 'programme modèle' », mais selon Hanley, « cela n'est pas l'avis des travailleurs eux-mêmes. »

« L'élargissement du PTAS sans les suggestions des travailleurs impliqués », continue Hanley, « ne fera qu'introduire davantage de travailleurs au Canada par le biais d'un système qui a historiquement échoué à fournir des droits du travail et des protections de base. »

Pendant plus de 30 ans, des travailleurs migrants saisonniers du Mexique et des Caraïbes sont venus au Canada dans le cadre du PTAS. Les TUAC Canada aident concrètement et interviennent au nom de ces travailleurs depuis le début des années 1990.

D'après les témoignages de centaines de ces travailleurs et travailleuses, de graves lacunes continuent d'exister au niveau de la surveillance et de la mise à exécution des conditions de vie et de travail sécuritaires et décentes. Il arrive souvent que des travailleurs se voient promptement rapatriés dans leur pays, à leurs frais, s'ils portent plainte à leur employeur ou au consulat mexicain.

« Le Canada et le Mexique doivent cesser de faire abstraction des faiblesses du PTAS », insiste Hanley, « et cesser d'empêcher ces travailleurs et leurs porte-paroles de les rencontrer pour discuter de leurs problèmes. »

« S'ils maintiennent la situation actuelle et élargissent le PTAS à d'autres secteurs, notre pays se retrouvera avec un bassin isolé de main-d'œuvre exploitée d'autant plus sérieux. Ceci aurait pour effet d'entraîner des problèmes pour ces travailleurs, ainsi que des problèmes et des tensions pour les communautés où ils seront situés. Cela pourrait être autrement. »

Les TUAC Canada financent entièrement et exploitent cinq centres de soutien pour travailleurs agricoles migrants qui offrent quotidiennement une foule de services de soutien, de traduction et d'aide juridique aux travailleurs participant au PTAS en Ontario et au Québec. TUAC Canada figure parmi les plus grands syndicats du secteur privé au Canada et représente plus de 240 000 membres oeuvrant dans divers secteur d'activité d'un bout à l'autre du pays.

- 30 -
IN: AGRICULTURE, ÉCONOMIE, ALIMENTATION, TRAVAIL, COMMERCE

Renseignements

  • Michael Forman, TUAC CANADA
    Numéro de téléphone: 416-675-1104 poste 249
    Numéro de téléphone secondaire: 416-579-8330