Musée canadien des droits de la personne

Musée canadien des droits de la personne

21 déc. 2010 21h38 HE

La réponse du Musée canadien des droits de la personne suite à sa rencontre avec des représentants du Congrès des Ukrainiens canadiens

WINNIPEG, MANITOBA--(Marketwire - 21 déc. 2010) - Stuart Murray, président et chef de la direction du Musée canadien des droits de la personne (MCDP), a rencontré le samedi 18 décembre 2010 des membres du Congrès des Ukrainiens canadiens et du Conseil ethnoculturel du Canada afin de discuter de leurs préoccupations et de dissiper tout malentendu à propos du MCDP. Cette discussion réaffirme l'engagement du Musée envers les Canadiens et les Canadiennes, et les efforts qu'il entend déployer pour faciliter la compréhension des droits de la personne par le public, pour promouvoir le respect des autres et pour transmettre aux visiteurs les connaissances dont ils ont besoin pour prendre position en faveur des droits de la personne.

« Le Musée canadien des droits de la personne poursuivra ses échanges avec les Canadiens et les Canadiennes tout au long du processus de conception des segments de l'exposition inaugurale du Musée et par la suite », de souligner Stuart Murray, président et chef de la direction du MCDP. « Nous sommes heureux d'avoir rencontré les représentants du Congrès des Ukrainiens canadiens et du Conseil ethnoculturel du Canada et d'avoir pu aborder de nombreuses questions soulevées à l'égard du Musée. »

Le contenu du Musée est toujours en cours de développement. « Il est important de noter que le rapport final du Comité consultatif sur le contenu (CCC) fournit des recommandations au MCDP à prendre en considération et, bien qu'il soit important, le rapport ne représente pas l'unique ressource en recommandations pour le Musée, dit Murray. Tel qu'énoncé dans ma lettre annexée au rapport du CCC, en date du 17 septembre 2010, le rapport du CCC tient compte des réflexions du comité et nous rappelle qu'il existe toujours des gens qui n'ont toujours pas eu la chance de s'exprimer. Le rapport n'est qu'une source parmi d'autres utilisée pour le développement du contenu du Musée. »

L'Holodomor et l'internement des Ukrainiens canadiens pendant la Première Guerre mondiale sont des récits bien particuliers, et le Congrès des Ukrainiens canadiens voulait s'assurer qu'ils jouissent d'une bonne visibilité au MCDP. Les représentants du Musée ont confirmé que ces récits ont toujours fait partie du processus de planification du contenu. 

En outre, le MCDP a pu réaffirmer qu'il accordera dans l'une des zones permanentes du Musée une place à de nombreuses autres atrocités de masse, de nombreux génocides et des crimes contre l'humanité. Les opérations d'internement de guerre du Canada qui ont, entre autres, affecté les communautés ukrainienne, japonaise, italienne et allemande, feront aussi l'objet d'une exploration dans le cadre de la zone permanente consacrée à la culture des droits de la personne au Canada. Le rôle du MCDP n'est pas de commémorer les atrocités touchant aux droits de la personne, mais de permettre aux visiteurs d'examiner ces atrocités sous la lentille de droits de la personne, de reconnaître les cas de violation des droits de la personne, et de leur donner les outils nécessaires pour prendre position en faveur des droits de la personne.

Le Musée canadien des droits de la personne comptera douze zones permanentes, traditionnellement appelées « galeries », qui mettront l'accent sur des récits des droits de la personne au Canada et dans la communauté internationale. Le Musée utilisera des grands thèmes, appelés « fils thématiques », présentés dans l'intégralité du Musée, afin d'explorer les interconnexions, les points d'accord et les points de désaccord dans le domaine des droits de la personne.

Outre ces 12 zones permanentes, le Musée aura également une galerie d'exposition temporaire située dans l'une des « racines » du Musée. Cette galerie hébergera des expositions temporaires ou itinérantes développées soit par le Musée, soit en partenariat avec d'autres parties.

Le Musée canadien des droits de la personne (MCDP) actuellement en construction à Winnipeg, au Manitoba, incitera les visiteurs à développer une pensée critique, à éprouver de la passion à l'égard des questions de droits de la personne et à s'engager personnellement à créer une société qui en fait foi. Tout comme les réussites historiques et actuelles en matière de droits de la personne, les violations historiques et actuelles de la dignité humaine contribuent substantiellement à stimuler un engagement immédiat envers le respect des droits de la personne.

Le MCDP s'est donné comme objectif de faire en sorte que chacun des visiteurs quitte le Musée avec une vision claire de la manière dont il peut concrétiser cet engagement à l'égard des droits de la personne. Fidèles au concept de « musée des idées », les éléments d'exposition du MCDP disposeront en grande partie de la technologie, afin de s'assurer qu'ils ne soient jamais statiques, mais plutôt en constante évolution, un peu comme l'évolution des droits de la personne au Canada et dans le monde entier.

Pour en savoir davantage sur le MCDP, rendez-vous sur le site www.museedesdroitsdelapersonne.ca.

Document d'information : Descriptions des zones permanentes et leurs titres provisoires, ainsi qu'une liste de certains des grand fils thématiques.

DOCUMENT D'INFORMATION

MUSÉE CANADIEN POUR LES DROITS DE LA PERSONNE

DESCRIPTION DES ZONES PERMANENTES

On trouvera 12 zones permanentes au Musée canadien pour les droits de la personne (MCDP) présentant un large éventail des histoires de droits de la personne au Canada et partout dans le monde. Tissés dans chacune des zones du Musée seront des thèmes commun, appelés « fils » qui feront les liens entre les diverses expériences des canadiens et canadiennes et autres.

Le contenu du Musée est encore en développement. Nos chercheurs continuent de collaborer avec des experts et des académiques et consultent de multiples sources dans ce domaine afin d'assurer un contenu est précis.

DESCRIPTION SOMMAIRE DES ZONES

N1 Hall Buhler – Zone de bienvenue

Tous les visiteurs entreront dans le Musée par le Hall Buhler – Zone de Bienvenue et à partir de là, ils choisiront de visiter les expositions temporaires, d'emprunter la passerelle vers la zone d'introduction ou de prendre l'ascenseur vers la Tour de l'espoir. C'est un lieu important où s'exprimer une « bienvenue autochtone » sur ce territoire et au Musée.

N2 Z1 Introduction aux droits de la personne

Cette zone offrira aux visiteurs une vision large des droits de la personne afin de les aider à apprécier des concepts, l'histoire, les luttes et les victoires en matière de droits de la personne. On y apprendra aussi comment les droits de la personne se manifestent dans la vie de tous les jours. Cette zone enseignera aux visiteurs qu'une définition étendue des droits de la personne doit embrasser toutes les diverses perspectives culturelles. 

N2 Z2 Les droits de la personne selon les Autochtones

L'objectif de cette zone est de véhiculer les concepts autochtones d'humanisme et de montrer la façon dont les peuples autochtones luttent pour faire respecter leurs droits au Canada.

Jusqu'à un certain point, cette zone confronte la relation traditionnelle entre le Musée, une institution nationale canadienne, et les peuples autochtones du Canada. Les institutions occidentales, comme les musées, se sont longtemps approprié des éléments culturels des peuples autochtones ou ont perpétué des stéréotypes des peuples autochtones comme étant des objets ethnographiques, ou comme étant « les autres », une race en voie d'extinction ou encore des victimes d'une société dominante. Les conseillers au contenu du MCDP ont incité le Musée à faire de la zone autochtone un espace à caractère positif où les Autochtones sont présentés comme des peuples dotés de résilience, responsables et non pas dépeints comme des victimes. Des éléments de contenu autochtones se retrouvent dans toutes les zones du Musée et une partie dominante de ces éléments témoignent de violations des droits de la personne et de tendances négatives à l'encontre des peuples autochtones du Canada. Cependant, cette zone véhicule les définitions de leurs droits par les autochtones eux-mêmes et la manière dont ils ont vécu et lutté pour leurs droits et comment ils se sont affirmés. 

N2 M la culture canadienne des droits de la personne

Cette zone présentera aux visiteurs des courants thématiques importants dans le passé récent ou lointain du Canada, soulignant leur pertinence dans la vie actuelle, sous la loupe des droits de la personne. La zone mettra l'accent sur des incidents historiques de violation des droits de la personne et sur les luttes visant à établir les libertés civiles et les droits de la personne. Ce faisant, l'exposition aidera les visiteurs à mieux comprendre les processus qui ont contribué à façonner la culture des droits de la personne au Canada. 

La victimisation et les violations de droits, bien que constituant des facettes essentielles de ces histoires, ne seront pas le seul axe retenu. Partout où ce sera possible, l'exposition soulignera les interventions d'individus ou d'organisations en vue de lutter contre les violations de droits de la personne, la discrimination et l'exclusion. Elle communiquera la nécessité de faire preuve de vigilance et d'être conscient afin de protéger les droits.

N2 M Le défi canadien

Cette zone traite des droits et libertés fondamentaux en vigueur au Canada ainsi que des limites auxquelles ceux-ci sont soumis. Les mécanismes de protection de ces droits de la personne et les corps constitués qui les mettent en œuvre seront aussi présentés. La mission de cette zone est d'habiliter les visiteurs en les instruisant quant à la façon dont leurs droits sont protégés, à la façon de s'en prémunir et à la manière dont on peut empêcher que se produisent d'autres violations des droits. 

N3 Z1 L'Holocauste

L'Holocauste donne de grandes leçons sur la fragilité des droits de la personne, leçons qui continuent d'être pertinentes aujourd'hui. Ces leçons comprennent la façon dont les idéologies racistes et antisémites ainsi que la haine ethnique motivent les violations des droits; le potentiel de l'État moderne d'être un auteur; le processus de déshumanisation de certains groupes comme les Juifs, les Roms, les personnes handicapées et les homosexuels; la relation entre le génocide et les violations des droits de la personne et le rôle crucial des spectateurs, permettant ces atrocités des droits de la personne.

N3 Z2 La révolution des droits de la personne

Depuis l'adoption, en 1948, de la Déclaration universelle des droits de l'homme, les droits de la personne sont devenus la langue universelle de la justice. Même si la Déclaration universelle est loin d'être parfaite, c'était un excellent point de départ pour un processus de détermination et de promotion des droits de la personne, lequel se poursuit toujours. Les mouvements sociaux ont joué un rôle majeur dans cette évolution des droits de la personne depuis 1948. La zone étudiera les relations dynamiques liant les luttes pour les droits de la personne, du bas vers le haut, dans les sociétés civiles, y compris les efforts d'individus et de groupes, ainsi que les lois et politiques gouvernementales établissant la protection des droits de la personne, du haut vers le bas. Ce parcours vers l'atteinte de la dignité humaine a parfois été détourné par l'hypocrisie et la régression. Malgré cela, cette zone véhiculera un message inspirant qui découle des efforts internationaux incessants de promotion de la dignité humaine pour tous les peuples. 

N3 Z3 Atrocités de masse

Le terme « atrocités de masse » est un terme général décrivant des violations à grande échelle des droits de la personne, habituellement perpétrées par des états-nations. Cette zone est un lieu tranquille où les visiteurs pourront prendre connaissance d'atrocités de masse perpétrées depuis le début du XXe siècle, étudier la source première identifiable ayant mené à ces atrocités, puis se laisser inspirer par les nombreuses façons dont les peuples ont recouvré leurs droits après les atrocités. 

N3 Z4 Le Forum

La mission du Musée spécifie qu'il a le rôle de créer un lieu de dialogue et de réflexion et le Forum sera ce lieu où les visiteurs pourront s'engager les uns et les autres dans une exploration créative et participative à propos de la paix et des droits de la personne. Ce lieu mettra l'accent sur les notions d'action, cruciale pour la protection, la promotion et la concrétisation des droits de la personne. Il mettra également l'emphase sur la créativité, l'habilitation, le dialogue et la création de liens, la représentation, l'identité, l'éveil, l'éducation et la coopération. 

L'approche retenue de cette zone est une vision globalisante des droits de la personne et elle sera notamment en lien direct avec les zones d'introduction et des droits des Autochtones. Cette approche parle de dignité, d'égalité et de respect comme de matériaux essentiels pour construire et nourrir une culture des droits de la personne. Cette zone renforcera l'idée que la paix est à la fois un pré-requis et une conséquence de la jouissance des droits de la personne par tous, idée-maîtresse de l'ébauche de la Déclaration de Barcelone sur les droits de la personne pour la paix ainsi que de nombreux autres mécanismes de protection des droits de la personne et de façon plus générale, de la Charte des Nations-Unies et plus récemment la Déclaration de Saint-Jacques pour les droits de la personne à la paix.

 N4 Les droits de la personne aujourd'hui

Cette zone joue un rôle essentiel dans le Musée en étant le lieu principal où seront présentées les luttes contemporaines pour les droits de la personne. Elle posera les questions classiques : « Qui ? Quoi ? Où ? Pourquoi ? Comment ?». Les expositions présentent des questions de droits de la personne actuelles ou en émergence qui ont des résonnances dans de nombreux cadres contextuels et englobent de multiples expériences vécues. Les expositions de cette zone, insistant sur le caractère indivisible, interrelié et interdépendant des droits de la personne véhicule la conviction que la lutte pour les droits de la personne est une urgence de tous les instants dans le monde entier.

N4 M Regard sur le monde

Cette zone est une galerie d'expositions évolutives de photographies documentaires où les visiteurs auront l'occasion d'explorer la fonction du photojournalisme pour faire mieux connaître les questions de droits de la personne.

N5 Hall de l'engagement

Le Hall de l'engagement, lequel sera soit le point de départ, soit le dernier volet de la visite du Musée, traite d'activisme. Il parle d'habilitation et d'action. Il nous apprendra à quel point nous faisons partie d'une communauté mondiale et nous convaincra que nous pouvons faire une différence et contribuer à construire et à nourrir une culture des droits de la personne. 

Le Hall de l'engagement est un lieu animé et stimulant, un endroit où les gens peuvent se regrouper, imaginer un avenir meilleur et concevoir des moyens de le concrétiser. Cette zone fera la promotion de notions d'engagement global, de participation, d'humanisme et de dignité partagés; toutes des notions qui constituent des moyens de bâtir une communauté et de promouvoir et préserver la jouissance des droits de la personne.

FILS COMMUNS

La suivante est une liste de quelques-uns des thèmes communs, aussi connus sous le noms de « fils » qui seront présents dans les zones du Musée : Autochtone; Langue; Genre; Orientation sexuelle; Religion; Déficiences; Enfants; Âge; Race; Environnement; Alimentation; Eau; Travail; Santé; Éducation; Pauvreté; Immigration; Migration; Colonialisme.

Veuillez s'il-vous-plaît noter que cette liste est encore en évolution et que le Musée s'engage à la mobilisation du public continue pour s'assurer qu'une grande gamme d'expériences sont présentes dans le MCDP. 

Renseignements

  • Musée canadien des droits de la personne
    Angela J. Cassie
    Directrice, Communications et Mobilisation du public
    204-289-2006
    204-289-2001 (FAX)
    www.museedesdroitsdelapersonne.ca