Congrès du travail du Canada

Congrès du travail du Canada

08 avr. 2011 14h13 HE

La reprise du marché du travail canadien demeure lente

Le président du CTC appelle à la continuation de l'investissement dans l'infrastructure

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 8 avril 2011) - La reprise du marché du travail canadien demeure lente, et le président du Congrès du travail du Canada appelle à des investissements à long terme dans l'infrastructure publique et les services publics tels que les services de garde d'enfants et les services aux aînés pour créer des emplois et stimuler l'économie.

Ken Georgetti commentait la publication par Statistique Canada se son Enquête sur la population active de mars 2011. Le mois dernier, l'économie a essuyé une perte nette de 1 500 emplois. En mars, il y avait 1 435 000 personnes en chômage, soit beaucoup plus que les 1 138 400 d'octobre 2008, juste avant la récession. Le taux de chômage est demeuré élevé en mars 2011, soit de 7,7 %, alors qu'il était de 6,1 % en octobre 2008.

« La plupart des emplois créés en mars se trouvaient dans l'industrie de la construction et les services professionnels qui la soutiennent, tels que les services d'architecture et de génie », a déclaré M. Georgetti. « La création de ces emplois a découlé principalement des investissements publics dans l'infrastructure mais le gouvernement fédéral indique qu'il mettra fin à ces dépenses. Ce serait commettre une grave erreur. »

M. Georgetti dit que l'accent mis par le gouvernement conservateur sur les réductions d'impôt pour stimuler l'économie n'est pas judicieux. « Nos recherches indiquent qu'il vaudrait bien mieux adopter des politiques aidant à créer de bons emplois qui permettent de faire vivre une famille. Les personnes qui ont de bons emplois dépensent leurs revenus dans la communauté et paient des impôts sur le revenu. La création de bons emplois est le meilleur moyen pour le gouvernement d'accroître les recettes publiques et d'équilibrer son budget. »

Analyse rapide de Sylvain Schetagne, économiste principal du CTC

Même si de nombreux observateurs et observatrices prévoyaient une création d'emplois pour mars 2011, le marché du travail canadien a en fait perdu 1 500 emplois le mois dernier.

Le nombre des Canadiens et Canadiennes qui avaient un emploi ou cherchaient activement du travail a diminué de 14 900 de février à mars. Le taux de chômage a diminué légèrement, surtout parce que de nombreuses personnes en chômage se sont découragées de chercher du travail et ont quitté le marché du travail. L'exode a été tel que le nombre des sans-emploi a diminué de 13 500 le mois dernier, par rapport à février, demeurant quand même 29 % plus élevé qu'en octobre 2008.

Bien qu'il y ait eu un basculement positif entre les emplois à temps partiel et les emplois à plein temps le mois dernier, lequel a ramené le taux de travail à temps partiel de 19,7 % à 19,1 %, le nombre des emplois temporaires a augmenté (de 59 200) de mars 2010 à mars 2011. Le nombre des personnes travaillant à leur compte a augmenté (de 17 400) le mois dernier pendant que le nombre des salariés diminuait (de 18 900).

Les jeunes travailleurs et travailleuses souffrent encore. Le taux de chômage des jeunes a augmenté en mars 2011 pour atteindre 14,4 %.

En dernier lieu, comme l'indique la cinquième édition du Bulletin de surveillance de la récession publiée par le CTC le 7 avril, la croissance de l'emploi s'est poursuivie dans l'industrie de la construction et les services professionnels, scientifiques et techniques (qui ont gagné respectivement 24 300 et 9 100 emplois) sous l'effet de l'investissement dans l'infrastructure publique. Les emplois dans le secteur public, comme par exemple dans les soins de santé, l'éducation et l'administration publique, ont diminué (de 27 200).

En fait, 77,4 % des emplois créés depuis juillet 2009, où le plus bas niveau de la crise de l'emploi a été atteint, l'ont été dans trois secteurs : la construction, les services professionnels et les soins de santé. La croissance de l'emploi observée dans ces secteurs ralentira probablement. Le gouvernement fédéral prévoit réduire ses investissements dans l'infrastructure publique, les taux d'intérêt augmentent, les règles sur les prêts hypothécaires sont plus restrictives, et des coupes seront pratiquées dans les dépenses publiques parce que le gouvernement met l'accent sur la réduction du déficit plutôt que sur la création d'emplois.

Le Congrès du travail du Canada, voix nationale du mouvement syndical, représente 3,2 millions de travailleuses et travailleurs canadiens. Le CTC réunit les syndicats nationaux et internationaux du Canada, les fédérations provinciales et territoriales du travail et 130 conseils du travail de district. Site web : www.congresdutravail.ca.

Renseignements

  • CTC
    Sylvain Schetagne
    Economiste principal
    613-526-7412

    CTC
    Dennis Gruending
    Communications
    613-526-7431
    Mobile: 613-878-6040
    dgruending@clc-ctc.ca