Le Conseil international du Canada

Le Conseil international du Canada

15 févr. 2009 11h00 HE

La sécurité à la frontière canado-américaine doit reposer sur une approche plus globale

Une action efficace permettrait de répondre aux enjeux de sécurité tout en favorisant la prospérité des deux pays

TORONTO, ONTARIO--(Marketwire - 15 fév. 2009) - Les responsables et les dirigeants politiques des deux côtés de la frontière canado-américaine doivent mettre à profit l'arrivée au pouvoir de l'administration Obama pour réexaminer en tandem les enjeux liés à la sécurité frontalière et à l'économie, affirme Geoffrey Hale dans une nouvelle étude publiée aujourd'hui par le Conseil international du Canada (CIC).

Depuis 2001, les Etats-Unis ont axé leur gestion la frontière sur la sécurité et l'application de la loi. Mais l'auteur croit nécessaire de repenser l'ensemble des politiques en la matière afin d'optimiser la collaboration transfrontalière entre les gouvernements canadien et américain, tout en contrôlant les risques courus par leurs citoyens et en adoptant des mesures qui favoriseront plus généralement leur sécurité et leur mieux-être économique.

" Aucun des deux pays ne peut s'offrir le luxe du statu quo face aux défis économiques actuels, estime Geoffrey Hall, chercheur associé du CIC et professeur agrégé au Département de sciences politiques de l'Université de Lethbridge. Les politiques existantes sont d'ailleurs mises en cause par des groupements d'entreprises à la fois canadiens et américains, qui réclament le réexamen des questions de sécurité et de facilitation à la frontière. Sinon, préviennent-ils, on obtiendra de faibles résultats aussi bien en termes de sécurité que d'économie. "

A l'approche de la visite du président Obama au Canada, l'auteur juge indispensable que le premier ministre Stephen Harper mette de l'avant un programme qui définisse clairement le lien entre la sécurité physique et économique des Canadiens.

" L'efficacité de la gestion des frontières est l'une des préoccupations clés d'Ottawa, mais elle ne représente qu'un des nombreux défis de la nouvelle administration américaine, note le professeur Hale. Or, à défaut de résoudre la question, nous pourrions nous retrouver avec le pire de deux mondes, à savoir un système de sécurité frontalière débordé et une détérioration de l'économie des deux pays. "

Selon Geoffrey Hale, Canadiens et Américains doivent conjointement prendre ces mesures :

1. Susciter activement les investissements nécessaires à la mise au point de nouvelles infrastructures et technologies tout en renforçant la coopération entre les agences ministérielles et les ordres de gouvernement.

2. Poursuivre le développement conjoint des capacités nécessaires au traitement des biens et des personnes, notamment aux postes frontaliers ouverts 24 heures par jour.

3. Améliorer sans tarder la coordination des programmes d'expéditeurs de confiance pour mieux harmoniser les conditions d'entrée, réduire les services en double et lancer d'autres projets de prédédouanement à la frontière terrestre.

Pour assurer la viabilité de notre frontière commune, conclut Geoffrey Hale, la meilleure garantie réside dans une approche coopérative de sécurité, de gestion et de facilitation fondée sur la collaboration entre les gouvernements, le secteur privé, les localités frontalières et les organisations de la société civile de chaque pays. Seule cette approche est garante de sécurité physique, de viabilité économique, d'adaptabilité à l'évolution du monde et de cohésion sociale.

Geoffrey Hale est l'un des quatre universitaires de premier plan à qui le CIC a proposé en 2008 d'établir de nouvelles perspectives dans des domaines clés de la politique étrangère du Canada.

Pour de plus amples renseignements sur le CIC ou pour télécharger cette étude, prière de visiter le www.canadianinternationalcouncil.org.

Le Conseil international du Canada (CIC) est un organisme national et non partisan créé en vue de renforcer le rôle du Canada dans les affaires internationales. Comptant à l'échelle du pays 13 sections intégrées au réseau national de l'ICAI, le CIC vise à favoriser la recherche et le dialogue sur les grands enjeux mondiaux en appuyant un réseau d'étude de la politique étrangère canadienne qui traverse les disciplines, les orientations politiques et les secteurs économiques. Le CIC a créé un programme de bourses de recherche financé par le secteur privé et soutenu par un réseau de groupes de travail spécialisés. Faisant l'objet d'une rigoureuse sélection, ses membres se consacrent à d'importantes questions de politique étrangère en lien avec des universités et des établissements de recherche de tout le pays. Le CIC a été fondé en 2007 par Jim Balsillie, co-chef de la direction de RIM (Research In Motion).

Renseignements