SOURCE: Société canadienne de la sclérose en plaques

Société canadienne de la sclérose en plaques

24 mai 2016 08h00 HE

La Société canadienne de la SP approuve le rapport publié par le Conference Board du Canada sur la participation au marché du travail

TORONTO, ON--(Marketwired - 24 mai 2016) -  À la veille de la Journée mondiale de la SEP (le 25 mai), la Société canadienne de la sclérose en plaques fait savoir qu'elle appuie le rapport publié récemment par le Conference Board du Canada, intitulé Multiple Sclerosis in the Workplace. Supporting Successful Employment Experiences (" La SP en milieu de travail. Pour des expériences de travail fructueuses "). Ce document met en lumière l'importance des mesures de soutien visant à optimiser la participation au marché du travail des personnes touchées par la SP ‒ y compris celles qui sont atteintes de cette maladie et leurs aidants ‒ et, par là même, à rehausser la qualité de vie de ces gens. Parmi les moyens grâce auxquels les employeurs, les gouvernements et divers groupes de parties prenantes pourraient contribuer à l'atteinte de ce double objectif figurent les mesures suivantes :

  • adoption par les employeurs d'une attitude positive envers les membres de leur personnel atteints de SP et mise en place d'accommodements à l'intention de ces employés;
  • recours précoce à des interventions et à des stratégies de prise en charge de la maladie;
  • amélioration de la qualité et de la coordination des programmes de soutien offerts par les employeurs et les gouvernements.

Il est absolument primordial que nous fassions connaître la réalité des personnes qui ne peuvent bénéficier du soutien dont elles ont besoin pour demeurer maîtres de leur vie ainsi que pour conserver leur autonomie et leur capacité de s'épanouir malgré les répercussions de la maladie chronique dont elles sont atteintes ", explique Andrea Butcher-Milne, ambassadrice de la SP ayant reçu un diagnostic de SP en 1997. Madame Butcher-Milne a participé à un atelier qui a réuni des parties prenantes en vue de la préparation du rapport dont il est ici question. " J'étais heureuse de voir autour de la table de discussion des gens d'horizons divers, y compris des représentants d'Emploi et Développement social Canada, de compagnies d'assurance ainsi que de services provinciaux offrant des programmes de soutien aux personnes handicapées, dont l'implication et les décisions pourraient contribuer directement à améliorer la qualité de vie des personnes touchées par la SP. Le fait que ce processus de discussion a mené à la formulation de recommandations présentées dans le rapport constitue une étape très importante pour moi, qui ai la SP. Nous avons déjà fait beaucoup de chemin, mais la publication de ce document nous permettra de garder le rythme. "

La SP a des répercussions non seulement sur les personnes qui vivent avec cette maladie, mais également sur les membres de leur famille et leurs amis, qui se mobilisent pour surmonter les difficultés posées par celle-ci, ainsi que sur l'ensemble des Canadiens. Comme le signalent les auteurs du rapport : " La nature imprévisible et épisodique de la SP s'avère particulièrement difficile à gérer en ce qui a trait à l'emploi. En raison de la grande variabilité des symptômes et de leur intensité, les personnes aux prises avec la SP ont parfois de la difficulté, d'une part, à prendre leur traitement en charge et, d'autre part, à s'acquitter de leurs tâches quotidiennes et à respecter leurs engagements envers leur employeur dans un environnement de travail traditionnel. "

" Il est encourageant de constater que les observations et les recommandations présentées dans le rapport concordent avec celles qui sont exposées dans le document publié récemment par l'Institut de recherche en politiques publiques et ayant pour titre Leaving Some Behind: What Happens When Workers Get Sick ainsi qu'avec les réponses recueillies par la Société de la SP dans le cadre de son initiative baptisée À l'écoute des personnes touchées par la SP. Celle-ci a permis à plusieurs milliers de Canadiens devant composer avec la sclérose en plaques de décrire leurs expériences liées à l'emploi ", ajoute Julie Kelndorfer, directrice des relations avec les gouvernements et la collectivité de la Société de la SP et membre du comité directeur ayant participé à la préparation du rapport publié par le Conference Board du Canada. " Le consensus grandissant constaté en matière de politiques publiques justifie de manière convaincante le travail que nous accomplissons pour promouvoir le remaniement du cadre de travail déjà en place au pays au chapitre du revenu, des incapacités et des politiques, et ce, au nom de tous les Canadiens touchés par une maladie chronique telle que la SP. "

Le Canada affiche le plus fort taux de sclérose en plaques du monde. Cette maladie chronique souvent invalidante cible le système nerveux central, qui comprend le cerveau, la moelle épinière et les nerfs optiques. La SP est l'une des affections neurologiques les plus répandues parmi les jeunes adultes du Canada. Elle se manifeste généralement chez les personnes âgées de 15 à 40 ans, qui en subiront les effets imprévisibles toute leur vie. La Société de la SP offre des services aux personnes atteintes de SP et à leur famille et subventionne la recherche sur la cause et le remède de cette maladie. Pour faire un don à la Société de la SP ou pour obtenir de plus amples renseignements, rendez-vous à scleroseenplaques.ca ou composez le 1 800 268-7582.

Dialoguez en ligne en vous joignant à la collectivité de la SP. Retrouvez la Société de la SP sur Twitter, Instagram ou Facebook.

Renseignements