SOS violence conjugale

SOS violence conjugale

07 avr. 2011 14h58 HE

La souffrance des victimes dans l'ombre des projecteurs

MONTRÉAL, QUÉBEC--(Marketwire - 7 avril 2011) - SOS violence conjugale est un organisme qui, à travers sa ligne d'urgence 24/7, vient en aide aux victimes et à leurs proches, partout au Québec.

Suite au débat concernant Monsieur Bertrand Cantat au TNM, le point de vue de SOS a été plusieurs fois sollicité. Nous espérons que ce court texte saura alimenter la réflexion de façon constructive.

La présence de Monsieur Bertrand Cantat au Théâtre du Nouveau Monde soulève beaucoup de discussions. On doit se réjouir de ces échanges sur la violence conjugale car si nous voulons, hommes et femmes, bâtir un monde sans violence pour nos enfants, nous devons collectivement réfléchir à la violence dans nos couples et dans nos familles.

Le débat autour de la présence de Monsieur Cantat sous les feux de la rampe du TNM prend actuellement toutes sortes de directions. Certains explorent l'intention de Monsieur Cantat dans son implication au TNM. Est-elle bonne ou mauvaise ? S'il vise à augmenter ses revenus, on le condamne. Si son intention est de dénoncer la violence conjugale, on lui donne notre bénédiction. D'autres se questionnent sur son repentir. S'il a vraiment des remords face à son geste, on lui accorde le droit d'exercer son métier, sinon, on doit l'en empêcher. D'autres se demandent même si c'était vraiment de la violence conjugale. Si Monsieur Cantat est un homme violent et contrôlant, on le condamne. Si l'on croit encore, malgré tout ce que l'on sait sur l'homicide conjugal, que l'on peut tuer par passion, on l'excuse et ce n'est plus un crime, ça devient une erreur de parcours. Il devient victime de son propre comportement.

On se questionne ainsi sur sa réhabilitation, sur la légitimité de sa présence sur une scène, sur sa sentence, trop clémente pour plusieurs… et on se demande pourquoi ce choix de la part du TNM. Pourquoi offrir les projecteurs à celui qui a tué sa femme alors que tant d'artistes talentueux sont des amoureux respectueux ?

Pour SOS, Monsieur Cantat avait la responsabilité de refuser la proposition du TNM. Dans un tel contexte, l'élément clé qui devrait guider nos décisions est leur impact sur les victimes. La violence conjugale n'est pas une abstraction. C'est une réalité qui fait souffrir ses victimes et tous ceux et celles qui les aiment et qui se retrouvent dans l'onde de choc. Ça veut dire concrètement qu'à chaque fois que Monsieur Cantat est nommé dans les médias sans que son crime soit dénoncé, la famille, les proches de Madame Trintignant et toutes les personnes qui l'ont aimée reçoivent un coup d'épée au cœur. Ça leur fait mal, ça leur rappelle le vide, ça ravive le deuil et la douleur de son absence dans leur vie.

La visibilité que le TNM offre à cet artiste rappelle à ses proches que Madame Trintignant est morte sous les coups de Monsieur Cantat, mais que c'est passé, qu'on doit passer à autre chose, que son crime est « effacé ». Mais elle ne reviendra jamais ! Que certains aient depuis longtemps pardonné ne change rien au fait que ceux et celles qui l'aiment n'ont pas oublié et souffrent toujours de son absence… comme nous souffririons si Marie avait été notre fille à nous, notre sœur, notre amie. Comme souffrent aussi les victimes de violence conjugale, celles qui ont survécu aux coups et aux mensonges, et à qui la présence de Monsieur Cantat au TMN rappelle leurs propres blessures, leur terreur ainsi que l'importante souffrance de leurs enfants.

L'erreur du TNM est d'avoir oublié cette souffrance des victimes et de leurs proches. Peut-on leur en vouloir ? Les victimes sont constamment oubliées… À SOS violence conjugale, nous le constatons beaucoup trop souvent pour jeter la pierre aux responsables du TNM. Par contre, on doit les féliciter d'avoir le courage de questionner leur décision et les remercier à l'avance s'ils profitent de l'occasion qui leur est offerte pour mettre du baume sur toutes ces plaies vives qu'ils n'ont certes pas causées, mais que leur décision a malheureusement ravivées.

Renseignements