Institut professionnel de la fonction publique du Canada

Institut professionnel de la fonction publique du Canada

11 févr. 2014 21h06 HE

La voie de l'équilibre budgétaire des conservateurs prend toutes sortes de mauvaises directions, selon l'IPFPC

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwired - 11 fév. 2014) - « Avec ce budget, les intérêts des Canadiens ont été sacrifiés pour des considérations électorales et une obsession irrationnelle de budgets équilibrés. » C'est un budget qui garde le Canada sur la mauvaise voie et qui compromet la santé, l'environnement et la prospérité des Canadiens. Il n'est tout simplement pas possible que le gouvernement « mette de l'ordre dans les finances » de sa maison lorsque les fondations, c'est-à-dire les programmes et les services dont dépendent les Canadiens, s'effritent. » déclare Debi Daviau, présidente et administratrice en chef de l'Institut professionnel de la fonction publique du Canada (IPFPC), le plus grand syndicat de professionnels de la fonction publique au Canada.

« Le gouvernement gagne certainement la médaille d'or en matière d'intérêt personnel, » poursuit Mme Daviau. « Il fait tout ce qu'il peut pour gagner les prochaines élections alors qu'il devrait s'efforcer de renverser les effets de ces désastreuses décisions prises dans les budgets précédents. »

Le budget contient un certain nombre d'énoncés peu convaincants et d'affirmations discutables de la part du gouvernement, notamment :

  • « L'investissement dans la recherche de pointe et l'innovation » malgré l'absence de tout réinvestissement dans la science publique, au moment où on retranche 2,6 milliards de dollars au budget des ministères à vocation scientifique et où le classement du Canada dans le monde sur le plan scientifique, un indicateur clé de sa compétitivité économique, est en chute libre.
  • « L'engagement à protéger l'environnement » qui est totalement déphasé par rapport à la réalité : des programmes essentiels de protection de l'environnement, l'inspection et la réglementation, et des centaines d'emplois qui y étaient liés ont disparu sous la direction du gouvernement conservateur.
  • Le budget prétend assurer un « développement responsable des ressources » à un moment où on ferme les bibliothèques fédérales utilisées par les chercheurs pour analyser et surveiller les effets de l'exploitation des ressources dans tout le pays et où on brûle leurs livres ou on les envoie au dépotoir.
  • « Nous n'avons pas supprimé les programmes dont dépendent les Canadiens. » En fait, ces coupes ont eu lieu dans les domaines de la sécurité des consommateurs, du transport des marchandises dangereuses, de la sécurité maritime, de la protection de la santé, de la prestation de services aux vétérans et de la prestation de soins de santé aux retraités, pour n'en nommer que quelques-uns.

« Ce budget n'est que la continuation d'une stratégie à long terme de compressions dans les programmes et services publics à des fins idéologiques, et maintenant électorales. Le gouvernement n'a pas de quoi être fier de ce budget qui touchera des générations de Canadiens. Et tout ça, c'est pour gagner aux urnes la prochaine fois. » de conclure Mme Daviau.

L'Institut professionnel de la fonction publique du Canada représente près de 55 000 professionnels et scientifiques du secteur public canadien.

Renseignements

  • Pierre Villon
    613-228-6310, poste 2228
    613-794-9369 (cell.)