Institut professionnel de la fonction publique du Canada

Institut professionnel de la fonction publique du Canada

05 déc. 2013 09h58 HE

L'adoption par le gouvernement néo-brunswickois d'un régime à risques partagés est antidémocratique et injuste

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwired - 5 déc. 2013) - L'Institut professionnel de la fonction publique du Canada (IPFPC) déplore l'abrogation de la Loi sur la pension de retraite dans les services publics du Nouveau-Brunswick et l'adoption d'un régime de pensions à risques partagés pour les employés de la fonction publique provinciale.

« C'est une triste nouvelle pour nos membres, les gens du Nouveau-Brunswick et tous les Canadiens, selon le président de l'IPFPC, Gary Corbett. C'est une mesure législative injuste qui ne garantit pas la sécurité de la retraite des employés de la fonction publique du passé, du présent et de l'avenir. Elle crée un précédent pour d'autres provinces et territoires tentés de réduire les prestations de retraite de leurs citoyens. Rien n'excuse de faire passer l'argent avant les gens ».

L'IPFPC avait participé à plusieurs réunions avec le groupe de travail provincial chargé d'étudier le régime de pensions du secteur public provincial, mais a refusé de signer un protocole d'entente appuyant l'instauration d'un régime à risques partagés. « Le gouvernement fait fi des grandes réserves exprimées par l'Opposition provinciale et des intervenants clés tels que la Pension Coalition New Brunswick, qui représente des milliers de retraités de la fonction publique. Il n'a pas tenu compte des syndicats et s'est servi de sa majorité législative pour faire adopter à la hâte une mesure législative mal conçue. C'est totalement contraire à la démocratie et cette décision reviendra hanter le gouvernement », conclut M. Corbett.

L'IPFPC réévalue actuellement la situation en vue de défendre les droits de ses membres.

L'IPFPC représente quelque 55 000 professionnels et scientifiques du secteur public canadien, dont plus de 400 employés provinciaux qui servent fièrement les Néo-Brunswickois à titre de procureurs et avocats de la Couronne, d'ingénieurs, d'arpenteurs, d'architectes, de vétérinaires, d'agrologues et d'agronomes.

Renseignements

  • Pierre Villon
    613-228-6310, poste 2228
    613-794-9369 (cell.)