Association de l'exploration minière du Québec

Association de l'exploration minière du Québec

24 oct. 2012 10h30 HE

L'AEMQ invite le Gouvernement à respecter les règles

L'AEMQ appuie l'exploration de l'uranium

ROUYN-NORANDA, QUÉBEC--(Marketwire - 24 oct. 2012) - L'Association de l'exploration minière du Québec (AEMQ) déplore que le Gouvernement du Québec crée de l'incertitude dans la filière minérale québécoise avec un risque de blocage de l'exploration de l'uranium, en particulier sur le projet Matoush de la société Strateco. Ce projet est situé à 260 km de Chibougamau et à 210 km de Mistissini dans la région des Monts Otish dans le nord du Québec.

L'AEMQ s'interroge sur les raisons qui incitent le Gouvernement du Québec à multiplier les délais en demandant la tenue d'un BAPE pour « étudier toute la filière de l'uranium ». Une telle initiative serait inutile et occasionnerait des délais de réalisation importants alors que toutes les activités concernant le secteur de l'uranium au Canada sont déjà strictement encadrées par la Commission canadienne de sûreté nucléaire (CCSN). Cet organisme règlemente l'utilisation de l'énergie et des matières nucléaires afin de préserver la santé, la sûreté et la sécurité des Canadiens, de protéger l'environnement et de respecter les engagements internationaux du Canada à l'égard de l'utilisation pacifique de l'énergie nucléaire.

La société Strateco a déjà conduit de 2008 à 2012 des études rigoureuses sur l'impact du projet Matoush, études qui ont été supervisées et validées de façon indépendante. A la suite de ces études, les autorisations requises pour continuer les travaux d'exploration ont été obtenues de la part de la CCSN.

« La CCSN, un organisme de règlementation et de contrôle indépendant de l'industrie, est une autorité qui jouit d'une expertise et d'une réputation internationale. Elle a l'autorité sur tout projet uranifère au Canada. La CCSN a clairement indiqué que le projet Matoush ne posait pas de risque pour la santé publique et qu'il respectait la règlementation environnementale. Strateco a agi selon les règles qui lui ont été imposées par le Gouvernement du Québec et dans le respect des normes existantes. Le Gouvernement du Québec ne peut renverser une direction sans générer de l'incertitude dans l'ensemble de la filière minérale québécoise et sans conséquences économiques pour nos opérateurs », a indiqué M. Jean-Marc Lulin, président de l'Association.

L'AEMQ considère inacceptable le blocage potentiel d'une filière prometteuse pour le Québec dont le mode de développement pourrait s'inspirer de la Saskatchewan, leader mondial du secteur depuis 50 ans, générant annuellement plus d'un milliard $ en valeur de production, et ce en accord avec les principes du développement durable.

L'AEMQ supporte toute initiative fondée sur une approche scientifique rigoureuse visant à examiner les dimensions sociales et environnementales de l'exploration et de l'exploitation de nos ressources. Simultanément, l'État doit, sans exception, respecter ses engagements à l'égard des entreprises qui ont investi en fonction d'un cadre légal clair, stable et préétabli.

« Les déclarations gouvernementales faites sur l'uranium s'ajoutent à celles sur les hydrocarbures. Elles ne font que contribuer à repousser des investissements dont nous avons tant besoin. L'Association invite plutôt le Gouvernement à mettre de l'avant des mesures qui favoriseront le développement responsable de nos activités industrielles et la création d'emplois à valeur ajoutée dans nos régions et ce, au bénéfice de tous les Québécois et Québécoises» a ajouté Mme Valérie Fillion, Directrice générale de l'AEMQ.

À propos de l'Association de l'exploration minière du Québec (AEMQ)

L'Association de l'exploration minière du Québec (AEMQ) est une association professionnelle et industrielle à but non lucratif formée en vertu de la troisième partie de la Loi sur les compagnies. L'AEMQ représente les principaux intervenants œuvrant dans le domaine de l'exploration minière au Québec. L'Association fut fondée en 1975 par la volonté des travailleurs du secteur de l'exploration minière du Québec (prospecteurs, géologues, géophysiciens, entrepreneurs, promoteurs, directeurs d'exploration) dans le but d'accroître l'intensité de l'exploration et d'appuyer le développement de l'entrepreneuriat minier québécois. L'AEMQ regroupe plus de 2192 membres individuels (prospecteurs, géologues, géophysiciens, courtiers, fiscalistes, avocats, etc.) et 241 membres corporatifs (sociétés juniors et majeures d'exploration minière, firmes d'ingénieurs-conseils en géologie, géophysique, entreprises de forages, sociétés de services, équipementiers, etc.). Elle est dirigée par un conseil d'administration de vingt personnes issues des différentes composantes de l'exploration minière.

Le siège social de l'AEMQ est situé au 132, avenue du Lac, bureau 203, Rouyn-Noranda (Québec) J9X 4N5

Pour plus de renseignements visitez le site de l'AEMQ www.aemq.org.

Renseignements

  • Relations avec les médias
    Mme Valérie Fillion
    Directrice Générale
    (819) 762-1599
    dg@aemq.org

    M. Jean-Marc Lulin
    Président
    (450) 646-3015
    pres@aemq.org