L'Association pulmonaire

L'Association pulmonaire

03 juin 2009 06h55 HE

L'air pur doit être une priorité de premier rang malgré la situation économique difficile, révèle un sondage de l'Association pulmonaire

Seulement 37 % des Canadien-nes considèrent que le fédéral et les provinces sont suffisamment actifs pour enrayer la pollution de l'air

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 3 juin 2009) - En dépit des difficultés économiques actuelles, la majorité des Canadiennes et des Canadiens souhaitent que le gouvernement canadien et ceux des provinces placent l'air pur parmi leurs grandes priorités, révèle un nouveau sondage de l'Association pulmonaire du Canada à l'occasion de la Journée de l'air pur.

Cinquante-quatre p. cent des répondants ont indiqué que l'air pur devrait être une priorité élevée, voire de premier rang, pour le gouvernement fédéral et ceux des provinces, malgré la situation économique difficile. Au Québec, la proportion de gens en faveur de cette priorité est encore plus forte, avec 70 %; suivent l'Alberta avec 54 % et la région de l'Atlantique avec 52 %.

"Les Canadiens et Canadiennes disent - bien clairement - qu'ils considèrent que nos gouvernements, d'un océan à l'autre, doivent accorder une priorité importante à l'adoption de politiques pour un air pur", signale Kenneth Maybee, président des enjeux environnementaux à l'Association pulmonaire. "Notre santé, et en particulier celle de nos poumons, exige que l'air soit sain."

"Nous espérons que les gouvernements, à l'échelle du pays, profiteront de la Journée de l'air pur de 2009 pour s'engager de nouveau à faire en sorte que les Canadiens et Canadiennes puissent respirer de l'air non pollué et que les jours de smog soient moins nombreux, dans l'avenir", ajoute Louis P. Brisson de l'Association pulmonaire du Québec.

Seulement 37 % des répondants ont déclaré qu'ils sont d'avis que le fédéral et les provinces en font assez, pour améliorer la qualité de l'air que nous respirons; en revanche, 54 % ont répondu que les actions des gouvernements sont insuffisantes.

La pollution de l'air affecte notre santé à tous. Certaines personnes y sont plus vulnérables, en particulier les enfants, les personnes du troisième âge et les individus atteints de maladies pulmonaires comme l'asthme et la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC).

Les personnes qui font des activités intenses en plein air, comme les athlètes, les agriculteurs et les employés dans le domaine de la construction, ont elles aussi un plus grand risque de répercussions. Même des personnes qui n'ont pas de problème de santé peuvent avoir de la difficulté à respirer, les jours où l'air est particulièrement pollué.

"On sous-estime souvent le lien entre la pollution de l'air et les maladies pulmonaires", signale la Dre Menn Biagtan, de l'Association pulmonaire de la C.-B. "Une brève exposition à l'ozone - principal ingrédient du smog - peut aggraver des affections pulmonaires, causer des problèmes et nécessiter l'hospitalisation. L'exposition chronique à l'ozone peut causer le décès prématuré chez des personnes atteintes de maladies respiratoires ou cardiaques."

"Il n'y a pas seulement les gens de la ville qui souffrent de la pollution de l'air : les gens en région rurale et de villégiature peuvent être affectés eux aussi. "La pollution de l'air ne connaît pas de frontières. Les personnes qui vivent en région rurale peuvent respirer des polluants poussés par le vent à des centaines de kilomètres des sources", affirme M. Maybee.

L'Association pulmonaire offre une liste de stratégies que tous les Canadiens et Canadiennes peuvent mettre en application afin de protéger leur santé pulmonaire lorsque l'air est de piètre qualité. De plus, l'Association incite tous les gens à suivre les conseils donnés par la Cote air santé, les jours où l'air est plus pollué. Ce service surveille la qualité de l'air dans diverses régions du pays et il recommande de réduire l'activité à l'extérieur lorsque la qualité de l'air est piètre.

Fondée en 1900, l'Association pulmonaire est le seul organisme sans but lucratif à promouvoir la santé respiratoire et prévenir les maladies pulmonaires au Canada. Il est un chef de file national en matière d'information scientifique, de recherche, d'éducation, de soutien et de plaidoyer sur les enjeux liés à la santé pulmonaire.

Au sujet du sondage

Du 28 au 29 mai 2009, Angus Reid Strategies a procédé à ce sondage en ligne auprès d'un échantillon sélectionné au hasard et représentatif de 1 017 Canadien-nes adultes de 18 ans et plus. La marge d'erreur pour l'ensemble de l'échantillon est de +/- 3,1 %, 19 fois sur 20. Les résultats ont été pondérés en fonction des plus récentes données de recensement de Statistique Canada sur la scolarité, l'âge et la région, afin que l'échantillon soit représentatif de l'ensemble de la population canadienne adulte.

Pour plus d'information sur ce que vous pouvez faire pour réduire la pollution de l'air

Pour plus d'information sur la qualité de l'air extérieur

Pour plus d'information sur l'Indice de qualité de l'air

Pour plus d'information sur la nouvelle Cote air santé

Renseignements

  • Association pulmonaire
    Cameron Bishop
    Directeur des affaires gouvernementales et relations médias
    613-569-6411, poste 223
    ou
    Association pulmonaire du Québec
    Québec
    Dominique Massie
    Directrice développement et communications
    514-587-7400 poste 224
    Cellulaire 514-975-5382