l'Alliance canadienne pour mettre fin a l'itinerance

l'Alliance canadienne pour mettre fin a l'itinerance

05 avr. 2012 12h23 HE

L'Alliance canadienne pour mettre fin à l'itinérance: Une nouvelle alliance pour mettre fin à l'itinérance au Canada

Des Plans de 10 ans pour mettre fin à l'itinérance prouvés qui réduisent l'itinérance

CALGARY, ALBERTA--(Marketwire - 5 avril 2012) - L'Alliance canadienne pour mettre fin à l'itinérance (ACMFI) a diffusé aujourd'hui «Un plan, pas un rêve : comment mettre fin à l'itinérance en 10 ans», et lance un nouveau mouvement national pour mettre fin à l'itinérance au Canada. L'ACMFI a pour but de mettre fin à l'itinérance au Canada en mobilisant les communautés et les gouvernements d'un bout à l'autre du Canada afin qu'elles puissent élaborer et mettre sur pied leur propre Plan de 10 ans visant à mettre fin à l'itinérance (Plans de 10 ans).

«On estime que 300 000 Canadiens trouvent un abri dans les refuges d'urgence ou vivent dans la rue,» affirme Alex Himelfarb, président du conseil d'administration de l'ACMFI. «L'envergure du problème semble être décourageante, mais nous avons vu des progrès partout où une volonté politique et un engagement communautaire sont présents. Une solution nationale exige un leadership au niveau des gouvernements fédéral et provinciaux et une participation des communautés. »

«Nous nous évertuerons à progresser une communauté à la fois, en nous reposant sur les réussites qui ont été prouvées dans des communautés telles Calgary.»

À l'heure actuelle, la réaction conventionnelle à l'itinérance dans la plupart des communautés est centrée sur les interventions en cas de crise, telles les refuges d'urgence. Un Plan de 10 ans est un plan communautaire qui met l'accent sur les solutions permanentes, notamment le logement et les services de soutien, et met au point un système de soins exhaustif qui prévient et met fin à l'itinérance.

L'ACMI travaillera avec les communautés et engagera les gouvernements à mobiliser des ressources et à apporter les changements de politiques nécessaires à la mise sur pied des Plans de 10 ans dans nos villes, nos provinces et nos territoires. Le modèle de ces plans a été créé aux États-Unis et a connu du succès dans un certain nombre de villes d'un bout à l'autre du Canada.

«Un plan, pas un rêve» est une déclaration qui énonce que nous, en tant que Canadiens, refusons d'accepter que l'itinérance de nos voisins est inévitable,» déclare Tim Richter, président et chef des opérations rentrant de l'ACMFI. Le modèle du Plan de 10 ans a fait ses preuves pour réduire l'itinérance au Canada, et maintenant, nous mettons nos co-citoyens, les communautés et tous les niveaux du gouvernement au défi de prendre l'initiative et d'éliminer la catastrophe non naturelle qu'est l'itinérance au Canada, une fois pour toute.»

Les villes canadiennes qui ont en place des plans pour mettre fin à l'itinérance ont déjà témoigné de progrès marqués. Par exemple, la ville d'Edmonton a vu une baisse de l'itinérance de 21 % de 2008 à 2010, l'itinérance de rue à Lethbridge a baissé de 53 % au cours de la même période, et Calgary, qui connaissait le plus grand taux de croissance d'itinérance au Canada, a connu une réduction de 11,4 % en quatre ans. La province de l'Alberta est la première et la seule au Canada à s'être engagée au niveau provincial et à offrir un plan pour mettre fin à l'itinérance.

Le mandat de l'ACMFI comprend une augmentation de la sensibilisation sur l'itinérance parmi les Canadiens, une assistance aux communautés sous forme d'outils, de connaissances et de guidance pour élaborer des Plans de 10 ans, et activement rechercher des changements de politiques au niveaux provincial et fédéral qui appuient l'élimination de l'itinérance. Pour de plus amples renseignements, veuillez visiter www.caeh.ca ou vous joindre au discours à www.facebook.com/endinghomelessness.

Fiche d'information

Au sujet de l'Alliance canadienne pour mettre fin à l'itinérance

L'Alliance canadienne pour mettre fin à l'itinérance a été créée afin de lancer un mouvement national pour mettre fin à l'itinérance à partir de la communauté.

Vision

Mettre fin à l'itinérance au Canada.

Mission

Créer un mouvement national pour prévenir et éliminer l'itinérance au Canada par l'élaboration de plans décennaux visant à mettre fin à l'itinérance dans les collectivités partout au pays.

L'oeuvre de l'ACMFI

L'ACMFI sera axée sur quatre activités centrales :

  1. Augmenter la sensibilisation sur l'itinérance au Canada.
  2. Engager les communautés et les gouvernements à éliminer l'itinérance à l'aide de plans décennaux pour mettre fin à l'itinérance.
  3. Fournir à ces communautés de l'information, des outils, des connaissances et la guidance nécessaires au développement et à la mise en œuvre des plans.
  4. Inciter de manière proactive les gouvernements provincial et fédéral à modifier leurs politiques afin que ces dernières appuient l'élimination de l'itinérance.

Un plan, pas un rêve : comment mettre fin à l'itinérance en dix ans

Un plan, pas un rêve montre aux communautés canadiennes comment mettre fin à l'itinérance en dix ans en exposant les grandes lignes des quatre éléments de base et les dix essentiels dans un plan décennal visant à mettre fin à l'itinérance.

Personne-ressource

Calgary Toronto
a/s Calgary Homeless Foundation a/s The Wellesley Institute
925 7th Avenue SW, Suite 308 10 Alcorn Ave Suite 300
Calgary, Alb., T2P 1A5 Toronto, Ont., M4V 3B2
Téléphone : (403) 718-8526
Web : www.caeh.ca
Facebook : www.facebook.com/endinghomelessness

Organisme

L'Alliance canadienne pour mettre fin à l'itinérance est une corporation canadienne sans but lucratif. Elle aura à son emploi moins de trois employés à temps plein avec des bureaux auxiliaires à Toronto et à Calgary dans les locaux du Wellesley Institute et de la Calgary Homeless Foundation.

Conseil d'administration

Président, Alex Himelfarb
Directeur, École des affaires publiques et internationales de Glendon
Université York
Secrétaire, Stephen Gaetz
Directeur, Réseau canadian de recherches sur l'itinérance
Professeur adjoint, Faculté d'éducation, Université York
Trésorier, Michael Shapcott
Directeur, Housing and Innovation, Wellesley Institute
Brock Carlton
Chef de la direction
Fédération canadienne des municipalités
Maria Crawford
Directrice exécutive, Eva's Initiatives

Blaine Favel
Président et chef de la direction, One Earth Oil and Gas Inc
Mark Guslits
Directeur, Mark Guslits & Associates Inc.
Directeur, Association canadienne d'habitation et de rénovation urbaine
Arlene Hache
Directrice exécutive
Centre for Northern Families
Roch Hurtubuise
Directeur
Département de service social
Université de Sherbrooke
Docteur Jeffrey Turnbull
Médecin en chef, Hôpital d'Ottawa
Président, Association médicale canadienne
Janet Yale
Consultante en philanthropie stratégique

Plans de 10 ans visant à mettre fin à l'itinérance

Un plan de 10 ans visant à mettre fin à l'itinérance est un plan communautaire qui transfère la focalisation de la gestion de l'itinérance sur l'élimination de l'itinérance. Le modèle du plan décennal a été mis au point aux États-Unis par la National Alliance to End Homelessness, et a d'abord été introduit au Canada en Alberta.

Les plans décennaux visant à mettre fin à l'itinérance ont fait leurs preuves en matière de réduction de l'itinérance au Canada :

  • Edmonton : baisse de 21 % de 2008 à 2010
  • Fort McMurray : baisse de 42 % de 2008 à 2010
  • Lethbridge : baisse de 53 % de l'itinérance de la rue de 2008 à 2010
  • Calgary : a fermé 130 lits dans les refuges d'urgence et 54 logements transitoires en raison d'une baisse de la demande

Les recherches au Canada et aux États-Unis ont montré qu'il coûte moins cher de réparer l'itinérance que de l'ignorer :

  • Pomeroy a estimé que les réponses institutionnelles à l'itinérance coûtent entre 66 000 $ et 120 000 $ par personne par an (p. ex. prison, hôpitaux psychiatriques) comparativement à entre 13 000 $ et 18 000 $ pour le coût des logements de soutien.
  • Simon Fraser University a estimé que cela coûte 55 000 $ par personne par an de laisser une personne sans abri en C.-B, comparativement à 37 000 $ pour un logement et du soutien.
  • La Calgary Homeless Foundation a estimé qu'en moyenne, un sans-abri chronique coûte 134 000 $ par personne par an comparativement à entre 10 000 $ et 25 000 $ par personne par an pour un logement et du soutien.

L'itinérance au Canada

L'itinérance est une forme extrême de pauvreté et d'exclusion sociale qui est caractérisée par l'instabilité du logement, ainsi que par un revenu, des soins de santé et des soutiens sociaux inadéquats. Cela comprend les sans-abri absolus qui vivent dans la rue et les refuges, les sans-abri cachés qui restent chez des amis, de la famille ou dans des cadres institutionnels, et ceux qui sont à risque de devenir sans abri en raison d'une situation économique et de logement précaire.

En 2007, le gouvernement canadien avait estimé qu'environ 150 000 Canadiens étaient sans abri (vivaient dans des refuges ou dormaient à la dure); d'autres estimations élevaient ce chiffre à 300 000(1).

L'itinérance existe au Canada pour plusieurs raisons :

  • Les réductions budgétaires du gouvernement fédéral de 1990 ont entraîné de grosses coupures aux paiements de transfert provinciaux et l'annulation du programme fédéral de logements abordables.
  • Devant faire face à des coupures de paiements de transfert fédéraux et à leurs propres problèmes de dette, les provinces ont été forcées d'effectuer à leur tour des coupures importantes allant des soins de santé à l'aide sociale qui ont affecté les Canadiens vulnérables.
  • La réduction des prestations d'aide sociale provinciale a non seulement réduit le montant du soutien fourni mais aussi le nombre de personnes qui pouvait toucher ces paiements.
  • En même temps, les investissements dans les logements abordables ont été annulés ou ont ralenti dans bon nombre de provinces. En raison d'un manque de logements abordables dans le système, les Canadiens vulnérables ont été forcés de se tourner vers le marché des locations privées. Les revenus offerts par l'assistance sociale étaient loin d'être suffisants (et ne le sont toujours pas aujourd'hui) pour louer un logement privé.
  • Ces problèmes sont amplifiés davantage par les systèmes publics tels la protection de l'enfance, les soins de santé et les services correctionnels, qui peuvent par inadvertance concourir à l'itinérance, soit en déchargeant directement les gens dans l'itinérance, ou en permettant aux gens de passer entre les mailles du filet et à côté de ces systèmes.
  • Un autre grand facteur contributif à l'itinérance au Canada est la grande pauvreté, des logements insalubres et l'impact persistant des pensionnats sur les collectivités autochtones du Canada. Les peuples autochtones sont considérablement surreprésentés parmi la population des sans-abri dans les villes canadiennes.

Partenaires

Ressources

Sur l'itinérance au Canada :

Sur les plans décénnaux visant à mettre fin à l'itinérance :

Sur les plans américains visant à mettre fin à l'itinérance :

Sur le coût de l'itinérance et sur les coûts-avantages d'éliminer l'itinérance :

Sur la Priorité au logement :

Sur l'efficacité de la Priorité au logement :

(1)Gordon Laird, 2007, Shelter: Homelessness in a Growth Economy. The Sheldon ChumirFoundation for Ethics in Leadership.

Renseignements

  • Universite de Sherbrooke: Francais
    Roch Hurtubise
    Directeur, departement de service social
    (819) 821-8000, poste 62969

    Calgary Homeless Foundation: Anglais
    Tim Richter
    President et chef des operations
    (403) 718-8526
    tim@calgaryhomeless.com