Conseil canadien pour la coopération internationale

11 févr. 2005 06h00 HE

Lancement de la campagne Abolissons la pauvreté

Attention: Affectateur, Directeur général et de l'information, Photographe éditeur, Rédacteur à l'international, Rédacteur aux affaires politiques et gouvernementales OTTAWA, ONTARIO--(CCNMatthews - 11 fév. 2005) - Communiqué

Embargo : Vendredi 11 février 2005

Lancement de la campagne Abolissons la pauvreté

Un large éventail d'organismes de charité, de syndicats, de groupes confessionnels, d'universitaires, et des personnalités du milieu étudiant, littéraire, artistique et sportif ont participé aujourd'hui au lancement de la campagne Abolissons la pauvreté, qui s'inscrit dans une action mondiale contre la pauvreté.

Portant un brassard blanc, l'actrice Mary Walsh, le chanteur Tom Cochrane, la médaillée d'argent Anna van der Kamp et l'envoyé spécial des Nations unies Stephen Lewis ont expliqué que la campagne Abolissons la pauvreté vise à améliorer l'aide, à rendre le commerce équitable, à remettre la totalité de la dette des pays les plus pauvres et à éliminer la pauvreté des enfants au Canada.

En ce début de XXIe siècle, 1,2 milliard de personnes vivent dans la pauvreté extrême. Plus de 800 millions de gens se couchent chaque soir le ventre creux et 50 000 meurent chaque jour de causes liées à la pauvreté.

« Pourtant il n'y a rien d'inévitable. Nous pouvons abolir la pauvreté. Nous le pouvons si nous avons la volonté d'agir », déclare Tom Cochrane. La campagne Abolissons la pauvreté fait partie de l'action mondiale contre la pauvreté tout comme celles qui se déroulent dans plus de 50 pays.

« Il faut accroître et optimiser l'aide internationale pour mettre un terme à la faim et la pauvreté, pour permettre à tous les enfants d'aller à l'école et pour enrayer la propagation du sida », a précisé Gerry Barr, président-directeur général du Conseil canadien pour la coopération internationale, la coalition qui coordonne la campagne au Canada.

Selon M. Barr, le gouvernement doit s'engager à atteindre l'objectif de 0,7 p. 100 du revenu national brut fixé par les Nations unies pour l'aide internationale d'ici à 2015, l'année où la communauté internationale a convenu de réduire de moitié le nombre de gens vivant dans la pauvreté.

« Nous voulons des augmentations, mais nous voulons aussi que le gouvernement établisse
un échéancier indiquant comment il entend atteindre cet objectif de 0,7 p. 100 », a souligné
Gerry Barr. Pour y arriver d'ici à 2015, il faudrait une augmentation de 12 p. 100 de l'aide internationale dès cette année et à chacun des deux exercices suivants, puis une augmentation annuelle de 15 p. 100.

Il y a près de cinq ans, tous les États membres des Nations unies se sont engagés à s'attaquer à la pauvreté en atteignant des objectifs minimaux pour réduire la faim, l'analphabétisme, la discrimination à l'égard des femmes, la propagation du sida et la dégradation de l'environnement d'ici à 2015, comme il est prévu dans les Objectifs de développement du millénaire (ODM).

« Mais les choses n'avancent pas assez vite. Au rythme actuel, nous n'arriverons pas à atteindre ces objectifs modestes, et c'est tragique, car ce sont les pauvres qui écoperont »,
a déclaré Stephen Lewis, envoyé spécial des Nations unies pour le sida en Afrique.

En 2005, les dirigeants du monde - dont le premier ministre Paul Martin - se rencontreront à l'occasion d'une série de réunions marquantes : le G-7 en juillet, l'examen des Objectifs de développement du millénaire à l'ONU en septembre et la réunion de l'Organisation mondiale du commerce en décembre.

« Cette année représente une occasion exceptionnelle », de dire Anna van der Kamp, médaille d'argent aux jeux olympiques. « C'est le temps de dire trop, c'est trop et de s'investir dans une campagne axée sur l'aide, le commerce, la dette et la pauvreté des enfants ».

Au pays, la campagne Abolissons la pauvreté vise aussi l'élimination de la pauvreté des enfants au Canada. Il y a plus de 15 ans, la Chambre des communes a adopté à l'unanimité une résolution visant à éliminer la pauvreté chez les enfants du Canada avant l'an 2000. Au début de 2005, un million d'enfants canadiens, soit près de un sur six, vit encore dans la pauvreté.

« Cette année, si nous parlons tous d'une même voix, il sera possible de changer les choses. Les gouvernements du monde entier devront respecter leur engagement d'en finir avec la pauvreté », a déclaré l'actrice et comédienne, Mary Walsh. Elle invite les Canadiennes et les Canadiens à passer à l'action en signant la pétition sur le site Web Abolissons la pauvreté : www.abolissonslapauvrete.ca.

Renseignements :

Katia Gianneschi
Relations avec les médias
Conseil canadien pour la coopération internationale
(613) 241-7007, poste 311
katiag@ccic.ca

Site web : www.abolissonslapauvrete.ca
IN: FINANCE, INTERNATIONAL, POLITIQUE, SOCIAL, COMMERCE

Renseignements

  • Katia Gianneschi, Relations avec les médias, Conseil canadien pour la coopération internationale
    Numéro de téléphone: 613-241-7007 poste 311
    Courriel: katiag@ccic.ca