SOURCE: Association des pilotes d'Air Canada

Association des pilotes d'Air Canada

13 juin 2016 17h18 HE

L'Association des pilotes d'Air Canada appuie les efforts du Ministre des Transports visant à sensibiliser la population aux dangers posés par les drones volant dans des espaces aériens réglementés

L'association réclame l'enregistrement obligatoire de tous les drones et une formation obligatoire pour les opérateurs de drones au Canada

TORONTO, ON--(Marketwired - 13 juin 2016) - L'Association des pilotes d'Air Canada (APAC) appuie les efforts du Ministre des Transports qui tente d'attirer l'attention sur les dangers posés par les drones volant dans des espaces aériens réglementés.

" Nous appuyons fermement tous les efforts déployés par le Ministre des Transports et d'autres dans le but de sensibiliser les gens aux dangers liés à l'utilisation de drones dans des espaces aériens réglementés, a déclaré le Commandant Ed Bunoza, Président de la Division Sécurité aérienne de l'APAC. À la lumière des événements survenus le mois dernier, alors que des pilotes ont rapporté la présence d'un drone dans leur espace aérien au cours de leur approche vers l'aéroport d'Ottawa, il ne fait aucun doute que cet enjeu doit de toute urgence obtenir l'attention pleine et entière des plus hautes autorités. Nous entendons continuer à travailler avec Transport Canada à la remise à jour de la réglementation dans ce domaine. "

Un drone est un véhicule aérien télépiloté ou aéronef sans pilote qui est contrôlé à distance par un opérateur et dont la grosseur est variable (généralement, moins de 2 kilos pour les usages récréatifs et plus de 2 kilos pour les usages commerciaux). Ils font l'objet d'un nombre grandissant de tests pour usage commercial par des compagnies aussi diverses qu'Amazon et le Service postal d'Australie qui ont récemment mené des essais portant sur la livraison de petits colis.

Les drones qui volent près des aéronefs constituent un danger pour les passagers, les membres des équipages et le public habitant près des aéroports et ils posent particulièrement problème lors des phases du décollage et de l'atterrissage. " Vous ne voulez pas qu'un objet capable de distraire les pilotes pendant ces étapes cruciales d'un vol puisse circuler dans un espace aérien réglementé, a fait remarquer le Commandant Bunoza. Et n'oublions pas que même s'il est de très petite taille, un drone peut causer d'importants dommages à un aéronef ou à l'un de ses moteurs. "

Une formation obligatoire devrait être la norme

La popularité des drones est en hausse auprès des entreprises canadiennes et il en va de même chez les gens pour qui il s'agit d'un loisir, faisant en sorte que ce marché est en forte croissance. Il est important que toutes les personnes qui font l'acquisition d'un drone soient informées, au moment de l'achat, des restrictions en vigueur au Canada et des conséquences d'une utilisation négligente d'un tel appareil.

" Vous pouvez acheter un drone dans pratiquement n'importe quelle boutique de matériel électronique. Certains de ces appareils coûtent moins de 100 $ et ciblent plus particulièrement les photographes et les vidéastes. Mais certains sont vendus à des enfants. N'importe qui peut se procurer un drone et commencer à le faire voler sans avoir suivi la moindre formation. Il faut que ça change ", a affirmé le Commandant Bunoza.

Aux États-Unis, certains groupes de pression réclament que les drones soient dotés d'une clé de verrouillage et que le code de déverrouillage ne puisse être obtenu qu'une fois un cours de formation en ligne complété.

L'enregistrement obligatoire peut contribuer à l'identification des utilisateurs téméraires

L'Association des pilotes d'Air Canada croit aussi qu'une nouvelle réglementation devrait exiger l'enregistrement obligatoire de tous les drones vendus au Canada.

" Nous sommes préoccupés par le fait que le Canada prend du retard dans ce domaine, a dit le Commandant Bunoza. Aux États-Unis, en cas d'incident impliquant un drone, les autorités sont en mesure d'identifier l'opérateur responsable et de lui faire porter la responsabilité de l'incident. " "

En décembre 2015, la FAA a adopté un nouveau règlement exigeant l'enregistrement obligatoire de tous les drones pesant de 250 grammes à 25 kilos. Les gens qui possédaient déjà un drone avaient un mois pour enregistrer leur appareil alors que les nouveaux acheteurs doivent procéder à l'enregistrement de leur appareil avant son premier vol extérieur. Le propriétaire reçoit un certificat et un numéro d'enregistrement qui doit être inscrit sur tous les drones de l'utilisateur.

Des pénalités sévères sont essentielles

L'APAC appuie la campagne du Ministre des Transports visant à durcir les pénalités imposées aux utilisateurs qui ne se conforment pas aux règles.

" Les pénalités doivent être sévères, a souligné le Commandant Bunoza. Que l'utilisateur fasse voler son drone dans un espace aérien réglementé intentionnellement ou non n'a pas d'importance. Il s'agit dans tous les cas d'un geste imprudent qui fait courir de graves dangers aux aéronefs, aux membres des équipages et aux passagers. Si un utilisateur de drone fait voler son appareil dans un espace aérien réglementé, nous croyons que des pénalités sévères doivent être imposées à titre de mesure dissuasive. "

L'association des pilotes d'Air Canada (APAC) est le plus important groupe de pilotes professionnels au Canada. Elle représente plus de 3 000 pilotes transportant des millions de passagers au Canada et partout ailleurs dans le monde sur les ailes d'Air Canada et d'Air Canada rouge.

Renseignements

  • Pour information :
    Maria Hypponen
    Directrice des communications
    Association des pilotes d'Air Canada
    1-800-634-0944, poste 4025
    mhypponen@acpa.ca