Congrès du travail du Canada

Congrès du travail du Canada

29 avr. 2005 09h29 HE

Le 1er mai : La main-d'œuvre, force des nations

Attention: Affectateur, Rédacteur financier , Directeur général et de l'information, Rédacteur à l'international, Rédacteur aux affaires politiques et gouvernementales OTTAWA--(CCNMatthews - 29 avril 2005) - Premier mai 2005 : Au Canada et partout dans le monde, célébrités, artistes, musiciens, écrivains, organisations confessionnelles, oeuvres de charité et militants et militantes communautaires se joindront aux travailleurs et aux travailleuses ainsi qu'à leur syndicat pour demander à la classe politique des pays les plus riches de respecter leur engagement à réduire la pauvreté.

Pour souligner cette occasion au nom des trois millions de Canadiennes et de Canadiens syndiqués et de leurs familles, Ken Georgetti, président du Congrès du travail du Canada, fait aujourd'hui la déclaration suivante.

Le premier mai marque la Journée internationale des travailleurs et des travailleuses, qui célèbrent avec leurs syndicats leur unité dans la cause de l'égalité et de la justice. Cette année, ils célébreront aussi la conviction qu'en 2005, les chefs d'État du G-7 ont le pouvoir de commencer à réduire la pauvreté et à créer des emplois décents pour subvenir aux besoins des familles.

La pauvreté, le sous-emploi et le chômage existent aussi au Canada - même si, comme on nous le rappelle souvent, notre pays jouit d'un niveau de vie parmi les plus enviables sur la planète.

Au Canada, le mois dernier, 1 192 700 adultes voulaient travailler mais n'avaient pas d'emploi. Les deux tiers se verront refuser l'assurance-chômage, ce qui explique aussi la montée scandaleuse de la pauvreté des enfants au pays.

Aujourd'hui, au Canada, une personne sur quatre âgé entre 25 et 64 ans doit composer avec du travail temporaire, des emplois à temps partiel ou un travail autonome précaire.

Aujourd'hui, une personne sur cinq a peur de perdre son emploi au Canada.

Et dans la population qui travaille à temps plein, une personne sur dix gagne un salaire qui l'enferme au seuil de la pauvreté.

Les luttes des travailleurs et travailleuses et de leurs syndicats sont les mêmes partout dans le monde. Ce que nous voulons pour nous-mêmes, nous le voulons pour tous. Un préjudice causé à l'une ou l'un d'entre nous nous atteint tous.

Voilà pourquoi, en cette Journée internationale des travailleurs et des travailleuses, les trois millions de membres du Congrès du travail du Canada et leurs familles réaffirment cette vérité toute simple : la véritable force du pays réside dans la qualité de vie de sa main-d'œuvre.

Quand les travailleurs et les travailleuses vont bien, les affaires vont bien et notre pays se porte mieux. Les travailleurs et les travailleuses sont la force des nations.

C'est pourquoi, partout au Canada, les travailleuses et les travailleurs veulent se faire respecter des gouvernements qui les ont abandonnés pour s'occuper des grandes entreprises et des riches. Leurs priorités nous appauvriront, nous affaibliront et nous diviseront.

C'est pourquoi, partout au Canada, les travailleuses et les travailleurs veulent se faire respecter des employeurs comme Wal-Mart, qui attaquent les valeurs qui nous sont chères et qui nous unissent - l'égalité, la justice sociale, le respect, la reconnaissance de la valeur de notre travail et la solidarité.

En cette Journée internationale des travailleurs et des travailleuses, nous devons aussi reconnaître qu'un trop grand nombre des lacunes de nos économies alourdissent le fardeau des femmes. Les familles travailleuses du Canada et leurs syndicats appuient la Charte pour l'humanité de la Marche mondiale des femmes et l'appel à l'action pour lutter contre la pauvreté et la violence faite aux femmes.

Les travailleurs et les travailleuses du Canada célèbrent les réalisations de leurs syndicats qui ont augmenté le niveau de vie de nos familles et amélioré la qualité de vie de nos collectivités. Nous demandons aux gouvernements de protéger et de promouvoir nos droits constitutionnels d'adhérer à un syndicat et de négocier librement nos conditions de travail.

Le mouvement syndical canadien s'efforce de traduire dans le monde politique les succès accomplis dans les milieux de travail. Les gouvernements démocratiques devraient se concentrer sur les priorités des travailleurs et travailleuses, car ils et elles sont la majorité des citoyens et des citoyennes en sont.

Les familles travailleuses canadiennes et le Congrès du travail du Canada réaffirment un engagement à renforcer la solidarité syndicale internationale et à contribuer à la lutte contre la pauvreté partout dans le monde.

Cela nous révolte que la moitié de la population mondiale vive avec moins de deux dollars US par jour et qu'une proportion de 1 % des plus riches accumule des revenus supérieurs aux 57 % des plus pauvres.

Cela nous révolte que, chaque année, 11 millions d'enfants meurent avant d'atteindre leur cinquième anniversaire de maladies que l'on aurait pu prévenir parce que, entre autres choses, 54 pays sont plus pauvres aujourd'hui qu'ils ne l'étaient il y a 15 ans.

En cette Journée internationale des travailleurs et des travailleuses, ici comme à l'étranger, les travailleurs et les travailleuses célébreront leurs réalisations et leur détermination à se tenir debout pour obtenir de meilleurs emplois, affirmer leurs droits et améliorer la qualité de vie partout dans le monde.

Le Congrès du travail du Canada, la voix nationale du mouvement syndical, représente trois millions de travailleurs et de travailleuses canadiens. Le CTC réunit les syndicats nationaux et internationaux du Canada, les fédérations provinciales et territoriales du travail et 137 conseils du travail régionaux. Site Web : www.clc-ctc.ca

Renseignements :
Jean Wolff, (613) 526-7431 et (613) 878-6040
Jeff Atkinson, (613) 526-7425 et (613) 863-1413
communications@clc-ctc.ca
/Renseignements: Jeff Atkinson, 613-526-7425 ou 613-863-1413/ IN: ÉCONOMIE, FINANCE, TRAVAIL, POLITIQUE, SOCIAL

Renseignements

  • Jean Wolff, Directeur, Service des Communications, Congrès du travail du Canada
    Numéro de téléphone: 613-526-7431
    Numéro de téléphone secondaire: 613-878-6040
    Courriel: communications@clc-ctc.ca