Conseil canadien pour la coopération internationale

23 févr. 2005 19h55 HE

Le budget du ministre Goodale, des mesures mitigées pour les pauvres

Attention: Affectateur, Directeur général et de l'information, Rédacteur à l'international, Rédacteur aux affaires politiques et gouvernementales OTTAWA, ONTARIO--(CCNMatthews - 23 fév. 2005) - Abolissons la pauvreté

Communiqué de presse

Pour diffusion immédiate : 23 février 2005

Le budget du ministre Goodale, des mesures mitigées pour les pauvres au Canada et à l'étranger

Les progrès relatifs aux engagements du Canada en vue d'éliminer la pauvreté, au pays et à l'étranger sont incertains. Le budget du ministre des Finances, Ralph Goodale, ne va pas assez loin pour répondre aux besoins pressants des pauvres du monde.

« Si l'annonce par M. Goodale mentionnant de sommes réservées à l'augmentation de l'enveloppe de l'aide internationale (EAI) de 8 p. 100 jusqu'en 2010 est plutôt rassurante quant aux fonds disponibles, cette aide est malheureusement loin de répondre aux besoins », déclare Gerry Barr, président-directeur général du Conseil canadien pour la coopération internationale et porte-parole de la campagne Abolissons la pauvreté.

En outre, le gouvernement omet de présenter un échéancier qui indiquerait le moment où il compte atteindre la cible de 0,7 p. 100 du revenu national brut fixée pour les dépenses d'aide.

Cependant, l'annonce de la création d'un fonds annuel de 100 millions $ au titre de la paix et de la sécurité mondiales est bien accueillie. Ce fonds permettra de faire face aux besoins urgents pour la reconstruction et l'instauration de la paix dans les pays dévastés par les conflits.

Les crédits de 342 millions qui seront affectés, d'une part à la lutte contre les maladies telles que le VIH-sida, la tuberculose, la polio et le paludisme et, d'autre part, à l'immunisation, ,montrent que le Canada continue de jouer un rôle de chef de file en matière de santé internationale.

La restructuration de l'EAI annoncée aujourd'hui s'avère également une mesure positive. Elle sera garante d'une plus grande transparence et de l'utilisation responsable des fonds.

En ce qui concerne le Canada, le budget offre un peu de tout. Alors que les mesures touchant les soins de l'enfance, attendues depuis longtemps, sont des plus louables, nulle part il n'est question, dans le budget, de logements sociaux à prix abordable.

« Le gouvernement a manqué à sa promesse, étant donné qu'aucune somme n'est allouée aux loyers modiques », d'ajouter M. Barr.

Lorsqu'un million d'enfants canadiens, soit un sur six, vivent dans la pauvreté, ce problème requiert des dépenses plus substantielles.

Abolissons la pauvreté fait partie d'une action mondiale contre la pauvreté. Des campagnes nationales sont en cours dans plus de 50 pays. Abolissons la pauvreté demande instamment d'accroître et d'optimiser laide, de rendre le commerce équitable, d'annuler la totalité de la dette de des pays les plus pauvres et d'éliminer la pauvreté des enfants au Canada.

Renseignements :
Katia Gianneschi
Relations avec les médias
(613) 241-7007, poste 311
katiag@ccic.ca

www.abolissonslapauvrete.ca

IN: FINANCE, INTERNATIONAL, POLITIQUE, SOCIAL, COMMERCE

Renseignements

  • Katia Gianneschi, Relations avec les médias, Conseil canadien pour la coopération internationale
    Numéro de téléphone: 613-241-7007 poste 311
    Courriel: katiag@ccic.ca