Institut professionnel de la fonction publique du Canada

Institut professionnel de la fonction publique du Canada

17 mars 2009 16h24 HE

Le budget du Nouveau-Brunswick inquiète un grand syndicat

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 17 mars 2009) - L'Institut professionnel de la fonction publique du Canada nourrit de grandes inquiétudes à l'endroit du budget que le gouvernement du Nouveau-Brunswick vient de présenter. Une suppression de postes dans la fonction publique, un gel salarial de deux ans et un gel du recrutement d'une durée indéterminée pour ce qui est des postes permanents ouverts au public ont en effet été annoncés.

Comme le budget fédéral a permis de le constater, les gouvernements en proie à des difficultés financières n'hésitent pas à faire de leurs employés des boucs émissaires. Le peu d'importance accordé à ceux-ci par leur employeur devient alors apparent, et les professionnels ne sont pas épargnés. Les employés de la fonction publique ne sont pas sans connaître la conjoncture énonomique actuelle et sont tout disposés à mettre l'épaule à la roue en ces temps plus durs. Ils sont prêts à négocier de bonne foi dans le but d'en arriver à une solution qui convienne aux deux parties. "Le gouvernement a d'autres choix que de s'attaquer au droit à la négociation collective pour se tirer d'affaire", a déclaré Gary Corbett, président intérimaire de l'Institut.

Au Nouveau-Brunswick, les conventions collectives des groupes dont l'Institut est l'agent négociateur prennent fin le 28 février 2010. Le gouvernement du Nouveau-Brunswick a promis de respecter les conditions de travail prévues dans ces conventions. En choisissant d'ignorer le droit à la négociation collective, il ira à l'encontre de la décision rendue en juin 2007 par la Cour suprême du Canada selon laquelle la négociation collective entre dans la liberté d'association garantie par la Charte canadienne des droits et libertés au paragraphe 2(d).

"L'Institut examine maintenant les possibilités qui s'offrent à lui pour contester devant les tribunaux cette façon injuste d'aborder les relations de travail", a ajouté M. Corbett.

Le maintien de l'infrastructure dont dépend chaque jour la population pour sa sécurité et son bien-être passe par une fonction publique vibrante et efficace, celle-là même qui sera à la base de l'efficacité et de la rapidité d'action des programmes dans lesquels le gouvernement a investi par millions. Il ne pourrait y avoir dans les mesures prises aujourd'hui par le gouvernement que des économies à court terme que feront vite oublier les effets prolongés de décisions peu sages.

Avec ses 57 000 membres, l'Institut professionnel de la fonction publique du Canada est le syndicat multi-professionnel le plus important du Canada. Au Nouveau-Brunswick, il représente les ingénieurs, les architectes, les arpenteurs-géomètres, les vétérinaires et les agrologues de la fonction publique.

Renseignements

  • Laureen Allan
    1-800-267-0446, poste 2230
    613-864-6700 (cell)