BUREAU DE LA SECURITE DES TRANSPORTS DU CANADA

BUREAU DE LA SECURITE DES TRANSPORTS DU CANADA

16 nov. 2006 12h00 HE

Le Bureau de la sécurité des transports du Canada établit un lien entre les déraillements survenus sur des voies principales de deuxième catégorie et le trafic de vrac

GATINEAU, QUEBEC--(CCNMatthews - 16 nov. 2006) - Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) publie son rapport d'enquête sur des problèmes de sécurité (SII R05-01) qui permet d'établir un lien entre les déraillements survenus sur des voies principales de deuxième catégorie et le trafic de vrac.

Une série de déraillements causés par des ruptures de rails, qui se sont produits au cours de l'hiver 2003-2004 sur des voies principales de deuxième catégorie situées dans l'ouest du Canada a incité le BST à instituer une enquête sur des problèmes de sécurité. Afin de comprendre les facteurs sous-jacents relatifs à ces événements, on a examiné les similitudes qui existaient entre les événements en question, étudié les données pertinentes du BST et utilisé les données fournies par les compagnies ferroviaires pour vérifier une hypothèse précise - que le trafic de vrac, indépendamment du tonnage cumulatif, est associé à une augmentation des risques de déraillements causés par des défauts de rail.

L'enquête sur des problèmes de sécurité permet d'établir une relation statistiquement significative entre la fréquence des défauts de rail et le niveau de trafic de vrac. Quand les rails ont un poids inférieur à 130 livres, l'accroissement du tonnage de trains-blocs vraquiers entraîne une augmentation significative du nombre de défauts de rail, d'où un risque accru de déraillements consécutifs à la rupture de rails. On a signalé des risques relatifs à la difficulté de faire concorder les activités d'entretien de la voie et les besoins découlant de la dégradation de la voie aux lacunes du Règlement sur la sécurité de la voie et aux problèmes attribuables aux capacités d'inspection des rails et aux pratiques d'entretien.

L'analyse quantitative n'a porté que sur les données relatives aux subdivisions du Chemin de fer Canadien Pacifique (CFCP), étant donné que les subdivisions du Canadien National (CN) répondant aux critères de sélection précis n'étaient pas suffisamment nombreuses pour qu'on puisse obtenir un échantillonnage significatif afin d'effectuer une analyse similaire.

Une enquête sur des problèmes de sécurité examine de multiples événements qui, d'après le Bureau, ont des facteurs sous-jacents similaires. Si l'on avait mené des enquêtes sur des accidents individuels, on n'aurait pas pu aussi clairement lever le voile sur l'importance dans l'ensemble des déraillements survenus sur des voies principales de deuxième catégorie et établir un lien entre ces déraillements et le traffic de vrac.

Le BST est un organisme indépendant régi par une loi du Parlement. Sa mission est de promouvoir la sécurité des transports. Le Bureau n'est pas habilité à attribuer ni à déterminer les responsabilités civiles ou pénales.

Le présent communiqué est affiché sur le site Web du BST à l'adresse www.bst.gc.ca.

Renseignements

  • Bureau de la sécurité des transports du Canada
    John Cottreau
    Conseiller principal, Relations avec les médias
    819-994-8053
    613-292-4146 (cell)
    ou
    Bureau de la sécurité des transports du Canada
    Geneviève Lamarche
    Spécialiste des relations avec les médias
    819-994-8067
    613-290-9875 (cell)