BUREAU DE LA SECURITE DES TRANSPORTS DU CANADA

BUREAU DE LA SECURITE DES TRANSPORTS DU CANADA

19 avr. 2007 09h00 HE

Le Bureau de la sécurité des transports du Canada publie son rapport final sur l'écrasement mortel d'un avion survenu en Beauce (Québec) en 2005

GATINEAU, QUEBEC--(CCNMatthews - 19 avril 2007) - Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) publie son rapport final (rapport A05Q0208) sur l'écrasement survenu en Beauce (Québec) le 5 novembre 2005, au cours duquel un pilote et deux agents de protection de la faune ont perdu la vie. Le rapport conclut que le vol selon les règles de vol à vue (VFR) de nuit s'est déroulé dans des conditions VFR marginales à une altitude inférieure à celle stipulée dans les exigences relatives à la marge de franchissement d'obstacles pour le vol de nuit du Règlement de l'aviation canadien (RAC).

L'avion, exploité par Grondair et nolisé par le ministère des Ressources naturelles et de la Faune du Québec, effectuait un vol de surveillance de nuit des activités de braconnage afin de contrer la chasse illégale au gros gibier. Les conditions météorologiques brumeuses n'ont pas permis au pilote d'identifier des points de repère pour s'orienter et naviguer à l'altitude exigée dans le RAC. L'avion a percuté la cime des arbres sans perte de contrôle puis s'est désintégré avant de s'écraser sur le dos dans une clairière située à 7 milles au sud-ouest de l'aérodrome de Saint-Georges. L'épave, en partie consumée par l'incendie qui a éclaté après l'impact, a été retrouvée trois jours plus tard. Les opérations de recherche et sauvetage se sont avérées difficiles parce que la radiobalise de repérage d'urgence (ELT) de l'avion avait été détruite suite à l'impact et parce que l'avion s'est écrasé hors du territoire de surveillance convenu.

A la suite de cet accident, le ministère des Ressources naturelles et de la Faune, ainsi que la compagnie aérienne, ont pris des mesures pour qu'un tel événement ne se reproduise plus. Le ministre des Ressources naturelles et de la Faune du Québec a commandé une enquête administrative. Un plan d'action a été soumis et le Ministère propose d'adopter une série de mesures pour améliorer la sécurité des activités de surveillance aérienne. Grondair a pour sa part modifié le manuel d'opérations de la compagnie de sorte que, lors des vols de surveillance des activités de braconnage, l'altitude minimale est maintenant de 1000 pieds au-dessus de l'indication d'élévation maximale (MEF) publiée sur les cartes aéronautiques de navigation VFR.

Le BST est un organisme indépendant qui mène des enquêtes sur des événements maritimes, de pipeline, ferroviaires et aéronautiques. Son seul but est de promouvoir la sécurité des transports. Le Bureau n'est pas habilité à attribuer ni à déterminer les responsabilités civiles ou pénales.

Renseignements

  • Bureau de la sécurité des transports du Canada
    John Cottreau
    Conseiller principal, Relations avec les médias
    819-994-8053
    Cellulaire : 613-292-4146
    ou
    Bureau de la sécurité des transports du Canada
    Geneviève Lamarche
    Spécialiste des relations avec les médias
    819-994-8067
    Cellulaire : 613-290-9875
    www.bst.gc.ca