Citoyenneté et Immigration Canada

Citoyenneté et Immigration Canada

13 févr. 2011 15h20 HE

Le Canada a accueilli un nombre d'immigrants légaux jamais égalé en 50 ans et agit pour protéger l'intégrité de son système d'immigration

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 13 fév. 2011) - Le ministre de la Citoyenneté, de l'Immigration et du Multiculturalisme, Jason Kenney, et la secrétaire parlementaire Alice Wong ont annoncé aujourd'hui, à Toronto et à Vancouver, que le Canada a accueilli 280 636 résidents permanents en 2010. Il s'agit d'un nombre d'immigrants légaux jamais égalé en plus de 50 ans.

«Alors que d'autres pays occidentaux ont réduit leurs taux d'immigration pendant la récession, notre gouvernement a conservé un taux d'immigration légale élevé. Après tout, l'économie canadienne au lendemain de la récession a besoin d'un taux élevé d'immigration économique pour maintenir sa vigueur, a déclaré le ministre Kenney. Nous avons accueilli en 2010 le plus grand nombre de résidents permanents des 50 dernières années pour appuyer le redressement économique du Canada. Parallèlement, nous avons pris des mesures pour protéger l'intégrité du système d'immigration du Canada avec la présentation de la Loi visant à empêcher les passeurs d'utiliser abusivement le système d'immigration canadien.»

Selon les données préliminaires, l'année dernière, le Canada a accueilli 280 636 résidents permanents, soit environ 6 % de plus que les prévisions du gouvernement, dont la fourchette était de 240 000 à 265 000 nouveaux résidents permanents en 2010. Cela cadre avec l'annonce que le ministre Kenney a faite en juin dernier concernant l'ajustement des plans d'immigration pour 2010 par Citoyenneté et Immigration Canada afin de répondre aux besoins en lien avec l'immigration économique. Le nombre d'immigrants admis, soit 280 636, représente une augmentation d'environ 60 000 admissions par rapport à la moyenne annuelle des résidents permanents admis par le gouvernement du Canada dans les années 1990.

«Il est important de savoir que ces chiffres ne servent qu'à des fins de planification. Le chiffre qui importe vraiment est le nombre d'immigrants que le Canada accueille réellement. Pour 2010, ce nombre s'élève à 280 636; l'accroissement est principalement attribuable aux immigrants qualifiés de la catégorie de l'immigration économique», a indiqué la secrétaire parlementaire Wong.

Ce nombre élevé d'immigrants économiques en 2010 a permis à CIC de réduire le nombre de demandes en attente dans la catégorie des travailleurs qualifiés du volet fédéral, à réduire le temps d'attente en vertu du Plan d'action pour accélérer l'immigration et à mieux répondre aux besoins du marché du travail. Avant l'adoption du Plan d'action pour accélérer l'immigration, dont le ministre Kenney a fait l'annonce moins d'un mois après sa nomination à titre de ministre de l'Immigration en novembre 2008, le Canada était tenu de traiter chacune des demandes d'immigration qu'il recevait, même s'il en découlait d'importants arriérés de demandes au titre des catégories d'immigration les plus populaires. Par exemple, en 2008, le Canada avait un arriéré de plus de 640 000 personnes au titre de la catégorie des travailleurs qualifiés du volet fédéral qui attendaient depuis longtemps, voire depuis six ans, que leur demande soit traitée.

« L'an dernier, l'arriéré de personnes ayant présenté une demande avant l'adoption du Plan d'action avait chuté à 335 000. Cela représente près de la moitié des demandeurs qui attendaient une décision en 2008, a affirmé le ministre Kenney. Je suis ravi, car un plus grand nombre d'admissions en 2010 signifie que beaucoup plus de gens ont fini d'attendre et sont en voie de commencer une nouvelle vie au Canada. »

Une récente évaluation a confirmé que les immigrants sélectionnés dans le cadre du Programme des travailleurs qualifiés du volet fédéral s'en sortent bien au Canada et comblent des lacunes en main-d'œuvre. Elle a permis de conclure que les travailleurs qualifiés qui disposaient déjà d'une offre d'emploi au moment de présenter leur demande de résidence permanente réussissaient mieux que les autres et que leur salaire annuel moyen s'élevait à 79 200 $ trois ans après leur arrivée au Canada. Environ les deux tiers des résidents permanents admis en 2010 étaient des immigrants économiques et des personnes à leur charge.

Par ailleurs, nous avons contribué à répondre aux besoins des provinces et des territoires en permettant l'admission d'un nombre record d'immigrants dans le cadre du Programme des candidats des provinces. En effet, le nombre d'immigrants admis au titre de ce programme en 2010 représentait une augmentation de 20 % par l'année précédente.

«Depuis 2006, le gouvernement a permis l'élargissement considérable du Programme des candidats des provinces, passant de 8 047 personnes en 2005 à 36 419 en 2011», a ajouté le ministre.

Le Canada a continué à accueillir un grand nombre de résidents temporaires, dont 182 322 travailleurs étrangers temporaires et 96 147 étudiants étrangers, soit 28 292 étudiants étrangers de plus qu'en 2005. Par ailleurs, grâce à la création, en 2008, de la catégorie de l'expérience canadienne, les étudiants étrangers admissibles peuvent présenter une demande de résidence permanente depuis le Canada. Selon une étude commandée par le gouvernement du Canada, intitulée Impact économique du secteur de l'éducation internationale pour le Canada, on estime à plus de 6,5 milliards de dollars la contribution annuelle des étudiants étrangers à l'économie canadienne.

«Nous avons continué à admettre un nombre croissant d'étudiants étrangers l'an dernier grâce aux mesures combinées du gouvernement fédéral, des provinces et d'autres partenaires, a déclaré le ministre Kenney. L'action du gouvernement, comme le Programme de partenariat étudiant, a permis d'attirer et d'admettre un grand nombre d'étudiants étrangers, en particulier de la Chine et de l'Inde.» 

En 2010, le Canada a également perpétué sa tradition humanitaire en accueillant 7 265 réfugiés pris en charge par le gouvernement, ainsi que 4 833 réfugiés parrainés par le secteur privé. Soit 63 % de réfugiés parrainés par le secteur privé de plus qu'en 2005.

«Ces réfugiés sont entrés au Canada en se conformant aux règlements, a précisé le ministre. Il est important de noter que le Canada tient à maintenir sa tradition humanitaire d'offrir l'asile aux réfugiés authentiques, mais qu'il ne restera pas les bras croisés devant l'exploitation de son système d'immigration par des resquilleurs et des passeurs de clandestins. Le projet de loi C-49, la Loi visant à empêcher les passeurs d'utiliser abusivement le système d'immigration canadien, envoie un message clair que le Canada ne tolérera plus l'exploitation de son système d'immigration.»

Suivez-nous sur Twitter au www.twitter.com/CitImmCanada

Renseignements

  • Citoyenneté et Immigration Canada
    Cabinet du ministre
    Alykhan Velshi
    ou
    Citoyenneté et Immigration Canada
    Direction générale des communications
    Relations avec les médias
    613-952-1650
    CIC-Media-Relations@cic.gc.ca