Congrès du travail du Canada

Congrès du travail du Canada

02 nov. 2012 14h00 HE

Le Canada est à la traîne en matière de création d'emplois

Le président du CTC réagit aux données sur l'emploi de Statistique Canada

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 2 nov. 2012) - L'économie ne produit pas suffisamment d'emplois et le gouvernement fédéral doit réorienter ses priorités de l'austérité et les compressions vers la création d'emplois, selon Ken Georgetti, président du Congrès du travail du Canada.

« Il n'y a pas assez d'emplois créés au Canada pour répondre à la population croissante, déclare M. Georgetti. Les ministres ne l'admettront pas, mais c'est la réalité. »

M. Georgetti réagissait à la publication par Statistique Canada de son Enquête sur la population active d'octobre 2012. Le Canada comptait 1 410 000 sans-emploi en octobre et le taux de chômage national s'établissait à 7,4 %. Dans le groupe d'âge des 15 à 24 ans, le taux de chômage s'élevait à 14,7 % et 48,1 % des jeunes ne travaillaient qu'à temps partiel.

Selon d'autres données récemment fournies par Statistique Canada, depuis le début de la récession en septembre 2008, la population active du Canada a augmenté de 670 000 travailleurs et travailleuses, mais seulement 403 000 emplois ont été ajoutés au marché de l'emploi.

M. Georgetti indique que la qualité des emplois créés pose également problème. « De nombreuses personnes désirent travailler à temps plein et en sont capables, mais elles n'arrivent pas à trouver un emploi à temps plein. En septembre 2007, 19 % des travailleurs et travailleuses à temps partiel étaient sous-employés, mais en septembre 2012, ce chiffre s'élevait à 25 %. »

Pour M. Georgetti, la situation ne fera que s'empirer si le gouvernement garde le cap de l'austérité. « Selon les estimations du directeur parlementaire du budget, les compressions effectuées par le gouvernement ralentiront l'économie, ce qui signifie que le Canada comptera 125 000 emplois de moins en 2016 que s'il en avait été autrement. »

M. Georgetti ajoute : « Ce n'est pas le moment pour le gouvernement de prendre du recul. Le secteur privé ne crée pas assez d'emplois et le gouvernement fédéral devrait investir dans des projets d'infrastructure publique qui permettent de créer des emplois, comme le transport rapide et la modernisation des immeubles pour améliorer l'efficacité énergétique. »

Analyse rapide d'Angella MacEwen, économiste principale du CTC

En général, le marché de l'emploi du Canada n'a guère évolué en octobre, mais il connaît toujours un ralentissement marqué. Depuis septembre 2008, lorsque la récession a commencé, la population active a augmenté de 670 000 travailleurs et travailleuses, mais seulement 403 000 emplois ont été ajoutés au marché de l'emploi. Selon les estimations du directeur parlementaire du budget, les compressions annoncées dans le budget de mars 2012 ralentiront la croissance du PIB de 1 % et élimineront 125 000 emplois supplémentaires. Il n'y a toujours aucun soulagement pour les jeunes. La proportion de jeunes sans emploi pendant trois mois ou plus a atteint son niveau le plus élevé depuis octobre 2009, soit tout juste après la récession, et le taux de chômage réel des jeunes demeure élevé (17,7 %.)

Les Canadiens et Canadiennes ont besoin d'emplois décents. L'un des indicateurs est la proportion de travailleurs et travailleuses qui occupent des emplois peu rémunérés, dont le salaire est inférieur aux deux tiers du salaire médian. Le rapport Bilan-Faim de 2012 de Banques alimentaires Canada relève que même avant la récession le Canada présentait un taux plus élevé d'emplois peu rémunérés que des pays comparables. En 2011, 24 % des travailleurs et travailleuses canadiens avaient un salaire inférieur aux deux tiers du salaire médian, soit moins de 13,33 $ par heure. Tout indique que les compressions aux services publics et à l'assurance-emploi constituent une mauvaise politique qui fera du tort aux Canadiens et Canadiennes. Nous avons besoin d'investissements dans l'infrastructure publique qui serviront les intérêts des Canadiens et Canadiennes, qui les feront travailler et qui mèneront vers un avenir prospère.

Le Congrès du travail du Canada, voix nationale du mouvement syndical, représente 3,3 millions de travailleuses et travailleurs canadiens. Le CTC réunit les syndicats nationaux et internationaux du Canada, les fédérations provinciales et territoriales du travail et 130 conseils du travail régionaux. Site Web: www.congresdutravail.ca. Suivez-nous sur Twitter : @CanadianLabour.

Renseignements

  • (Anglais)
    Angella MacEwen
    Economiste principale, CTC
    613-526-7412

    (Français)
    Sylvain Schetagne
    Economiste en chef, CTC,
    613-526-7445

    Dennis Gruending
    Communications, CTC
    613-526-7431
    Cell. et SMS : 613-878-6040
    dgruending@clc-ctc.ca