Réseau canadien de l'eau



Réseau canadien de l

18 mars 2013 08h00 HE

Le Canada est-il prêt à faire figure de proue dans un monde où l'eau est la nouvelle devise mondiale ?

Le développement des ressources est-il incompatible avec la protection de l'eau? L'eau serait-elle la nouvelle devise mondiale? Quel rôle le Canada tiendra-t-il dans l'alimentation de la population mondiale?

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 18 mars 2013) - Les chefs d'entreprises des secteurs public et privé, les chercheurs et les hydrologues lancent la Semaine canadienne de l'eau avec la conférence Réseau de ressources en eau 2013: Changement du paradigme de l'eau de Réseau canadien de l'eau (à Ottawa, du 18 au 21 mars 2013) pour discuter des réponses spécifiquement canadiennes face aux défis mondiaux grandissants : comment pouvons-nous innover pour mieux gérer nos ressources hydriques, alimenter le monde en eau et en électricité, et veiller à garantir la salubrité de l'eau potable alors que nous sommes confrontés à de plus en plus d'incertitudes et de risques?

Les ressources hydriques jouent un rôle moteur dans la croissance économique mondiale dans des secteurs clés comme l'agriculture et le développement des ressources, ainsi que dans l'amélioration du bien-être social et de la qualité de vie. Toutefois, les défis mondiaux liés à l'eau comme sa détérioration en qualité et en quantité, les changements climatiques, la croissance démographique et les pressions subséquentes exercées sur la production alimentaire, ainsi que des infrastructures municipales vieillissantes constituent une menace importante pour la viabilité des industries, des entreprises, des municipalités et de leurs populations.

« Trop de gens considèrent que la crise mondiale de l'eau se résume à de multiples problèmes et à des propos alarmistes, a commenté Bernadette Conant, directrice exécutive de Réseau canadien de l'eau. Nous devons changer la perspective dans laquelle nous envisageons ces questions, et ouvrir la porte à l'innovation que la résolution de ces problèmes pourrait apporter au Canada à condition de mettre en relation les idées maîtresses et les personnes. Considérer l'eau à usage domestique et mondial sous cet angle stimulera les conversations susceptibles de positionner le Canada à l'avant-garde d'une gestion durable de l'eau. »

Le Réseau canadien de l'eau, un des Réseaux de centres d'excellence financés par le gouvernement canadien, a investi plus de 50 millions de dollars au cours de la dernière décennie dans l'avancement de la recherche visant le développement de systèmes de gestion plus résilients et adaptatifs ainsi que de structures pour composer avec l'incertitude et les risques reliés à l'eau.

« Comme le Canada est l'intendant d'une partie importante de l'approvisionnement mondial en eau, et qu'il possède une forte expertise en sciences et gestion de l'eau, notre pays peut facilement devenir un chef de file mondial, a précisé Peter Steblin, président du conseil d'administration de Réseau canadien de l'eau. Toutefois cela requiert un solide engagement de la part des secteurs public et privé et la volonté d'aborder les défis hydriques dans une nouvelle perspective - une perspective où la gestion durable de l'eau est une valeur et non un coût. »

La conférence Réseau de ressources en eau 2013: Changement du paradigme de l'eau de Réseau canadien de l'eau, qui a lieu cette semaine à Ottawa, réunit des hydrologues, des universitaires, et des chefs de file des secteurs privé et public pour discuter des problèmes actuels et émergents liés à l'eau et touchant les principaux domaines suivants :

Développement des ressources : L'exploitation pétrolière et gazière, minière et forestière représente près de 20 % du PIB du Canada. Alors que l'exportation des ressources naturelles du Canada augmente, ces secteurs sont de plus en plus sujets à une surveillance étroite à l'échelle mondiale. Que doit faire le secteur canadien des ressources naturelles pour améliorer son bilan en matière de protection et d'utilisation de l'eau, et sa position à l'échelle mondiale? Comment des pratiques plus durables dans ces domaines peuvent-elles mener le Canada à être le chef de file de l'instauration d'une économie bleue?

Gestion municipale de l'eau : Le développement de réseaux de distribution urbains partout dans le monde remonte à près d'un siècle. Avec un déficit canadien des infrastructures hydriques municipales qui se situe à plus de 80 milliards de dollars, selon le Bulletin de rendement des infrastructures canadiennes 2012 de la Fédération canadienne des municipalités, on peut voir que de nombreuses municipalités ont très peu modernisé les systèmes de gestion de l'eau en réponse à une urbanisation rapide. Quelles en sont les implications pour la santé et la sécurité publiques, l'aménagement urbain, les changements climatiques ainsi que la gestion des risques?

L'agriculture et la production alimentaire : D'abondantes ressources agricoles au Canada ont permis au pays de devenir le grenier du monde et selon Statistique Canada, l'un des principaux exportateurs au monde de blé, de canola et de bœuf. Comment des approches et de nouvelles technologies appliquées à la gestion de l'eau aideront-elles les agriculteurs et les transformateurs alimentaires canadiens à soutenir à long terme une production destinée à l'exportation, afin de satisfaire la population mondiale et une demande accrue de produits alimentaires?

« Chaque région et industrie est touchée par des défis et des opportunités uniques liés à l'eau. Il ne s'agit pas de concevoir un meilleur robinet, mais plutôt de s'intéresser aux sources des enjeux d'aujourd'hui et à la façon dont ils évolueront à l'avenir. En mettant en contact des hydrologues, des chefs d'entreprises et d'industries, des décideurs politiques et des chercheurs, nous pouvons collaborer à identifier les défis sous-jacents de l'eau afin d'établir des modèles viables économiquement de gestion durable de l'eau que les organisations et les pays du monde peuvent adapter à leurs besoins et développer, a souligné Margaret Catley-Carlson, mécène de la Global Water Partnership.

D'éminents experts et des organisations participeront à la conférence d'Ottawa pour mettre en lumière de nouvelles façons d'examiner la problématique de l'eau, des changements climatiques et de la gestion des risques, et pour identifier de nouvelles approches et technologies pour une gestion durable de l'eau.

Certains experts disponibles pour commenter durant l'événement sur les thèmes clés, et les problèmes et opportunités plus larges de l'eau auxquels fait face le Canada sont :

  • Erwann Michel-Kerjan, conseiller auprès de la Bill and Melinda Gates Foundation et spécialiste, à l'université Wharton, de la gestion des risques et des impacts des désastres liés au climat et à l'eau sur les entreprises, l'économie et la santé sociale.
  • Margaret Catley-Carlson, mécène de la Global Water Partnership, spécialiste des grandes questions touchant l'agriculture et la production alimentaire
  • L'honorable Michael Miltenberger, ministre de l'Environnement et des Ressources naturelles, et ministre responsable de la Société d'énergie des Territoires du Nord-Ouest, est l'un des plus anciens membres de l'Assemblée législative des Territoires du Nord-Ouest.
  • Shawn A-in-chut Atleo, chef national de l'Assemblée des Premières nations, promeut l'engagement des Premières Nations dans tous les secteurs de la société canadienne.
  • Helmi Ansari, directeur de la durabilité et de la capacité organisationnelle au sein de PepsiCo Foods Canada.
  • Nicholas Parker, président, Cleantech Group LLC et conseiller principal de l'initiative Blue Economy, spécialiste du concept de 'capitalisme propre'.
  • Michael D'Andrea, Ville de Toronto, Défis hydriques et de l'infrastructure
  • Jean-Francois Barsoum, directeur général consultant pour le Smart Cities (villes intelligentes) (Eau et Transport) chez IBM et spécialisé dans l'innovation urbaine et les impacts du changement climatique.
  • William Cosgrove, maître de recherche universitaire, de la International Institute for Applied Systems Analysis, directeur de projet pour le projet Global Water Scenarios
  • Don Lowry, ancien président et PDG d'EPCOR, une société nord-américaine d'eau et d'énergie.
  • Simon Courtenay, ministère des Pêches et des Océans, chercheur scientifique pour la Canadian Rivers Institute de l'université du Nouveau-Brunswick

Pour une liste complète des conférenciers principaux et les détails des séances de la conférence visitez http://new.cwn-rce.ca/events/conferences/connecting-water-resources-2013/ (en anglais seulement) et suivez le Réseau canadien de l'eau @CdnWaterNetwork pour les plus récentes nouvelles concernant l'événement.

À propos de Réseau canadien de l'eau (RCE)

Le siège social est situé à l'université de Waterloo en Ontario, Réseau canadien de l'eau (http://new.cwn-rce.ca/home-fr-fr) créé en 2001par le programme Réseaux de centres d'excellence dans le but de réunir les chercheurs du domaine de l'eau et les décideurs engagés dans les questions prioritaires en terme de gestion des ressources en eau. Le Réseau canadien de l'eau travaille pour rassembler l'expertise de chercheurs, spécialistes et personnes chargées de la mise en application pour relever les principaux défis relatifs à l'eau.

Renseignements