AGENCE CANADIENNE DE DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL - ACDI

AGENCE CANADIENNE DE DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL - ACDI

01 déc. 2006 11h49 HE

Le Canada est pleinement engagé dans la lutte mondiale contre le VIH/SIDA

MONTREAL, QUEBEC--(CCNMatthews - 1 déc. 2006) - En cette Journée mondiale du sida, la ministre de la Coopération internationale et ministre de la Francophonie et des Langues officielles, l'honorable Josée Verner, a présenté l'approche d'ensemble et à long terme adoptée par le gouvernement du Canada pour vaincre la pandémie du VIH/sida. Cette approche s'appuie sur des partenariats solides et tire parti des leçons tirées d'expériences qui ont donné des résultats concrets. La ministre Verner a annoncé que le Canada versera 120 millions de dollars pour appuyer des projets de lutte contre le VIH/sida dans quatre secteurs principaux : la prévention, le renforcement des systèmes de soins de santé, la promotion du rôle des femmes et la promotion des droits des enfants.

"Plus de 40 millions de personnes dans le monde vivent avec le VIH, et ce chiffre ne fait que croître. Conscient de cela, le Canada a adopté une approche de longue haleine qui mise sur des partenariats efficaces - c'est-à-dire des partenariats qui donnent des résultats. Cela est conforme au plan d'action que s'est donné le gouvernement du Canada pour accroître l'efficacité de l'aide. Le financement annoncé aujourd'hui est le premier d'une série d'initiatives qui permettront de lutter concrètement contre le VIH/sida comme cela n'a jamais été fait auparavant."

La contribution du Canada à l'action mondiale contre le VIH/sida favorise une démarche exhaustive, fondée sur l'importance de promouvoir et de protéger les droits de la personne et mettant davantage l'accent sur quatre grands objectifs :

- favoriser des mesures efficaces de prévention de l'infection au VIH scientifiquement éprouvées, y compris des activités de sensibilisation et le développement de nouvelles technologies de prévention;

- promouvoir l'égalité entre les femmes et les hommes et l'autonomisation des femmes en réponse au problème de la féminisation de l'épidémie de VIH/sida;

- renforcer les systèmes de santé des pays en développement, pour assurer un accès équitable aux services essentiels de soins, de traitement et de soutien à toutes les personnes qui en ont besoin;

- promouvoir le respect des droits et la protection des enfants infectés au VIH/sida ou touchés par cette maladie.

Le Canada continuera d'appuyer ses partenaires canadiens, internationaux et des pays en développement, qui cherchent tous à axer leurs efforts sur l'obtention de résultats et à assurer l'efficacité de l'aide. Le financement annoncé aujourd'hui appuiera :

- la recherche en vue de mettre au point un vaccin sûr et des microbicides efficaces, une méthode de prévention du VIH dont les femmes ont le contrôle;

- les efforts de la société civile et des gouvernements pour mettre en oeuvre des stratégies nationales, notamment comme celles qui sont en vigueur en Afrique du Sud, en Tanzanie, au Mozambique, en Zambie, en Ukraine, dans les Balkans et en Haïti, qui sont au nombre des pays les plus touchés par le VIH/sida;

- les activités des partenaires de la société civile canadienne, visant entre autres à redoubler les efforts de prévention et de sensibilisation, à offrir des soins, des traitements et un soutien aux personnes vivant avec le VIH, à aborder les dimensions sexospécifiques de la maladie et à promouvoir les droits des enfants.

La ministre Verner a annoncé ce plus récent financement aux bureaux montréalais du Centre canadien d'étude et de coopération internationale, en présence de représentants du Centre de coopération internationale en santé et développement, deux organisations non gouvernementales qui veillent à la bonne marche d'un projet de 19 millions de dollars, financé par l'ACDI, pour combattre le VIH/sida en Haïti.

"Les sommes que le Canada et d'autres partenaires ont investies dans la lutte mondiale contre le VIH/sida ont permis d'entreprendre 37 essais cliniques de vaccins visant à prévenir le sida, a ajouté la ministre Verner. De par le monde, nous enregistrons des succès, comme dans en Afrique du Sud, où notre appui à la Fiducie de formation sur le sida en Afrique australe a permis d'assurer le traitement de 340 000 enfants et de 43 000 adultes infectés par le VIH/sida."

Le Canada continuera d'appuyer des programmes bien établis, en vertu desquels on est certain d'obtenir les résultats escomptés - par exemple, le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, auquel le nouveau gouvernement du Canada consacre 250 millions de dollars au cours du présent et du prochain exercice financier.

Fiche d'information

LE CANADA TIRE PARTI DES MESURES EPROUVEES POUR COMBATTRE LE VIH/SIDA DANS LE MONDE

Fidèle à son engagement de contribuer à l'amélioration de la santé de la population des pays les plus pauvres, le gouvernement du Canada a présenté l'approche d'ensemble qu'il compte adopter à long terme pour vaincre la pandémie de VIH/sida. Cette approche est conforme au plan d'action du Canada pour accroître l'efficacité de l'aide présenté cet automne. Elle s'appuie sur des partenariats solides et efficaces avec des organismes de la société civile, des organisations multilatérales et les pays en développement - des partenaires qui ont fait leurs preuves quand à leur capacité à produire des résultats et à améliorer la vie des gens.

Le 1er décembre 2006, lors de la Journée mondiale, la ministre Verner a annoncé l'octroi de 120 millions de dollars. Il s'agissait de la première d'une série d'initiatives par lesquelles le Canada reconnaît qu'il est primordial de promouvoir et de protéger les droits de la personne et d'intervenir dans quatre principaux secteurs : la prévention, le renforcement des systèmes de soins de santé, la promotion de l'autonomie des femmes et la promotion des droits des enfants.

Les fonds annoncés aujourd'hui seront répartis comme suit :



- 41 millions de dollars en appui à la recherche de technologies de
prévention :

- 20 millions de dollars répartis sur deux ans à l'Initiative
internationale pour un vaccin contre le sida, pour favoriser
l'avancement de recherches mondiales sur un vaccin prévenant
l'infection au VIH;

- 15 millions de dollars au Partenariat international pour des
microbicides (IPM), pour accélérer le développement et la
distribution de produits microbicides sécuritaires et
efficaces, ce qui porte la contribution totale de l'ACDI à
l'IPM à 30 millions de dollars sur cinq ans;

- 6 millions de dollars répartis sur deux ans, par
l'intermédiaire de l'Initiative de recherche en santé
mondiale, pour créer un contexte efficace et propice à la
recherche concertée de chercheurs canadiens et africains dans
le domaine de la prévention du VIH/sida;

- 20 millions de dollars répartis sur deux ans au gouvernement de la
Tanzanie, pour appuyer ses plans nationaux de lutte contre le
VIH/sida;

- 19 millions de dollars répartis sur cinq ans pour appuyer un projet
dirigé par le Centre canadien d'étude et de coopération
internationale et le Centre de coopération internationale en santé et
développement, en collaboration avec le ministère de la Santé de
Haïti, pour offrir des services de traitement des maladies
transmissibles sexuellement et de prévention du VIH/sida;

- 10 millions de dollars répartis sur cinq ans au gouvernement du
Mozambique, pour appuyer les plans et les priorités de son Conseil
national de lutte contre le sida;

- 7 millions de dollars répartis sur quatre ans à la Société
canadienne de santé internationale et à Entraide universitaire
mondiale du Canada, pour améliorer et protéger la santé des
adolescents dans les Balkans, par des mesures de prévention du
VIH/sida et des infections transmissibles sexuellement;

- 4,9 millions de dollars répartis sur cinq ans à la Fondation
canadienne contre la faim, afin d'offrir des moyens de subsistance
viables aux personnes touchées par le VIH/sida en Afrique et au
Vietnam;

- 4,4 millions de dollars répartis sur cinq ans aux ministères
national et provinciaux de la Santé de l'Afrique du Sud, pour les
aider à renforcer leurs capacités de gestion et de contribution de
fonds aux organisations non gouvernementales qui luttent contre le
VIH/sida;

- 3 millions de dollars répartis sur 3 ans à la Open Society
Institute pour la formation et le développement des capacités des
organisations locales qui travaillent à réduire les préjudices en
Ukraine, en Russie et en Géorgie, des pays où la propagation du
VIH/sida est principalement liée à la consommation de drogue par
injection;

- 3 millions de dollars répartis sur cinq ans pour les jeux du
Commonwealth du Canada, en vue de promouvoir la prévention du
VIH/sida par l'intermédiaire d'activités sportives;

- 2,5 millions de dollars répartis sur trois ans pour un projet qui
sera réalisé au Zimbabwe par l'université McGill, en vue de prévenir
la transmission du VIH de la mère à l'enfant;

- 1,5 million de dollars répartis sur trois ans au Canadian
Physicians for Aid and Relief, en vue de promouvoir la sécurité
alimentaire, pour réduire la vulnérabilité au VIH/sida. Ce projet
mettra l'accent sur la participation des femmes au Malawi, en
Ethiopie, en Tanzanie et en Ouganda;

- 1,2 million de dollars répartis sur deux ans au International
Council of AIDS Service Organizations, en vue d'élargir l'Initiative
mondiale pour la prévention et le traitement du VIH/sida, et pour
améliorer la qualité de vie des personnes infectées ou touchées par
le VIH/sida;

- 1 million de dollars répartis sur un an à CARE Canada pour
améliorer la santé des enfants en Zambie. Cela comprend des campagnes
de sensibilisation au VIH/sida;

- 232 000 $ répartis sur un an à la coalition formée par le Club 2/3,
le YMCA et Youth Challenge International pour appuyer les mesures de
lutte contre le VIH/sida mises de l'avant par les jeunes en Afrique;

- 227 000 $ répartis sur un an à l'organisme Alternatives pour
promouvoir les capacités des Africains à prévenir et lutter contre le
VIH/sida;

- 189 000 $ répartis sur deux ans à International Needs Canada pour
des activités de sensibilisation portant sur les infections
transmissibles sexuellement, y compris le VIH/sida, au Ghana;

- 142 000 $ répartis sur un an à Oxfam-Québec pour l'élaboration de
stratégies de prévention du VIH/sida;

- 135 000 $ répartis sur un an à Entraide universitaire mondiale du
Canada pour promouvoir l'importance de l'égalité entre les femmes et
les hommes dans la lutte contre le VIH/sida;

- 120 000 $ répartis sur deux ans au Partenariat Canada-Afrique pour
offrir des moyens de subsistance sécuritaires grâce à la formation
pratique et à la microfinance aux orphelins des familles touchées par
le VIH/sida en Ethiopie et en Ouganda;

- 106 000 $ répartis sur un an à Voluntary Service Overseas (VSO)
Canada afin de stimuler la participation et l'adhésion des jeunes
hommes du Cameroun à la lutte contre le VIH/sida;

- 65 000 $ répartis sur un an à VSO Canada pour lutter contre le
VIH/sida en Zambie.

Résultats des investissements du Canada dans la lutte contre le
VIH/sida

Ce nouvel engagement s'ajoute à la contribution du Canada de 250
millions de dollars au Fonds mondial de lutte contre le sida, la
tuberculose et le paludisme au cours du présent et du prochain
exercice. Le Canada est au nombre des principaux donateurs à l'action
mondiale contre le VIH/sida et ses investissements permettent
d'obtenir des résultats décisifs pour prévenir le VIH/sida, y compris
en matière de sensibilisation de la population et de recherche, de
traitements, d'égalité entre les femmes et les hommes et de
protection des enfants :

- au Malawi, au Mozambique, en Tanzanie, en Zambie et au Zimbabwe, 42
000 personnes vivant avec le VIH/sida ont bénéficié de meilleurs
services de soins à domicile et 43 000 personnes ont eu accès à des
services volontaires de consultation et de dépistage du VIH;

- grâce à l'appui de l'ACDI, le plus important donateur à
l'initiative " 3 millions d'ici 2005 " de l'Organisation mondiale de
la santé, et aux efforts des autres partenaires internationaux, 1,6
million de personnes de plus vivant avec le VIH/sida en Afrique et en
Asie ont accès aux traitements antirétroviraux;

- depuis 2005, le soutien de l'ACDI et d'autres partenaires a permis
d'entreprendre 37 essais cliniques de vaccins visant à prévenir le
sida et plusieurs essais portant sur les microbicides;

- la Fiducie de formation sur le sida en Afrique australe a contribué
à assurer le traitement de 340 000 enfants et de 43 000 adultes
infectés par le VIH/sida et à fournir des services de soins à
domicile à 42 000 personnes vivant avec le VIH/sida;

- entre 2004 et 2005, le nombre de personnes bénéficiant d'un
traitement antirétroviral au Mozambique a presque triplé, passant
d'un peu plus de 7 400 à près de 20 000;

- au Zimbabwe, plus de 20 000 femmes ont bénéficié de programmes
visant à prévenir la transmission du VIH/sida de la mère à l'enfant :
14 000 ont pris part à des ateliers éducatifs et de sensibilisation
portant sur la transmission, des services de dépistage et de
counseling ont été offerts à 6 500 femmes et plus de 800 femmes et
650 nourrissons ont eu accès au traitement antirétroviral;

- en République dominicaine et en Haïti, le nombre de personnes
vivant avec le VIH qui reçoivent des médicaments antirétroviraux est
passé de 7 721 à 18 671 en l'espace d'à peine un an.


Le VIH/sida dans le monde

Selon les estimations pour 2006, l'épidémie mondiale du VIH continue de prendre de l'ampleur, alors que 39,5 millions de personnes vivent avec le VIH. Plus de 90 % d'entre eux vivent dans les pays en développement. Cette année, on prévoit que 4,3 millions de personnes seront nouvellement infectées par le VIH/sida et que la maladie fauchera 2,9 millions de vies.

En ce moment, plus de 17,7 millions de femmes dans le monde vivent avec le VIH, une augmentation de plus de 1 million par rapport à il y a deux ans. Les jeunes femmes sont 1,6 fois plus susceptibles de vivre avec le VIH/sida que les jeunes hommes. En Afrique subsaharienne, les femmes et les filles constituent près de 60 % des personnes vivant avec le VIH/sida.

La victime d'un décès attribuable au sida sur six est un enfant de moins de 15 ans. De même, une nouvelle infection au VIH sur sept touche un enfant de moins de 15 ans.

(Source : Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida/Organisation de la santé mondiale)

Renseignements

  • Cabinet de la ministre de la Coopération internationale
    Paul Enwerekowe
    819-953-6238
    ou
    Agence canadienne de développement international (ACDI)
    Bureau des relations avec les médias
    819-953-6534
    info@acdi-cida.gc.ca
    www.acdi.gc.ca (version électronique du document)