Citoyenneté et Immigration Canada

Citoyenneté et Immigration Canada

24 mars 2011 15h02 HE

Le Canada et la Nouvelle Zélande s'associent pour s'attaquer à la fraude en matière d'immigration

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 24 mars 2011) - Aujourd'hui, Jason Kenney, ministre de la Citoyenneté, de l'Immigration et du Multiculturalisme, a annoncé que les efforts du Canada dans la lutte contre la fraude en matière d'immigration ont été renforcés à la suite de la signature d'une entente d'échange d'information avec la Nouvelle-Zélande.

« Cette initiative aidera les autorités canadiennes de l'immigration à repérer les criminels étrangers et les personnes expulsées auparavant qui tentent de revenir au Canada sans permission, a déclaré le ministre Kenney. Le Canada a déjà signé des ententes semblables avec le Royaume-Uni, l'Australie et les États-Unis, et nous sommes heureux d'élargir ce partenariat afin d'y inclure la Nouvelle-Zélande. » 

Dans le cadre de cette initiative, le Canada pourra comparer d'une manière sûre et confidentielle les données dactyloscopiques des demandeurs d'asile et des étrangers sous le coup d'une mesure d'expulsion avec celles contenues dans les bases de données sur l'immigration de la Nouvelle-Zélande. 

« La capacité de vérifier les données d'identité que possèdent les deux pays permettra au Canada et à la Nouvelle-Zélande de repérer les personnes qui utilisent de fausses identités ou qui ont des antécédents criminels, a indiqué Jonathan Coleman, Ph.D., ministre de l'Immigration de la Nouvelle-Zélande. Cette initiative permettra de mieux nous assurer que les cas d'immigration non authentiques seront refusés grâce à une meilleure détection des cas de fraude en matière d'identité et de demandes d'immigration. » 

L'initiative a été élaborée dans le cadre de la Conférence des cinq nations (CCN), une tribune consacrée à l'immigration et à la sécurité frontalière, où le Canada y est représenté par Citoyenneté et Immigration et l'Agence des services frontaliers du Canada, en partenariat avec la Nouvelle-Zélande, les États-Unis, le Royaume-Uni et l'Australie. À ce jour, l'échange de données a permis ce qui suit :

  • le Royaume-Uni a renvoyé un agresseur sexuel recherché en Australie qui a demandé l'asile et qui a par la suite plaidé coupable;
  • le Canada a révoqué le statut de réfugié d'un homme qui, selon les dossiers britanniques, était citoyen américain;
  • le Royaume-Uni a pu prendre des mesures contre un demandeur d'asile qui, d'après les dossiers de la CCN, avait utilisé neuf identités et six documents différents pour voyager dans les pays membres de la CCN.

Ces mesures ne viseront pas les citoyens canadiens, les visiteurs, les étudiants étrangers ou les travailleurs étrangers. La plupart des résidents permanents ne seront pas visés par ces mesures, à l'exception de ceux qui ont obtenu leur statut par l'entremise de l'acceptation de leur demande d'asile.

La protection des renseignements personnels est importante pour tous les pays concernés. Chaque pays membre de la CCN a établi un certain nombre de mesures de protection pour protéger les renseignements personnels et a procédé à une évaluation complète des facteurs relatifs à la vie privée.

Suivez-nous sur Twitter, à l'adresse suivante : www.twitter.com/CitImmCanada

Renseignements

  • Citoyenneté et Immigration Canada
    Cabinet du ministre
    Alykhan Velshi
    ou
    Citoyenneté et Immigration Canada
    Direction générale des communications
    Relations avec les médias
    613-952-1650
    CIC-Media-Relations@cic.gc.ca