TRANSCANADA
TSX : TRP
NYSE : TRP

TRANSCANADA

08 oct. 2011 03h15 HE

Le chef de la direction de TransCanada explique pourquoi Keystone est dans l'intérêt national des États-Unis : sécurité énergétique et emplois

WASHINGTON, D.C.--(Marketwire - 8 oct. 2011) - Le président et chef de la direction de TransCanada Corporation (TSX:TRP) (NYSE:TRP) (TransCanada) était à Washington pour discuter des raisons fondamentales pour lesquelles l'oléoduc Keystone XL est dans l'intérêt national des États-Unis et devrait être construit. Russ Girling a expliqué que l'oléoduc aiderait les Américains à atteindre deux objectifs principaux : renforcer la sécurité énergétique nationale et créer des milliers d'emplois.

« Le projet Keystone XL est une initiative qui bénéficie d'un financement privé de 7 milliards de dollars et qui créera directement des milliers d'emplois dans le secteur de la construction et de la fabrication et stimulera indirectement des investissements additionnels de la part du secteur privé et la création d'emplois, a déclaré Russ Girling, président et chef de la direction de TransCanada. Des milliers de ces travailleurs et travailleuses se sont exprimés en faveur du projet et l'un d'entre eux en particulier a capturé ce que cet oléoduc signifiait pour eux en disant que « cet oléoduc est plus qu'un oléoduc, c'est selon moi une bouée de sauvetage ». »

Seulement quelques jours après avoir reçu l'approbation des autorités règlementaires, Keystone XL créerait 20 000 emplois dans les secteurs de la construction et de la fabrication aux États-Unis pendant la phase de construction. Cela inclut des soudeurs, des monteurs de tuyaux, des opérateurs d'équipement industriel, des ingénieurs et de nombreuses autres professions. Les milliards de dollars investis dans l'économie seraient également à l'origine de la création de 118 000 emplois indirects, puisque les entreprises locales tireraient parti des travailleurs séjournant dans les hôtels et fréquentant les restaurants, ainsi que des achats de fournitures et d'équipement de TransCanada.

Le projet Keystone XL devrait générer une stimulation économique équivalente à 20 milliards de dollars aux États-Unis pendant la construction et engager plus de 5 milliards de dollars en impôts fonciers auprès des communautés qu'il traverse – des fonds que les comtés pourraient utiliser pour construire de nouvelles routes, mais aussi des écoles et des hôpitaux.

« Les États-Unis consomment 15 millions de barils de pétrole brut par jour et importent 11 millions de barils par jour. Dans tous les cas de figure, le besoin en pétrole brut en tant que principal carburant de transport demeurera pour les décennies à venir, a ajouté M. Girling. Les États-Unis ont le choix entre recevoir davantage de pétrole de la part de son partenaire commercial le plus sûr et le plus fiable, le Canada, et continuer à importer de la part de pays moins stables qui ne partagent pas les intérêts et les valeurs des Américains. »

Les avantages de Keystone ne se limitent pas aux États que l'oléoduc traverserait. Les tuyaux étant fabriqués dans l'Arkansas, les groupes électropompes dans l'Ohio et les transformateurs en Pennsylvanie, des travailleurs dans presque chaque État des États-Unis bénéficieraient de ce projet et du développement continu des sables pétrolifères du Canada. L'étude effectuée par Perryman a estimé de façon conservatrice que l'augmentation permanente de l'approvisionnement en pétrole stable générée par Keystone XL créera plus de 250 000 emplois permanents pour des travailleurs américains et injectera plus de 100 milliards de dollars en dépenses totales annuelles au sein de l'économie américaine.

Si la construction de l'oléoduc commence au début de l'année 2012, Keystone XL devrait être opérationnel en 2013.

Forte de plus de 60 ans d'expérience, la société TransCanada est un chef de file de la mise en valeur responsable et de l'exploitation fiable d'infrastructures énergétiques en Amérique du Nord, y compris des gazoducs et des oléoducs ainsi que des installations de stockage de gaz et de production d'électricité. Le réseau de gazoducs détenus en propriété exclusive par TransCanada s'étend sur plus de 57 000 kilomètres (35 500 miles), exploitant presque tous les grands bassins d'approvisionnement gazier d'Amérique du Nord. TransCanada est l'un des plus importants fournisseurs de services de stockage de gaz et de services connexes du continent, grâce à une capacité de stockage de gaz d'environ 380 milliards de pieds cubes. Productrice d'énergie indépendante en expansion, la société TransCanada possède plus de 10 800 mégawatts de production d'énergie au Canada et aux États-Unis, ou en détient une participation. TransCanada procède au développement de l'un des plus importants réseaux de transport de pétrole en Amérique du Nord. Les actions ordinaires de TransCanada se négocient sous le symbole TRP aux bourses de Toronto et de New York. Pour plus de précisions, veuillez consulter le site www.transcanada.com ou consulter notre Twitter @TransCanada.

Informations prospectives

Le présent communiqué de presse peut contenir certaines informations prospectives qui sont assujetties à des incertitudes et à des risques importants. Les mots « anticiper », « s'attendre à », « croire », « pourrait », « devrait », « estimer », « projeter », « perspective », « prédire » ou autres termes similaires sont utilisés pour identifier ces informations prospectives. Les énoncés prospectifs contenus dans le présent document visent à fournir aux porteurs de titres et investisseurs éventuels de TransCanada des informations relatives à TransCanada et ses filiales, y compris l'évaluation par la direction des plans et perspectives financiers et opérationnels futurs de TransCanada et ses filiales. Les énoncés prospectifs contenus dans le présent document peuvent inclure, entre autres, des énoncés relatifs aux perspectives commerciales, aux projets et aux résultats financiers anticipés de TransCanada et ses filiales, aux attentes ou prévisions quant aux évènements futurs, aux stratégies et aux objectifs de croissance et d'expansion. Tous les énoncés prospectifs reflètent les croyances et les hypothèses de TransCanada, lesquelles reposent sur l'information disponible au moment où les énoncés ont été formulés. Les résultats ou évènements réels pourraient être différents de ceux prévus par ces énoncés prospectifs. Les facteurs susceptibles d'entraîner un écart sensible entre résultats ou évènements réels et les attentes actuelles incluent, entre autres, la capacité de TransCanada à mettre en œuvre ses initiatives stratégiques avec succès et si ces initiatives stratégiques produiront les bénéfices escomptés, le rendement d'exploitation des actifs pipeliniers et énergétiques de TransCanada, la disponibilité et les prix des produits énergétiques de base, les paiements de capacité, les processus réglementaires et décisions des organismes de réglementation, les changements aux lois et règlements environnementaux et autres, les facteurs de concurrence dans les secteurs des pipelines et de l'énergie, la construction et l'achèvement des projets d'investissement, les coûts de la main-d'œuvre, de l'équipement et des matériaux, l'accès aux marchés financiers, les taux d'intérêt et de change, les avancées technologiques ainsi que la conjoncture économique en Amérique du Nord. De par leur nature, les informations prospectives sont assujetties à divers risques et incertitudes, qui pourraient entraîner un écart sensible entre les résultats et évènements réels de TransCanada et les résultats anticipés ou les attentes exprimées. Des informations additionnelles sur ces facteurs et d'autres sont disponibles dans les rapports déposés par TransCanada auprès des autorités en valeurs mobilières du Canada et de la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis. Nous recommandons au lecteur de ne pas se fier indûment aux présentes informations prospectives, qui sont fournies à la date à laquelle elles sont présentées dans le présent communiqué ou autrement, et de n'avoir recours aux perspectives financières ou à l'information axée sur ce qui est à venir que dans l'esprit où celles-ci ont été avancées. Hormis si elle y est tenue par la loi, TransCanada rejette toute obligation quant à la mise à jour publique ou à la révision de toute information prospective, que ce soit à la lumière d'évènements futurs, de nouvelles informations, ou pour quelque autre raison.

Précis d'information : création d'emplois

  • Keystone XL est le projet d'infrastructure le plus vaste actuellement prévu aux États-Unis. Il créera 13 000 emplois dans le secteur de la construction. La construction de l'oléoduc de 1 600 miles est divisée en 17 tronçons comptant chacun 500 travailleurs, soit un total de 8 500 travailleurs.
  • Keystone XL nécessite également 30 stations de pompage coûtant des dizaines de millions de dollars. Chaque station requiert 100 travailleurs, soit un total de 3 000 emplois, en plus des 600 emplois supplémentaires qui seront requis pour les six chantiers de construction et la construction des réservoirs à Cushing, dans l'Oklahoma.
  • Un projet d'une telle envergure exige une supervision et des inspections permanentes de la construction, soit 1 000 travailleurs additionnels qui portent le total d'emplois directs sur place à 13 000 pour l'ensemble du projet Keystone XL.
  • Ce projet d'une valeur de 7 milliards de dollars requiert des centaines de millions de dollars en matériel et en services associés pour les éléments comme les tuyaux en acier, les dizaines de milliers de raccords, les centaines de gros robinets, la fabrication d'assemblages de tuyauterie et d'acier structurel pour les supports et les milliers d'autres pièces d'équipement utilisées pour fabriquer par exemple des transformateurs pour les stations de pompage, des mètres pour mesurer la quantité de pétrole transportée, de grands moteurs électriques pour le fonctionnement des pompes et du câblage et du matériel électrique pour connecter nos vastes systèmes de surveillance de l'oléoduc.
  • Ce travail devrait créer 7 000 emplois additionnels dans le secteur de la fabrication.

    Parmi les principales sociétés qui soutiennent le projet figurent notamment : Welspun (tuyauterie de l'Arkansas), Cameron (robinets de Louisiane), Siemens (pompes, moteurs et équipement de contrôle associé, environ 200 millions de dollars investis pour la fabrication dans l'Oregon, l'Ohio et l'Indiana) et des douzaines d'autres entreprises fabricant des écrous et des boulons ou du matériel de contrôle électrique complexe.
  • La phase 1 du projet Keystone a commencé le transport de pétrole brut aux raffineries en juillet 2010. La section de la phase 2 allant de Steele City (Nebraska) à Cushing (Oklahoma) est devenue opérationnelle en février 2011. Les États-Unis ont déjà bénéficié de la création de 9 000 emplois de construction pendant la construction du projet initial de 6 milliards de dollars.
  • Puisque Keystone XL soutient le développement des sables pétrolifères, l'impact sur les emplois devient encore plus prononcé. L'Institut canadien de recherche énergétique (CERI) prédit une hausse de 521 milliards de dollars du produit intérieur brut des États-Unis et la création de 465 000 emplois pour les Américains. À chaque fois que deux emplois sont créés dans le secteur des sables pétrolifères au Canada, un emploi sera créé aux États-Unis. Chaque État bénéficiera de ce développement.
  • Au moins 1 000 entreprises américaines fournissent des biens et des services aux sociétés canadiennes de pipelines et de sables pétrolifères - Berg Steel Pipe à Houston, Siemens Energy de Californie et l'usine Michelin à Greenville (Caroline du Sud), pour ne citer que ces trois exemples.

Précis d'information : commentaires de soutien

« Nous disposons probablement de la main-d'œuvre la plus qualifiée au monde. Nous nous soucions de l'environnement. Nous devons vivre ici aussi. Nous nous inquiétons de la qualité de l'air et de l'eau et sommes convaincus d'être capables de construire cet oléoduc de façon plus sûre que n'importe qui d'autre. »

Philip Stevenson, directeur de Pipeline for the United Association of Plumbers and Pipefitters (KUT.org, 9/28/11)

« Nous avons besoin d'emplois, c'est aussi simple que ça. »

Bret Marshall, 53 ans, un représentant de syndicat d'ouvriers qui espère trouver du travail dans le cadre de ce projet et qui a conduit plus de 700 miles à travers le Montana pour assister à la réunion publique du Département d'État (New York Times, 9/28/11)

« Certains d'entre nous connaissent une carrière professionnelle prospère et d'autres ont désespérément besoin d'un emploi. Nous sommes venus pour nous représenter nous-mêmes, mais aussi pour parler au nom de tous les travailleurs qui ont besoin que le projet Keystone XL soit approuvé. Chaque jour sans emploi est synonyme de perte de logements, de soins de santé pour nos familles et de soins appropriés pour nos enfants. Sans ces emplois, nous arrêtons également de dépenser et de soutenir l'économie. Avec des emplois correctement rémunérés, nous achetons des provisions, des vêtements, des voitures et des maisons, et nous alimentons le moteur économique qui stimule l'Amérique. Nous payons fièrement nos impôts, qui permettent de bâtir et de maintenir nos infrastructures, nos écoles et nos programmes sociaux. Compte tenu de la situation économique actuellement austère, l'Amérique ne peut tout simplement pas se permettre de ne pas approuver le projet Keystone XL et de remettre des milliers d'Américains au travail. »

Reno Hammond, directeur commercial pour le Conseil de district des ouvriers du Sud-Ouest (Wilsoncountynews.com, 9/28/11)

« En plus de renforcer la sécurité nationale en réduisant notre dépendance au pétrole étranger, l'oléoduc offrira d'immenses bénéfices économiques et des emplois fort nécessaires pour les communautés de l'Oklahoma, tout en respectant les directives environnementales les plus strictes pour un projet d'oléoduc dans l'histoire de notre nation. »

Scott Pruitt, procureur général de l'Oklahoma (Press Release 9/29/11)

« Notre État a grandement bénéficié des emplois de construction créés dans le cadre de ce projet et nous sommes impatients de voir d'autres emplois permanents potentiels alors que le reste de l'oléoduc est achevé. » Gouverneur Sam Brownback (The Capital Journal 9/27/11)

Renseignements

  • TransCanada
    Personne-ressource auprès des médias
    Terry Cunha/Shawn Howard
    403.920.7859 or 800.608.7859

    TransCanada
    Personne-ressource auprès des analystes et des investisseurs
    David Moneta/Terry Hook/Lee Evans
    403.920.7911 or 800.361.6522
    www.transcanada.com