Musée canadien pour les droits de la personne

Musée canadien pour les droits de la personne

02 déc. 2011 18h23 HE

Le comité consultatif de la conception universelle du MCDP vise à rendre l'expérience muséale enrichissante pour tous et toutes

WINNIPEG, MANITOBA--(Marketwire - 2 déc. 2011) - Le Musée canadien pour les droits de la personne (MCDP) a récemment tenu sa première réunion du Comité consultatif de la conception universelle (CCCU) à Winnipeg, au Manitoba. Le Comité, formé de huit spécialistes, conseillers et activistes du domaine des droits des personnes avec déficiences, aidera le MCDP à offrir aux visiteurs une expérience d'intégration universelle et satisfaisante, sans égard à l'âge ou à la capacité. Le MCDP a pour objectif de mettre en place de nouvelles normes d'accessibilité dans les musées, en intégrant une conception universelle dans tous les aspects de ses expositions, dans la programmation, dans le bâtiment lui-même et dans les pratiques opérationnelles du Musée.

« Même si nous collaborons avec des spécialistes dans le domaine de l'accessibilité et des droits des personnes avec déficiences depuis les premières étapes de notre développement, la mise sur pied de ce comité constitue un jalon important pour le Musée canadien pour les droits de la personne, précise Stuart Murray, président-directeur général du MCDP. Une véritable inclusion signifie une prestation de services et une conception qui offrent à tous et toute la possibilité de participer à toutes les activités du Musée et d'apprécier leur expérience. Le CCCU nous aidera à offrir une expérience inoubliable à tous ceux et celles qui nous visitent en personne ou en ligne. »

« Le Musée canadien pour les droits de la personne est un projet extrêmement passionnant, non seulement racontera-t-il l'histoire de la lutte des personnes avec déficiences pour l'égalité, mais il permettra de relever considérablement la barre quant à l'accessibilité des musées aux personnes qui ont des déficiences physiques, sensorielles (visuelles et auditives) et cognitives, affirme Laurie Beachell, coordonnateur national du Conseil des Canadiens avec déficiences. Le Musée mérite de se faire féliciter pour la mise sur pied du Comité consultatif de la conception universelle. »

Les membres du CCCU analyseront, relèveront les lacunes et feront part de leurs commentaires au MCDP sur divers éléments de la conception du Musée, notamment l'élaboration d'éléments d'exposition, les services aux visiteurs, l'éducation et la programmation, la recherche de visiteurs, les médias numériques et la technologie, le Web et les prototypes. Même si le MCDP présentera beaucoup de technologie dans son programme d'exposition, cette technologie ne constituera pas un obstacle à une participation pleine et équitable.

Le Comité consultatif de la conception universelle est composé d'une main-d'œuvre aux compétences variées, y compris des personnes ayant des déficiences visibles et invisibles, divers profils linguistiques et une vaste expérience en matière de conseils sur l'accessibilité et l'inclusion. Les membres du CCCU se sont engagés à un mandat de deux ans.

(Voir le document d'information ci-joint pour des informations supplémentaires et les biographies des membres du conseil)

À propos du Musée canadien pour les droits de la personne

Le Musée canadien pour les droits de la personne (MCDP), actuellement en construction à Winnipeg, au Manitoba, offrira aux Canadiens et Canadiennes et au monde entier un endroit pour explorer et promouvoir la question des droits de la personne et encourager l'action en faveur de ces droits. Avec l'achèvement de la construction prévu pour 2012, le MCDP est le premier musée national à voir le jour depuis plus de 40 ans et le premier musée national à être situé hors de la région de la capitale nationale. Pour de plus amples renseignements sur le MCDP, veuillez consulter http://museedesdroitsdelapersonne.ca/ ou nous suivre sur Twitter : http://twitter.com/mcdp et sur Facebook: http://www.facebook.com/museedesdroitsdelapersonne

COMITÉ CONSULTATIF SUR LA CONCEPTION UNIVERSELLE (CCCU)

DOCUMENT D'INFORMATION

Le CCCU n'est qu'une des façons pour le Musée canadien pour les droits de la personne (MCDP) de manifester son engagement à créer des expériences accessibles et inclusives, tant en personne qu'en ligne. Au cours de la dernière année, le Musée a collaboré avec un groupe témoin à l'échelle nationale afin d'évaluer le contenu numérique du MCDP en ligne. Ce groupe est formé d'une trentaine de Canadiens et Canadiennes de diverses régions du pays qui utilisent une vaste gamme de technologies d'adaptation. Tout le contenu numérique à des fins d'accessibilité à distance est mis à l'essai auprès de ce groupe avant le lancement afin d'assurer que le Musée respecte les normes d'accessibilité et, dans la mesure du possible, les dépasse.

BIOGRAPHIES (MEMBRES DU COMITÉ CONSULTATIF SUR LA CONCEPTION UNIVERSELLE)

JIM DERKSEN (Winnipeg, Manitoba)

Fondateur et chef de file de divers mouvements locaux, provinciaux et internationaux préoccupés par les déficiences depuis trois décennies, Jim continue de jouer un rôle indispensable dans la question des droits des personnes ayant des déficiences, tant au Canada qu'à l'étranger. L'une de ses principales victoires a été d'influencer l'inclusion des déficiences mentales ou physiques comme base de discrimination dans la Charte canadienne des droits et libertés. Non seulement il travaille à l'inscription de la protection des droits des personnes ayant des déficiences dans les principaux documents publics, mais il lutte aussi pour que ces droits soient reconnus de façon pratique dans la vie de tous les jours.

En 1980, Jim a été affecté au Comité parlementaire spécial concernant les invalides et les handicapés (qui a produit le Rapport Obstacles) à Ottawa. En 1982, en tant que consultant au Secrétariat des Nations Unies, il a été chargé d'élaborer un cadre conceptuel pour la « pleine participation » des personnes ayant des déficiences. En 2010, il a siégé au sous-comité pour la conception universelle à la Commission des normes de construction du Manitoba. Il a également participé au Comité consultatif de l'accessibilité du gouvernement du Manitoba, qui a mené à l'élaboration de la Loi sur le Conseil consultatif de l'accessibilité en 2011.

Jim est président du Conseil consultatif de l'accessibilité du Manitoba et conseiller en politiques au Conseil des Canadiens avec déficiences. Il donne souvent des conférences et se consacre également à l'enseignement.

LAURENCE PARENT (Montréal, Québec)

Laurence est étudiante au doctorat en Humanité à l'Université Concordia. Elle a une formation universitaire en Science politique (BA, UQÀM) et en Études sur le handicap (MA, York University). Résidant à Montréal, elle milite pour le mouvement québécois en faveur des droits des personnes en situation de handicap. En 2009, elle a cofondé le RAPLIQ pour lutter contre l'handicapisme par des actions directes et des moyens créatifs. Elle a écrit, réalisé et produit son premier film documentaire (Je me souviens : les exclus du métro de Montréal depuis 1966) qui a remporté en 2010 le prix de l'artiste émergente au festival international du film de Berkeley consacré aux déficiences.

JOHN REA (Toronto, Ontario)

John a pris sa retraite de la fonction publique ontarienne en 2005, après une carrière de 24 ans dans divers postes. Il a été membre actif de son syndicat, le SEFPO (Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario), et a siégé à ses divers comités, de même qu'à ceux de la FTO (Fédération du travail de l'Ontario) et du CTC (Congrès du travail du Canada). Depuis sa retraite, il continue de participer au Caucus des personnes avec déficiences du SEFPO et a été récemment nommé au Groupe de travail du CTC sur les droits des personnes avec déficiences.

John milite pour plusieurs autres organisations des droits de la personne en général, et de ceux et celles qui ont une déficience en particulier. Il est premier vice-président de l'Alliance pour l'égalité des personnes aveugles et du Conseil des Canadiens avec déficiences, et membre de la clinique juridique spécialisée d'ARCH à Toronto. Il siège également au Comité consultatif d'Élections Ontario sur l'accessibilité et à la coalition d'actions du Programme ontarien de soutien aux personnes avec déficiences.

John a beaucoup voyagé à travers le monde. Ses écrits et conférences sur les droits des personnes avec déficiences et sur les droits de la personne en général abondent. Bien qu'il soit connu surtout pour son travail en faveur des personnes avec déficiences, il se considère comme un militant des droits de la personne en général.

JUDY REDMOND (Winnipeg, Manitoba)

Judy est détentrice d'une maîtrise es sciences en architecture de l'accessibilité et de l'inclusion à l'École d'architecture de l'Université Salford au Royaume-Uni. Elle travaille à la Ville de Winnipeg comme coordonnatrice de la conception universelle au Service de l'urbanisme et de l'aménagement immobilier. Ses responsabilités portent sur la planification de l'aménagement des environnements civiques, des services et de l'information aux citoyens de différents âges et d'habilités diverses.

Judy s'implique dans tous les aspects de l'accessibilité et de l'inclusion dans les communautés, car elle s'occupe d'un proche avec déficiences. Elle aime enrichir ses connaissances des communautés en côtoyant d'autres individus et professionnels dans le cadre de son travail de bénévole auprès des comités consultatifs techniques (CSA B641 et NRC/NBC 3.8), du Comité consultatif de l'accessibilité du gouvernement du Manitoba, du Comité international de certification des consultants en matière d'accessibilité et du Conseil d'administration de SCE Lifeworks. Judy a beaucoup voyagé et présenté sa recherche en accessibilité à plusieurs conférences nationales et internationales. Elle continue de militer activement dans le mouvement mondial de défense des droits des personnes avec déficiences.

CATHERINE ROY (Montréal, Québec)

Œuvrant depuis plus de 20 ans dans les milieux sans but lucratif et communautaires, Catherine a collaboré avec divers organismes préoccupés par les enjeux entourant, notamment l'accès au cadre bâti, la culture, l'information, la santé, les services sociaux, l'éducation, l'emploi, les politiques et les programmes publics. Depuis 1999, elle travaille principalement à l'accès des populations marginalisées, notamment les personnes avec déficiences, à la société du savoir et aux technologies de l'information. Elle a coordonné ou collaboré à des projets de recherche et à diverses initiatives, a présenté de nombreuses conférences et écrit sur l'accès aux technologies de l'information. Catherine siège également à divers comités et conseils d'organismes préoccupés par l'enjeu de l'inclusion numérique.

JUTTA TREVIRANUS (Toronto, Ontario)

Jutta est directrice de l'Inclusive Design Research Centre et professeure à la Faculté de design de l'Université OCAD de Toronto. Ce centre d'expertise de renommée internationale se spécialise en inclusion numérique des technologies et pratiques émergentes en information et en communication. Jutta dirige également l'Inclusive Design Institute, un centre régional d'expertise qui sert plusieurs universités. Elle a dirigé plusieurs réseaux réunissant des chercheurs des quatre coins du monde, responsables d'innovations techniques en inclusion, largement adoptés. Avec son équipe, elle a été la pionnière de la personnalisation comme approche à l'accessibilité dans le domaine numérique et a mené maints projets en source libre qui tentent d'infuser une sensibilité propice à l'inclusion de chaque utilisateur dans les réseaux en source libre. Enfin, elle a joué un rôle déterminant dans l'élaboration de lois, normes et spécifications internationales relatives à l'accessibilité (y compris WAI ATAG, IMS AccessForAll, ISO 24751 et AODA Information et Communication).

VALERIE WOLBERT (Winnipeg, Manitoba)

Valerie est reconnue comme championne des droits des personnes à faibles revenus et de ceux et celles qui vivent avec une déficience. Elle est présidente de Personnes d'abord du Manitoba, un groupe de pression pour les personnes ayant une déficience mentale. Elle siège également au comité exécutif de DisAbled Women's Network (Manitoba). Depuis décembre 2004, elle fait partie du mouvement de dé-institutionnalisation au Canada. En 2007, Valerie, en collaboration avec quatre autres « auto-championnes », a contribué à la coproduction d'un documentaire intitulé The Freedom Tour, le premier au Canada à être produit par des personnes ayant une déficience mentale et dont le but est de mieux faire connaître leur institutionnalisation continue. Le documentaire donne un aperçu de la vie au sein de ces institutions, grâce à des archives picturales, des bandes vidéo et les récits émouvants des survivants eux-mêmes, ainsi que de leurs proches.

RICK ZIMMER (Russell, Manitoba)

Rick né dans une grande famille, dont quatre membres sont malentendants. Son père, défenseur des droits des personnes vulnérables, lui a transmis ses croyances en l'égalité et a servi d'exemple à son fils. Ainsi, Rick a acquis la conviction qu'il fallait supporter tout un chacun dans sa quête de droits égaux.

Son expérience comme étudiant d'été à la Commission des droits de la personne du Manitoba l'a aidé à voir à quel point la communauté des malentendants avait besoin d'aide pour connaître ses droits. Ainsi, il a contribué à faire reconnaître l'American Sign Language (ASL) comme langue officielle et langue d'instruction de la communauté au Manitoba. Il travaille actuellement à la reconnaissance de l'ASL et de la Langue des signes québécoise (LSQ) par le gouvernement fédéral comme langues officielles au Canada.

Rick a travaillé avec maintes organisations, y compris l'Association des Sourds du Canada, l'association provinciale équivalente au Manitoba et Deaf History International. Il est président de la Manitoba Cultural Society of the Deaf.

M. Zimmer est coordonnateur et instructeur au Programme d'études des Sourds au collège Red River, en interprétation ASL-anglais et en alphabétisation en langues des sourds. Il donne plusieurs cours, notamment sur la culture et l'histoire des sourds, avec un intérêt particulier pour les questions de l'oppression de cette communauté.

Renseignements