Commissariat aux langues officielles

Commissariat aux langues officielles

27 mars 2008 08h30 HE

Le commissaire aux langues officielles presse la ministre du Patrimoine canadien de définir une nouvelle vision des arts et de la culture

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 27 mars 2008) - Le commissaire aux langues officielles, Graham Fraser, presse la ministre du Patrimoine canadien, Josée Verner, de mettre de l'avant une vision à long terme des intentions du gouvernement pour le développement des arts et de la culture dans les communautés de langue officielle en situation minoritaire. Le commissaire a émis cette recommandation dans une étude publiée aujourd'hui et intitulée : Soutien des institutions fédérales aux arts et à la culture dans les communautés de langue officielle en situation minoritaire.

"Les institutions fédérales qui ont un mandat lié aux arts et à la culture ont beaucoup fait pour tenir compte des besoins de ces communautés, a déclaré M. Fraser. Il y a plus d'outils et de programmes disponibles, de meilleures consultations systématiques et un dialogue plus riche. Malgré ces progrès, le gouvernement doit élaborer une vision à long terme bien détaillée portant sur la façon dont il entend soutenir les artistes et leurs organisations au sein des communautés de langue officielle en situation minoritaire."

Les artistes et leurs organisations qui font partie de ces communautés connaissent des défis particuliers. Au Québec, les artistes en situation minoritaire doivent composer avec le déclin démographique, et un grand nombre d'artistes québécois trouvent difficile de se faire connaître à l'extérieur de Montréal et dans le reste du Canada. Dans le cas des communautés francophones, les principaux défis sont l'éloignement, le manque d'appui de la part des provinces, d'où l'insuffisance des infrastructures provinciales, et la difficulté à obtenir de la visibilité partout au Canada. Les problèmes de visibilité découlent en partie du manque d'initiatives pour favoriser le dialogue culturel entre les communautés francophones et anglophones du Canada.

"Les institutions fédérales doivent examiner les questions relatives à la dualité linguistique et favoriser la compréhension entre les cultures, en plus de suggérer des façons dont les programmes fédéraux peuvent soutenir le mieux ces objectifs, a ajouté le commissaire. Les artistes de langue française et de langue anglaise possèdent quelque chose d'unique et de puissant pour contribuer au dialogue national."

Le Plan d'action sur les langues officielles de 2003 montrait comment un effort concerté par les ministères, d'après des objectifs bien définis, peut se traduire par des résultats positifs et concrets pour les communautés. Malheureusement, les arts et la culture ne faisaient pas partie de ce plan. "Les arts et la culture sont intimement liés à l'identité linguistique et culturelle, et devraient faire partie de l'initiative globale qui remplacera le Plan d'action, a mentionné M. Fraser. Les institutions fédérales doivent s'engager à travailler ensemble et avec les communautés pour contribuer au développement du secteur culturel et artistique. L'injection de nouvelles ressources dans le système et un engagement renouvelé envers ce secteur permettront de mettre en lumière de nombreux talents au sein des communautés de langue officielle au Canada et contribueront à leur vitalité."

Le commissaire a souligné la nécessité de pouvoir compter sur un financement stable et adéquat pour les arts et la culture et un accès égal aux programmes fédéraux, ainsi que sur une meilleure représentation des communautés dans les organisations financées par le gouvernement fédéral et de meilleures infrastructures pour soutenir les activités culturelles. M. Fraser a émis dix-sept recommandations au gouvernement fédéral et aux organismes fédéraux s'occupant des arts et de la culture afin de les aider à déterminer des façons de mieux servir les artistes dans les communautés minoritaires de langue officielle.

Pour plus de renseignements, veuillez consulter l'étude et la fiche d'information à www.languesofficielles.gc.ca.

FICHE D'INFORMATION

Soutien des institutions fédérales aux arts et à la culture dans les communautés de langue officielle en situation minoritaire

OBJECTIF DE L'ETUDE

L'étude visait à évaluer le soutien accordé, aux artistes et aux organismes des communautés de langue officielle en situation minoritaire (CLOSM), par les institutions fédérales dont le mandat porte sur les arts et la culture. Patrimoine canadien, le Conseil des Arts du Canada, le Centre national des Arts, l'Office national du film et Téléfilm Canada figurent au nombre des institutions visées par l'étude. Celle-ci a également touché deux organisations indépendantes auxquelles Patrimoine canadien a confié le mandat d'administrer les fonds provenant du Fonds canadien de la musique, soit la Foundation Assisting Canadian Talent on Recordings (FACTOR) et MUSICACTION.

L'étude tentait de brosser un tableau d'ensemble du rôle joué par ces institutions pour favoriser la dualité linguistique par les arts et la culture et contribuer à l'épanouissement des CLOSM, deux objectifs de la Loi sur les langues officielles. On se rappelle que le Plan d'action pour les langues officielles, qui a été lancé en 2003 pour susciter une orientation et une énergie renouvelées dans les CLOSM, ne fait nulle part état des arts et de la culture. Cette omission a été bien décevante pour les artistes francophones et anglophones et pour leurs représentants qui vivent les défis de la création, de la production et de la diffusion des oeuvres dans un milieu minoritaire.

METHODOLOGIE

Deux méthodes ont été utilisées pour obtenir les informations nécessaires : une recension des écrits et un examen de la documentation pertinente concernant les politiques et les programmes, d'une part, et des entrevues auprès des institutions fédérales visées et des organismes engagés dans les arts et la culture, d'autre part. Le Commissariat a effectué treize entrevues auprès de sept ministères et organismes fédéraux et huit entrevues auprès d'organismes artistiques et culturels des CLOSM. Des entrevues ont été menées au sein d'organismes artistiques afin de déterminer les enjeux qui leur semblent les plus importants et de connaître leur opinion sur l'efficacité des programmes fédéraux à l'égard de ces enjeux.

PRINCIPALES CONSTATATIONS

Les représentants des milieux artistiques des CLOSM francophones et anglophones s'entendent pour souligner les efforts particuliers consentis par le gouvernement fédéral depuis environ dix ans en vue de soutenir les arts et la culture des CLOSM. La situation s'est améliorée et le nombre d'artistes et d'organismes culturels qui ont obtenu du financement a augmenté grâce aux ajustements faits à certains programmes et à la création de partenariats (dont le Partenariat interministériel avec les communautés de langue officielle). Par ailleurs, certaines organisations, comme Téléfilm Canada, MUSICACTION, le Centre national des arts et le Conseil des Arts du Canada, ont pris des mesures positives. Ainsi, certaines ont augmenté les fonds versés, d'autres ont pris des mesures spéciales, tandis que d'autres ont mis sur pied des programmes destinés à faire connaître les artistes des CLOSM. Cependant, il reste de nombreux problèmes et obstacles, en particulier les suivants :

- Précarité du financement : les arts et la culture ne bénéficient pas d'une politique de financement stable et, par conséquent, il est impossible de prévoir les sommes qui seront versées aux artistes et aux organismes culturels d'une année à l'autre.

- Répartition du financement : Dans la plupart des cas, les subventions versées aux artistes et aux organismes des CLOSM représentent une portion congrue des subventions totales accordées aux artistes et aux organismes du reste du Canada.

- Représentation au sein de certains organismes : Même quand ils siègent au conseil d'administration de l'un ou l'autre des organismes (comme Téléfilm Canada et MUSICACTION), les représentants des CLOSM éprouvent des difficultés à faire valoir leurs points de vue et à exprimer les besoins de leur communauté.

- Visibilité : Les artistes des CLOSM francophones et anglophones éprouvent des difficultés à se faire reconnaître dans le reste du Canada et au Québec. Ainsi, les artistes des CLOSM francophones arrivent difficilement à se faire connaître au Québec et au Canada anglais. De leur côté, les écrivains anglo-québécois peinent à obtenir la visibilité qu'ils méritent au Canada anglais.

- Manque d'infrastructures : la plupart des CLOSM sont situées dans des petites municipalités qui possèdent rarement les infrastructures physiques convenant à des activités culturelles. Le travail des organismes d'animation et de diffusion culturelle qui oeuvrent dans ces petites communautés se révèle encore plus compliqué en raison de cette lacune et du manque de savoir-faire pour organiser ce genre d'activités.

- Effet de marginalisation : les artistes des CLOSM reconnaissent l'utilité des programmes qui leur sont consacrés, mais ils redoutent l'effet de marginalisation qui peut en résulter, c'est-à-dire qu'ils ont l'impression d'être sur des voies secondaires et de ne pas être reconnus au même titre que leurs homologues qui vivent en situation majoritaire.

- Entraves à la croissance : Etant donné que les organismes subventionnaires accordent souvent le financement en fonction de projets ponctuels, les organismes à vocation culturelle et artistique ont de la difficulté à planifier à long terme.

- Loi du marché : Certaines petites entreprises culturelles (par exemple, dans le milieu de l'édition ou de la chanson) pourraient croître si elles avaient accès aux subventions accordées aux industries culturelles, mais elles ne sont pas admissibles à de telles subventions en raison de leur rendement économique.

CONCLUSIONS

Les institutions fédérales dont le mandat porte sur les arts et la culture ont fait de grands progrès pour prendre en compte les besoins des CLOSM : il y a davantage d'outils, plus de dialogue et de consultations systématiques. Toutefois, celles-ci ne sont pas toujours efficaces et les communautés n'en voient pas toujours les résultats concrets. On ne reconnaît pas assez le besoin de stratégies à long terme qui conviennent aux organismes artistiques et aux industries culturelles en phase de développement. Les institutions fédérales doivent dans la mesure du possible répondre de façon coordonnée et cohérente à la demande de pleine participation et d'égalité d'accès à leurs programmes. Il faudra au besoin élaborer de nouveaux outils et des démarches créatives : principes directeurs, pratiques exemplaires, mesures du rendement, indicateurs de vitalité des communautés, mécanismes de reddition de comptes, nouveaux modes de soutien des infrastructures et de diffusion des oeuvres. Pour aller au-delà de la lettre de la Loi, il faut insérer les arts et la culture dans un plan d'action complet, injecter de nouvelles ressources et faire preuve d'un leadership continu.

RECOMMANDATIONS

A partir des conclusions de la présente étude, le commissaire aux langues officielles fait 17 recommandations au gouvernement fédéral (en particulier à Patrimoine canadien et aux organismes fédéraux de financement des arts et de la culture). Les recommandations visent les objectifs suivants :

Formulation d'une nouvelle vision des arts et de la culture ainsi que de la vitalité des CLOSM

- Formuler une nouvelle vision pour reconnaître le rôle clé que jouent les arts et la culture dans la vitalité des CLOSM;

- Veiller à ce qu'une stratégie de financement à long terme soit incorporée à cette nouvelle vision qui tient compte du niveau de développement des organismes culturels communautaires et des priorités communautaires;

- S'assurer que les stratégies et le financement qui répondent aux besoins et aux priorités des secteurs des arts et de la culture dans les communautés minoritaires francophones et anglophones soient comprises dans l'initiative qui remplacera le Plan d'action pour les langues officielles.

Structure de gouvernance apte à répondre aux besoins des communautés

- Créer des comités (un francophone, un anglophone) formés de représentants du gouvernement et des communautés pour formuler et mettre en oeuvre une nouvelle vision partagée des arts et de la culture dans les CLOSM et pour conseiller le gouvernement dans ce domaine.

Examen distinct des questions liées aux arts et à la culture

- Veiller à ce que le Secrétariat des affaires francophones de Patrimoine canadien examine les arts et la culture dans les CLOSM de façon distincte par rapport aux arts et à la culture dans l'ensemble des communautés francophones et qu'il mène des travaux de recherche et des consultations dans ce domaine.

Recherche

- Mener un programme de recherches ciblées sur les arts et la culture au sein des CLOSM afin de mieux comprendre les réalités des communautés et de mesurer l'incidence des programmes fédéraux afférents sur ces communautés.

Flexibilité des programmes

- Veiller à ce que les critères d'admissibilité qui s'appliquent aux programmes de financement des arts et de la culture ne défavorisent pas certaines catégories d'artistes ou d'organismes;

- Veiller à ce que les questions liées aux arts et à la culture dans la communauté anglophone du Québec soient traitées à l'échelle nationale;

- Axer les modes d'attribution des fonds sur les besoins réels des organismes pour leur permettre de progresser, de croître et d'atteindre un niveau de développement qui leur permettra d'apporter une contribution significative à la vitalité de leurs communautés respectives;

- Elaborer des indicateurs de rendement qui tiennent compte de la réalité particulière des organismes artistiques et culturels;

- Chercher des façons de simplifier les procédures de demande de financement et d'alléger le fardeau administratif et financier des artistes et des organismes qui demandent du financement.

Mesure de rendement dans les institutions

- Veiller à ce que Patrimoine canadien ajoute, dans les ententes régissant les transferts de fonds à des administrateurs (comme MUSICACTION, FACTOR et Téléfilm Canada), une clause linguistique précisant un pourcentage minimum de fonds à accorder aux CLOSM;

- Recueillir des données sur le statut minoritaire (francophone ou anglophone) des bénéficiaires de chaque programme de financement;

- Tenir compte des réalités des communautés dans les données financières et éviter d'utiliser le poids démographique des communautés comme cible absolue de financement;

- Recueillir des données pour mesurer et comparer les taux de succès pour ce qui est des demandes de subventions;

- Examiner les écarts entre les taux d'acceptation des demandes de subventions présentées par les artistes des CLOSM et ceux d'autres groupes linguistiques afin de déterminer les raisons de ces écarts et de formuler une stratégie pour les éliminer ou les réduire.

Dualité linguistique et initiatives pour inciter les cultures à se comprendre les unes et les autres

- Reconnaître le rôle clé que les CLOSM peuvent jouer dans le dialogue interculturel et mettre au point une stratégie pour promouvoir la dualité linguistique et le dialogue interculturel grâce aux arts et à la culture.

Renseignements

  • Commissariat aux langues officielles
    Robin Cantin, Gestionnaire, Relations avec les médias
    613-995-0374 / Numéro sans frais : 1-877-996-6368
    Téléphone cellulaire : 613-324-0999
    robin.cantin@ocol-clo.gc.ca