Conseil canadien de la santé

Conseil canadien de la santé

13 déc. 2007 13h19 HE

Le Conseil canadien de la santé demande des actions immédiates pour freiner l'épidémie de maladies chroniques

RICHMOND, COLOMBIE-BRITANIQUE--(Marketwire - 13 déc. 2007) -

Attention : Rédacteurs et Reporteurs de la santé

Selon le Conseil canadien de la santé, le Canada doit renforcer ses initiatives de prévention des maladies chroniques et accorder aux patients le soutien qui leur permettra d'être des partenaires efficaces de leurs propres soins. Le Conseil ajoute que si les gouvernements agissent immédiatement, ils pourront freiner l'épidémie croissante des maladies chroniques, telles les maladies du coeur, le diabète et le cancer.

Même si, selon les critères internationaux, les Canadiens sont en bonne santé, l'analyse d'une enquête du Conseil de la santé met le Canada au dernier rang en matière d'accès en temps opportun à des soins primaires de haute qualité, par comparaison avec d'autres pays. Par exemple, 30 pour cent des Canadiens souffrant d'une maladie chronique ont attendu leur rendez-vous six jours ou plus la dernière fois qu'ils étaient malades ou avaient besoin de consulter un médecin. En Nouvelle-Zélande et aux Pays-Bas, moins de 6 pour cent d'adultes devaient attendre aussi longtemps.

"Avec plus de neuf millions de Canadiens atteints de maladies chroniques, les gouvernements doivent faire usage d'absolument toute leur influence pour maintenir les gens en bonne santé, et les Canadiens devraient exiger de notre système de santé des soins de plus haute qualité", a déclaré le Dr Ian Bowmer, vice-président du Conseil canadien de la santé.

Aujourd'hui, le Conseil canadien de la santé présentait Importance du renouvellement des soins de santé : A l'écoute des Canadiens atteints de maladies chroniques, au Garratt Wellness Centre de Richmond, C.-B. Ce rapport examine si le système canadien de la santé répond aux besoins des personnes atteintes d'une maladie chronique et considère comment des changements aux soins peuvent contribuer à une amélioration de leur santé.

Le Garratt Wellness Centre illustre le travail qu'accomplit ActNow BC, une approche intragouvernementale qui demande à tous les ministères de promouvoir un mode de vie sain pour réduire la prévalence des facteurs de risque courants pour les maladies chroniques. "La promotion de la santé et, ce qui est encore plus important, la prévention des maladies chroniques jouent un rôle crucial face aux exigences qui confrontent de plus en plus notre système de soins de santé", affirme Gordon Hogg, ministre d'Etat pour ActNow BC."Avec son approche holistique des soins de santé, notre gouvernement, influe sur la santé des Britanno-Colombiens en préconisant une alimentation saine, une plus grande activité physique et la réduction du tabagisme."

Un petit nombre de risques, comme l'inactivité, les mauvaises habitudes alimentaires et le tabagisme entretiennent l'épidémie actuelle de maladies chroniques. Si on leur accorde le soutien qui leur convient le mieux, les gens peuvent modifier radicalement leurs risques et gérer les complications. Une récente étude effectuée au Canada a montré que si tout le monde réduisait sa consommation de sel de moins d'une cuillérée à thé par jour, on pourrait voir une diminution de 30 pour cent des cas d'hypertension, ce qui permettrait des économies de l'ordre de 430 millions de dollars par an en frais de médecin, de laboratoire et de médicaments.

Le rapport du Conseil de la santé contient les résultats de la première enquête à avoir interrogé les Canadiens atteints de maladies chroniques sur leurs expériences des soins, ainsi qu'une enquête internationale auprès de patients vivant dans sept pays (i). Ces enquêtes étaient axées sur sept maladies chroniques spécifiques : arthrite, cancer, diabète, hypertension, maladies du coeur, certaines maladies pulmonaires et troubles de l'humeur. Le Conseil de la santé ciblait le prévalence croissante des maladies chroniques à cause de leurs répercussions profondes sur la santé et le bien-être de millions de Canadiens.

La plupart des Canadiens ont un médecin de famille, cependant ce rapport soulève des questions sur la qualité actuelle des soins des maladies chroniques, en particulier sur les lacunes dans le soutien apporté aux patients pour gérer leur maladie et réduire le risque de complications. On estime que les soins de santé assurés en équipe peuvent avoir des effets sur la santé des personnes atteintes de maladies chroniques et améliorer l'accès aux soins. Selon les résultats du Conseil de la santé, 33 pour cent de ces patients ont une infirmière qui participe régulièrement à leurs soins, tandis que 18 pour cent consultent d'autres professionnels, comme des diététistes ou des pharmaciens, dans leur lieu habituel de traitement. Bien que les personnes atteintes de maladies chroniques consultent fréquemment des prestateurs de soins, moins de la moitié d'entre eux rapportent que ceux-ci leurs ont donné des informations spécifiques qui les aideraient à améliorer leur santé et prévenir des maladies. Un trop petit nombre de ces patients reçoivent le genre de soins recommandés par les experts. Le Conseil de la santé révèle aussi qu'au Canada, 70 pour cent des toutes les nuits passées à l'hôpital sont imputables aux personnes souffrant de maladies chroniques.

"Les gouvernements dépensent des milliards pour soigner les gens quand ils sont malades au lieu d'investir dans des stratégies qui ont fait la preuve qu'elles aident les gens à éviter les maladies chroniques et leurs complications", explique le Dr Stanley Vollant, conseiller au Conseil canadien de la santé. "Avec un accès plus rapide à des soins de première ligne de plus haute qualité, nous pouvons réduire d'une façon significative le besoin de séjours à l'hôpital."

Le Conseil de la santé recommande aux gouvernements :

- d'investir dans des stratégies qui ont fait la preuve qu'elles mènent à une amélioration de la qualité des soins de santé et aident les patients à gérer leurs propres maladies chroniques.

- d'adopter une approche intragouvernementale qui créera les conditions sociales et environnementales nécessaires à la réduction des risques de maladie chronique.

- d'accélérer la croissance des soins de santé assurés en équipe, dans le cadre d'une modification profonde de la pratique traditionnelle de la médecine familiale partout au Canada.

- d'élaborer et de mettre en utilisation des systèmes de données appropriés qui permettront de mieux tracer et mieux étudier les maladies chroniques et les retombées des investissements visant à promouvoir la santé et l'accès aux soins, et de mieux en faire rapport au public.

Le Conseil de la santé recommande aux Canadiens :

- d'attendre davantage du système de soins de santé et de ses responsables.

- de continuer de soutenir les investissements publics visant un mode de vie sain dans tous les secteurs gouvernementaux.

- d'assumer leurs responsabilités envers leur santé et celle de leur famille.

Pour lire le rapport du Conseil canadien de la santé, Importance du renouvellement des soins de santé : A l'écoute des Canadiens atteints de maladies chroniques, deux suppléments de données et un rapport sur notre consultation publique au sujet du renouvellement des soins de santé et des soins des maladies chroniques, allez à : www.conseilcanadiendelasante.ca.

(i) The Commonwealth Fund 2007 International Health Policy Survey of the General Public's Views of their Health Care System's Performance in Seven Countries a été réalisée à la demande du Fonds du Commonwealth, l'enquête étant menée par Harris Interactive. Un cofinancement a été fourni par le Conseil canadien de la santé pour l'échantillon canadien, et par le ministère de la Santé, du bien-être et des sports des Pays-Bas ainsi que par le Centre de recherche sur la qualité des soins (WOK), de l'Université Radboud de Nimègue, pour l'échantillon néerlandais, et le financement de l'échantillon allemand a été fourni par l'Institut allemand pour la qualité et l'efficacité des soins de santé.

Aperçu

Le Conseil canadien de la santé, créé par l'Accord sur le renouvellement des soins de santé conclu en 2003 par les premiers ministres a pour mission de surveiller les progrès réalisés quant au renouvellement des soins de santé au Canada, et d'en rendre compte au public. Les 26 membres du Conseil ont été nommés par les provinces et les territoires participants, ainsi que par le gouvernement du Canada. Ils ont la connaissance et l'expérience de domaines très divers comme les soins communautaires, la santé des Autochtones, les soins infirmiers, l'éducation à la santé, l'administration, les finances, la médecine et la pharmacie.

Renseignements