Conseil de recherches en sciences humaines du Canada

Conseil de recherches en sciences humaines du Canada

26 févr. 2008 09h00 HE

Le Conseil de recherches en sciences humaines appuie de nouveaux projets d'envergure

OTTAWA, ONTARIO --(Marketwire - 26 fév. 2008) - Le Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) a annoncé qu'il investirait 10 millions de dollars dans quatre Grands travaux de recherche concertée (GTRC).

"Les travaux de recherche financés par le CRSH permettent de mieux comprendre les questions complexes qui ont une incidence sur notre société, a indiqué Chad Gaffield, président du CRSH. Le programme des GTRC appuie la recherche interdisciplinaire de pointe et favorise la collaboration internationale, ce qui permet au Canada de demeurer un chef de file mondial dans le domaine de la recherche."

Le programme des GTRC du CRSH soutient les projets de recherche qui portent sur des questions cruciales de nature intellectuelle, sociale, économique ou culturelle. Il vise à coordonner le travail de nombreux chercheurs du monde entier dans le cadre de projets uniques de grande envergure.

Ainsi, David Lyon, professeur de sociologie à la Queen's University, sera à la barre d'un projet de recherche ayant pour but de déterminer comment et pourquoi, en raison de notre dépendance à la technologie informatique, des gens ordinaires sont surveillés par des organismes publics et privés. Lui et son équipe de renommée internationale, constituée de chercheurs éminents venus de partout dans le monde, aborderont trois questions primordiales : quels facteurs favorisent la prolifération des techniques de surveillance en tant que mode de gouvernance des sociétés d'aujourd'hui? Quels sont les principes fondamentaux, les infrastructures technologiques et les cadres institutionnels nécessaires pour exercer une telle surveillance? Quelles en sont les conséquences sociales tant pour les organismes que pour les gens ordinaires?

Par ailleurs, Paul Lovejoy, professeur d'histoire à l'Université York, dirigera un projet ayant pour thème l'esclavage, la mémoire et la citoyenneté. Son équipe de recherche étudiera les migrations internationales entreprises par les peuples africains, à partir du XVe siècle jusqu'à aujourd'hui, en établissant une comparaison entre les formes anciennes d'esclavage. Les résultats de cette recherche serviront à élaborer une politique publique qui traitera des questions que soulève la perpétuation de l'esclavage et du racisme au XXIe siècle.

Pour sa part, Gregor Murray, professeur à l'Ecole de relations industrielles de l'Université de Montréal, a reçu une deuxième subvention dans le cadre des GTRC pour sa recherche sur le milieu du travail. Lui et ses collaborateurs continueront d'étudier les profonds changements qui se produisent dans le monde du travail sur la scène internationale. Leur recherche a déjà montré que les gens qui travaillent dans des établissements ont plus de chances de réussir dans le nouveau contexte économique s'ils sont capables d'évoluer et de s'adapter aux défis de la mondialisation. L'équipe s'intéressera maintenant à des questions telles que les chaînes mondiales, la citoyenneté au travail ainsi que la réglementation étatique sur le travail et la représentation collective.

Pendant des années, des chercheurs, des praticiens, des peuples autochtones et des responsables politiques ont délibéré sur l'utilisation d'images anciennes à des fins promotionnelles et sur l'accessibilité des documents et des résultats de recherche recueillis de longue date. George Nicholas, professeur d'archéologie à la Simon Fraser University, sera à la tête d'une équipe de chercheurs qui tentera de déterminer à qui appartiennent les objets autochtones et qui a le droit d'en tirer profit. M. Nicholas et ses collaborateurs étayeront les principes et les interprétations qui éclairaient autrefois les questions de cette nature afin d'améliorer les futures relations entre les intervenants.

Les subventions accordées dans le cadre des GTRC s'étendent sur une période de sept ans. Elles ont pour but d'enrichir notre compréhension de l'être humain et de la société en général tout en offrant aux étudiants de cycle supérieur la possibilité de poursuivre une formation en recherche.

Note à l'intention des journalistes : Le CRSH est un organisme fédéral autonome qui finance la recherche universitaire et la formation des diplômés par l'intermédiaire de concours nationaux avec évaluation par les pairs. Le CRSH conclut également des ententes de partenariat avec des organismes des secteurs public et privé afin de cibler la recherche et d'appuyer l'élaboration de meilleures politiques et pratiques dans des domaines clés de la vie sociale, culturelle et économique du Canada.

Renseignements