Gouvernement du Canada

Gouvernement du Canada

16 mars 2009 19h00 HE

Le CRSNG décerne le prix scientifique le plus prestigieux du Canada et rend hommage à des étoiles montantes de renommée internationale

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 16 mars 2009) - Le très honorable Stephen Harper, premier ministre du Canada, l'honorable Gary Goodyear, ministre d'Etat (Sciences et technologie) et Mme Suzanne Fortier, présidente du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG), ont annoncé aujourd'hui le lauréat de la Médaille d'or Gerard-Herzberg en sciences et en génie du Canada, le prix scientifique le plus prestigieux du Canada, ainsi que les lauréats des Bourses commémoratives E.W.R Steacie du CRSNG.

La Médaille Herzberg du CRSNG, qui souligne l'excellence soutenue et l'influence globale des travaux de recherche d'une personne, a été décernée à M. Paul Corkum. Ce prix s'accompagne d'un financement garanti à la recherche de un million de dollars réparti sur cinq ans. Les deux finalistes à la Médaille Herzberg du CRSNG sont M. Gilles Brassard, de l'Université de Montréal, et Mme Brenda Milner, de l'Université McGill. Ils recevront une subvention de recherche de 50 000 $.

"Je tiens à offrir mes plus sincères félicitations à MM. Corkum et Brassard et à Mme Milner, et bien sûr à chacun des chercheurs auxquels nous rendons hommage aujourd'hui, a déclaré le ministre Goodyear. Notre gouvernement a démontré son engagement à appuyer la recherche et développement en adoptant le Plan d'action économique du Canada. L'investissement de 5,1 milliards de dollars dans des initiatives en sciences et technologie encouragera ces personnes, et des milliers de leurs collègues qui travaillent dans les laboratoires, les universités et les centres de recherche partout au Canada, à continuer d'innover, au profit de tous les Canadiens."

Dans ses travaux réalisés au Conseil national de recherches du Canada et à l'Université d'Ottawa, M. Corkum a réussi pour la première fois à contrôler un faisceau de lumière pendant un temps plus court et sur une distance plus courte que ce qui est défini par une longueur d'onde simple. Ces travaux ont mené au développement de la "science des attosecondes" - un domaine qui fait appel aux impulsions laser ultracourtes pour pouvoir fournir des images des électrons qui se déplacent autour des atomes et permet aux chercheurs d'observer les réactions chimiques au moment où elles se déroulent. (Une attoseconde correspond à un milliardième de milliardième de seconde).

La manipulation d'électrons à l'échelle de l'attoseconde pourrait peut-être permettre aux scientifiques de contrôler et de modifier les réactions chimiques de façons nouvelles et donner lieu à des progrès tant en médecine qu'en génie. Les prochaines étapes dans la combinaison du très rapide au très petit pourraient un jour, selon M. Corkum, aider les chercheurs en médecine à mieux comprendre les processus cellulaires, ce qui pourrait améliorer l'administration des médicaments. Ces progrès fourniront également de nouveaux outils et de nouvelles méthodes de fabrication en nanotechnologie ainsi que de nouvelles méthodes d'imagerie subcellulaire.

M. Brassard, qui a déjà été finaliste, a apporté des contributions importantes au domaine en plein essor de l'informatique quantique. Quant à Mme Milner, on lui attribue la fondation de la discipline de la neuroscience cognitive ainsi que d'importantes découvertes au sujet de la mémoire humaine. Etant donné que c'est la première fois qu'elle est finaliste, elle a également reçu un Prix d'excellence du CRSNG.

"Les réalisations des lauréats d'aujourd'hui sont des exemples éclatants des résultats issus de la recherche menée au Canada et le gage prometteur pour l'avenir d'autres découvertes de classe mondiale, a déclaré Mme Fortier. Le Canada peut être très fier de ce que ces hommes et ces femmes ont accompli."

Les Bourses Steacie du CRSNG favorisent l'avancement de la carrière de jeunes scientifiques qui jouissent d'une renommée internationale en raison de leurs travaux de recherche. Chaque bourse a une valeur annuelle pouvant atteindre 90 000 $ et est valide pendant deux ans. Les lauréats de cette année sont :

- Brendan Frey, de la University of Toronto, qui fait appel à des algorithmes informatiques perfectionnés pour analyser des données génétiques afin de découvrir des indices sur des sujets tels que les mutations génétiques qui causent certaines maladies.

- Andrew Hendry, de l'Université McGill, qui a prouvé que l'évolution peut survenir beaucoup plus rapidement que l'on croyait auparavant et a fourni de nouvelles preuves sur l'interaction entre l'évolution et l'environnement.

- Ray Jayawardhana, de la University of Toronto, dont l'étude des naines brunes et des planètes géantes ont fourni des nouveaux indices sur la formation des étoiles et des planètes et de notre système solaire.

- Ingrid Johnsrude, de la Queen's University, dont les travaux sur la perception du langage combinent l'étude des processus auditifs et cognitifs pour trouver de meilleures façons d'aider les gens à mieux se comprendre dans des environnements bruyants.

- Karim Nader, de l'Université McGill, dont les recherches en neurobiologie de la mémoire ont mené à une meilleure compréhension de la façon dont les souvenirs se forment et se reforment et ont permis de trouver une façon d'atténuer les souffrances continues causées par des souvenirs traumatiques.

- Peter Tieleman, de la University of Calgary, qui a mis au point des modèles informatiques puissants pour simuler comment les molécules interagissent avec les parois cellulaires, une recherche qui nous aide à comprendre les processus biochimiques des cellules et qui offre de nouvelles options pour l'administration de médicaments ou la conception technique de matériaux biocompatibles.

Les prix décernés aujourd'hui sont nommés en l'honneur de deux éminents scientifiques canadiens. En effet, M. Gerhard Herzberg a remporté le prix Nobel de chimie en 1971 pour son apport à la compréhension de la structure des molécules, tandis que M. Edgar William Richard Steacie a réalisé d'importants progrès en cinétique chimique et a joué un rôle de premier plan dans l'établissement de l'orientation du Conseil national de recherches du Canada à partir des années 1950.

Le CRSNG est un organisme fédéral dont la vision est d'aider à faire du Canada un pays de découvreurs et d'innovateurs, au profit de tous les Canadiens. Il appuie quelque 26 500 étudiants universitaires et stagiaires postdoctoraux dans leurs études supérieures. Le CRSNG fait la promotion de la découverte en offrant un appui financier à plus de 11 800 professeurs d'université chaque année et favorise l'innovation en incitant plus de 1 400 entreprises canadiennes à investir dans des projets de recherche d'établissements postsecondaires et à y participer.

Renseignements

  • Cabinet du ministre d'Etat (Sciences et Technologie)
    Gary Toft
    Directeur des communications
    613-943-7599
    ou
    CRSNG
    Natasha Gauthier
    Conseilère principale, Relations avec les médias
    613-878-8048
    Natasha.gauthier@nserc-crsng.gc.ca