Ministère de la Justice Canada

Ministère de la Justice Canada

29 juin 2011 13h12 HE

Le gouvernemement fédéral annonce son soutien au nouveau centre d'appui aux enfants

WINNIPEG, MANITOBA--(Marketwire - 29 juin 2011) - Shelly Glover, députée de Saint-Boniface et secrétaire parlementaire du ministre des Finances, représentant aujourd'hui l'honorable Rob Nicholson, C.P., c.r., député de Niagara Falls, ministre de la Justice et procureur général du Canada, s'est jointe à l'honorable Gord Mackintosh, ministre des Services à la famille et de la Consommation du gouvernement du Manitoba, pour annoncer l'ouverture du premier centre d'appui aux enfants du Manitoba, qui contribuera à mieux servir les enfants et les adolescents qui ont été victimes ou témoins d'actes criminels.

" Notre gouvernement s'engage à soutenir les victimes d'actes criminels, plus particulièrement les plus vulnérables d'entre nous – nos enfants, a dit le ministre Nicholson. Aujourd'hui, nous célébrons l'ouverture d'un établissement consacré aux enfants qui les aidera à se faire entendre dans le système de justice pénale. "

Les centres d'appui aux enfants (CAE) visent à minimiser le traumatisme vécu par un enfant victime d'un acte criminel. Les CAE sont une équipe collaborative de professionnels qui travaillent dans un environnement qui a à cœur le bien-être des enfants afin d'aider les enfants ou les adolescents victimes ou témoins d'actes criminels à se retrouver dans le système de justice pénale. Le travail du personnel des CAE peut aider à réduire considérablement les souffrances émotionnelles et psychologiques de l'enfant et leur approche peut améliorer la qualité de la preuve déposée au cours des procès. Une meilleure preuve peut mener à davantage de chefs d'accusation, de plaidoyers et de déclarations de culpabilité et à des peines plus appropriées.

" Le premier centre d'appui aux enfants du Manitoba apportera une contribution importante pour ce qui est d'aider les jeunes victimes d'actes criminels et de préparer les témoins pour réduire le traumatisme et aider la poursuite, a déclaré la secrétaire parlementaire Glover. Comme il est mentionné dans notre Plan d'action économique, notre gouvernement a fait de la défense des victimes et de leurs familles une priorité. "

Le financement fédéral de 350 000 $ réparti sur deux années provient de la somme de 5,25 millions $ étalée sur cinq ans qui a été annoncée le 7 octobre 2010, et qui est accessible par le Fonds d'aide aux victimes au ministère de la Justice. En 2007, le gouvernement a annoncé la Stratégie fédérale d'aide aux victimes et a affecté 52 millions $ pour satisfaire aux besoins des victimes d'actes criminels. Dans le budget de 2011, le gouvernement a annoncé 26 millions $ répartis sur les deux prochaines années afin de poursuivre la Stratégie fédérale d'aide aux victimes.

FICHE DOCUMENTAIRE
CENTRES D'APPUI AUX ENFANTS

Les centres d'appui aux enfants (CAE) constituent une approche continue, concertée et collaborative visant à répondre aux besoins des enfants et des adolescents victimes d'actes criminels. Les CAE cherchent à minimiser les traumatismes causés par le système de justice pénale en offrant un milieu qui a à cœur le bien-être des enfants et des jeunes qui ont été victimes ou témoins d'actes criminels ainsi que de leur famille.

Les services professionnels offerts par les CAE comprennent des entrevues coordonnées menées par membres d'organismes d'application de la loi et par des procureurs de la Couronne, un examen de l'enfant par un pédopsychologue-pédiatre et du counseling traumatologique. L'un des objectifs d'un CAE est de réduire au minimum le nombre d'entrevues et de questions auxquelles est soumis l'enfant afin de lui éviter tout traumatisme supplémentaire causé par le système de justice pénale. Cette réduction du traumatisme permet à l'enfant de fournir une meilleure preuve, ce qui peut mener à davantage de chefs d'accusation, de plaidoyers et de déclarations de culpabilité et de peines appropriées.

Les CAE aident de diverses manières les enfants et leur famille à se retrouver dans le système de justice. Ils font tout le nécessaire pour offrir un environnement sécuritaire et confortable durant les entrevues menées par les professionnels de la justice pénale, pour réduire au minimum le nombre d'entrevues auxquelles l'enfant est soumis et, en fin de compte, améliorer la communication entre les organismes qui offrent un soutien aux jeunes victimes. L'enregistrement des entrevues en format vidéo, comme le font les CAE, s'est avéré une méthode efficace pour recueillir de l'information utile afin d'aider tant les enfants que le système de justice. Les CAE offrent également de l'information et de la formation aux professionnels de la justice sur les pratiques exemplaires relatives à l'interrogation des enfants victimes et témoins d'actes criminels.

Une recherche approfondie a révélé que les CAE facilitent l'expérience, devant les tribunaux, des enfants qui ont subi de mauvais traitements ainsi que des personnes qui s'occupent de ces enfants et qui ne sont pas les agresseurs. L'expérience du CAE est conçue pour favoriser la guérison des enfants et les aider à se remettre du stress intense et des traumatismes qui découlent des mauvais traitements subis. Les CAE permettent aussi une collaboration accrue dans les affaires de mauvais traitements infligés à un enfant. Cette collaboration aide les organismes responsables de la protection des enfants et des adolescents et les organismes d'application de la loi chargés d'enquêter sur les activités criminelles.

English version available

Renseignements

  • Pamela Stephens
    Attachée de presse
    Cabinet du ministre de la Justice
    613-992-4621

    Relations avec les médias
    Ministère de la Justice
    613-957-4207
    www.canada.justice.gc.ca