Ministère de la Défense nationale

Ministère de la Défense nationale

17 juin 2012 17h35 HE

Le gouvernement annonce un nouveau programme pour accroître la sécurité nationale

Un nouveau programme pour renforcer la capacité du Canada à réagir (anticipation, prévention, préparation, intervention et rétablissement) à des accidents graves, des catastrophes naturelles ou des actes terroristes et criminels

RÉGINA, SASKATCHEWAN--(Marketwire - 17 juin 2012) - L'honorable Peter MacKay, ministre de la Défense nationale, et la secrétaire parlementaire de Sécurité publique, Mme Candice Hoeppner, au nom de l'honorable Vic Toews, ministre de la Sécurité publique, ont annoncé la mise sur pied du Programme canadien de sûreté et de sécurité (PCSS) à Régina, en Saskatchewan. Le programme regroupe le travail de sécurité de différents organismes et fait en sorte que le Canada soit plus sécuritaire.

Ce programme renforcera les capacités du Canada à réagir (anticipation, prévention, préparation, intervention et rétablissement) à des accidents graves, des catastrophes naturelles ou des actes terroristes et criminels par la convergence de la science et de la technologie (S et T) avec la politique, les opérations et le renseignement. Le programme rehausse l'efficacité de la gestion dans le but de rendre nos rues plus sûres et les frontiaires canadienne plus sécuritaires.

« Cet investissement annuel de 43,5 M$ contribuera au développement des capacités scientifiques et technologiques qui permettent de prévenir les crises et de nous préparer à intervenir en cas d'incident et de rétablir la situation par la suite », a indiqué le ministre MacKay. « Ce programme fourni au Canada un avantage sur le plan technologique grâce auquel il est en mesure de minimiser les conséquences des catastrophes sur la vie des Canadiens. L'annonce d'aujourd'hui rend nos communautés plus résilientes face aux catastrophes ».

Par cet investissement de 43,5 M$ qui appui le développement des capacités scientifiques et technologiques qui permettent de prévenir les crise, le gouvernement du Canada prends les mesures nécessaire pour assurer la collaboration entre tous les paliers de gouvernement, le secteur privé, le milieu universitaire et les spécialistes de la gestion des urgences et des interventions d'urgence, de la santé publique, du maintien de l'ordre et du renseignement.

« Au cours de la dernière décennie, nous avons fait d'énormes progrès dans ce domaine dans le cadre de différents programmes distincts, et pour cela, nous devons une fière chandelle aux professionnels acharnés de tous les secteurs qui ont uni leurs efforts dans le but d'accroître le niveau de préparation et la capacité d'intervention du Canada en cas de menace », a déclaré Candice Hoeppner, secrétaire parlementaire du ministre de la Sécurité publique.

« Fort de ces accomplissements, le programme profitera des meilleures ressources S & T pour aider le Canada à atteindre ses objectifs en matière de sécurité publique et de sécurité nationale », a déclaré M. Marc Fortin, chef de la direction de Recherche et développement pour la défense Canada.

Les investissements du PCSS seront gérés par Recherche et développement pour la défense Canada afin de développer les capacités dans les domaines de la lutte contre les armes chimiques, biologiques, radionucléaires et explosives, de la sécurité des transports et des frontières, de la gestion des urgences, de la surveillance et du renseignement, de la cybersécurité, de l'interopérabilité et des infrastructures essentielles.

Documentation

PROGRAMME CANADIEN DE SÛRETÉ ET DE SÉCURITÉ

Le Programme canadien pour la sûreté et la sécurité (PCSS) est un programme financé par le gouvernement fédéral auquel on a attribué un montant annuel de 43,5 millions de dollars pour renforcer la capacité du Canada à réagir (anticipation, prévention, préparation, intervention et rétablissement) à des accidents graves, des catastrophes naturelles ou des actes terroristes et criminels par la convergence de la science et de la technologie (S et T) avec la politique, les opérations et le renseignement. Au nom du gouvernement du Canada, le PSSC est dirigé par le Centre des sciences pour la sécurité de Recherche et développement pour la défense Canada (RDDC CSS), en partenariat avec des organismes de gestion des interventions et des urgences, des organismes non gouvernementaux, des intervenants de l'industrie, le milieu universitaire, ainsi que les gouvernements provinciaux et les administrations municipales.

Le nouveau programme recevra 43.5 millions de dollars par année et table sur les succès, les apprentissages et les pratiques exemplaires de trois anciens programmes de RDDC CSS, soit les suivants :

  • L'Initiative de recherche et de technologie sur les agents chimiques, biologiques, radiologiques, nucléaires et explosifs (CBRNE), qui était axée sur la lutte contre le terrorisme par les agents CBRNE.
  • Le Programme technique de sécurité publique, dont les efforts de S et T étaient axés sur les domaines de la protection des infrastructures, la cybersécurité, la surveillance, le renseignement, l'interdiction, la sûreté des frontières, les systèmes de gestion des urgences et l'interopérabilité.
  • Le Centre canadien de recherches policières, dont les activités mettaient en valeur la S et T au bénéfice de la police et des autres premiers intervenants du Canada.

L'intégration de ces efforts dans un seul programme complet permet de répartir les investissements plus efficacement dans les différents domaines. Elle permet également à RDDC de rationaliser les processus administratifs et d'améliorer l'harmonisation avec les priorités du gouvernement du Canada.

Modèle de collaboration

Au moyen de projets, d'études, d'exercices, d'ateliers et d'autres activités, le PSSC offre aux experts des occasions de collaborer avec différents partenaires issus de divers domaines associés à la sûreté publique et à la sécurité nationale. Ces collaborations soutiennent l'acquisition de connaissances et l'élaboration d'outils, de processus et de stratégies qui sont essentiels à la protection du Canada, de ses habitants, de ses institutions et de son infrastructure. Ce modèle de collaboration permet de veiller à ce que les personnes les plus qualifiées du gouvernement, de l'industrie, des universités et des organismes internationaux collaborent pour résoudre les problèmes de sécurité et de sûreté les plus urgents auxquels font face les Canadiens.

Des investissements qui permettent d'atteindre les objectifs stratégiques

Le financement versé dans le cadre du PCSS soutiendra des projets et des activités qui correspondent aux priorités de sûreté et de sécurité publiques canadiennes et qui permettent de combler les lacunes en matière de capacité. Ces lacunes sont mises en évidence au moyen d'évaluations du risque et de la vulnérabilité et de la consultation des communautés de praticiens, ainsi que de la collaboration avec des organismes centraux et des entités stratégiques, opérationnelles et de renseignement.

Les investissements doivent contribuer à atteindre le principal objectif du programme, c.-à-d. veiller à ce que les Canadiens et leurs institutions présentent une plus forte résilience aux menaces internationales et intérieures contre la sécurité et la sûreté publiques. Ces efforts sont guidés par un ensemble d'objectifs à long terme, soit les suivants : la circulation sécuritaire et efficace des gens, des biens et des services à la frontière et aux points d'entrée du Canada, un système relié et intergouvernemental de gestion des urgences nationales, de la sécurité et du renseignement et la confiance du public à l'égard du fait que les risques sont détectés, évalués et éliminés d'une façon qui respecte les valeurs canadiennes.

Catégories d'investissement

Trois catégories distinctes d'investissement permettent d'exécuter le PCSS, lesquelles donnent lieu au financement de neuf types de projets de S et T.

  • Un appel de propositions annuel par voie concurrentielle invite à soumettre des propositions de projet novatrices qui permettent de combler les lacunes de la capacité liées à la sécurité et à la sûreté publiques.
  • Des investissements ciblés permettent à RDDC CSS de financer directement les projets et les activités qui s'attaquent aux lacunes critiques qui ne sont pas bien comblées par l'appel de propositions ou par d'autres moyens.
  • Le développement communautaire soutient les activités des communautés de praticiens. Ces communautés sont des groupes d'experts issus de différents organismes qui collaborent pour aborder les risques et les vulnérabilités, pour mettre en évidence les lacunes de la capacité et pour élaborer des propositions visant à relever ces défis.

Types de projet

  • Les études utilisent des analyses ou des examens fondés sur des données probantes pour examiner les problèmes de sécurité et de sûreté publiques connus, et pour définir les problèmes ou les solutions.
  • Les projets de recherche et développement sous-tendent une recherche appliquée qui produira de nouvelles connaissances ou permettra d'instaurer une nouvelle sensibilisation, tout en comblant les lacunes de la capacité définies par l'utilisateur.
  • Les démonstrations technologiques font progresser la maturité des technologies, des applications ou des fonctionnalités en intégrant la S et T au contexte opérationnel. Cela permet à RDDC et à ses partenaires de collaborer directement avec la communauté opérationnelle.
  • Les ateliers servent de forums permettant aux parties prenantes de partager leurs connaissances et leur expérience, ainsi que de trouver et d'élaborer des solutions pour relever les défis associés à la sécurité et à la sûreté publiques.
  • Les projets axés sur la prestation de conseils et d'orientation permettent aux parties prenantes de présenter une analyse fondée sur des données probantes permettant d'appuyer l'élaboration, la planification et la prise de décisions stratégiques.
  • Les projets d'acquisition de la technologie s'intéressent à l'acquisition stratégique des technologies visant à améliorer des fonctionnalités précises.
  • Les projets de transition de la S et T intègrent la technologie aux systèmes actuels des gens, des outils, des processus ou des fonctionnalités, afin de faciliter la transition entre le laboratoire et le groupe des intervenants d'urgence.
  • Le soutien opérationnel par l'entremise de projets de S & T appuie les gestionnaires des urgences, aux intervenants et aux responsables de la sécurité du Canada dans le cadre de planification, des opérations et des exercices par l'entremise de l'accès en temps utile à des connaissances scientifiques et technologiques.
  • Le soutien opérationnel par l'entremise de projets d'essai et d'évaluation permet d'aider les policiers, les pompiers, les membres des services médicaux d'urgence et d'autres parties prenantes à évaluer le rendement des technologies et des processus dans des cadres opérationnels réels ou simulés. Ce type de projet sera administré principalement par l'Installation d'essai et d'évaluation de ressources et procédures pour les intervenants d'urgence.

Installation d'essai et d'évaluation de ressources et procédures pour les intervenants d'urgence

Une partie du financement prévu dans le cadre du programme a été affectée pour mettre sur pied l'Installation d'essai et d'évaluation de ressources et procédures pour les intervenants d'urgence (IEERPIU) de RDDC, à Regina. L'Installation sera principalement chargé d'exécuter le volet essais et évaluation du PCSS, en se concentrant sur le soutien de la communauté des intervenants d'urgence à l'échelle du Canada, mais également en tenant compte des besoins de l'ensemble de la communauté de la sécurité et de la sûreté publiques. L'Installation collaborera avec les utilisateurs, les universités et les partenaires de l'industrie afin de mettre en place des projets collaboratifs pour mettre à l'épreuve et évaluer les technologies potentielles. Cela comprend l'évaluation de l'efficacité et des limites éventuelles des technologies, ainsi que l'examen des normes, des processus et des méthodes connexes.

Renseignements