Conseil national de recherches Canada-CNRC

Conseil national de recherches Canada-CNRC

18 déc. 2008 12h30 HE

Le gouvernement canadien investit dans la recherche en sciences nutritionnelles et en santé à l'I.P.E.

CHARLOTTETOWN, ILE-DU-PRINCE-EDOUARD--(Marketwire - 18 déc. 2008) - L'honorable Gary Goodyear, ministre d'Etat (Sciences et Technologie), et l'honorable Gail Shea, ministre des Pêches et des Océans, ont annoncé aujourd'hui que le gouvernement canadien réinvestira dans la grappe technologique en sciences nutritionnelles et de la santé du Conseil national de recherches du Canada (CNRC) à Charlottetown. L'investissement permettra aux chercheurs de l'Ile-du-Prince-Edouard de poursuivre leurs travaux en vue de prévenir la maladie et d'améliorer la santé des Canadiens.

"Notre gouvernement sait pertinemment que, pour devenir plus compétitive, l'économie canadienne doit miser sur les progrès scientifiques et technologiques. Notre qualité de vie s'en trouvera aussi améliorée", a déclaré le ministre Goodyear." En continuant d'alimenter l'innovation en sciences et en technologie, nous créerons des emplois de qualité pour les Canadiens tout en rehaussant le niveau de vie de la population."

"Je suis heureuse de cet appui apporté aux sciences et à la technologie de l'Ile-du-Prince-Edouard", a ajouté la ministre Shea. "Un tel investissement fera en sorte que les chercheurs de la province demeureront à la tête de la recherche en santé au Canada, pour le bienfait de son entière population."

La grappe technologique en sciences nutritionnelles et de la santé du CNRC rassemble des experts du CNRC, d'autres organismes gouvernementaux, de l'industrie ainsi que des universités et des collèges. Collectivement, ces spécialistes cherchent comment améliorer la santé des Canadiens, principalement en prévenant la maladie. Les membres de la grappe tentent d'établir comment exploiter les ressources terrestres et marines renouvelables qui existent dans la nature pour s'attaquer à des problèmes cruciaux pour la santé. Les chercheurs s'intéressent particulièrement aux conditions associées au vieillissement, à l'obésité, aux infections et au système immunitaire, notamment les troubles neurologiques comme les maladies de Parkinson et d'Alzheimer, les affections cardiovasculaires, le syndrome métabolique, le diabète de type 2, les viroses et les allergies.

"La grappe technologique en sciences nutritionnelles et de la santé illustre parfaitement comment le CNRC et ses partenaires coopèrent pour élaborer de vraies solutions aux problèmes de santé des Canadiens tout en aidant le secteur des biosciences de l'I.-P.-E. à poursuivre son essor", a déclaré Pierre Coulombe, président du CNRC. "En réinvestissant dans cette grappe, le gouvernement permettra aux chercheurs de renommée internationale de l'I.-P.-E. de découvrir de nouveaux composés bioactifs, naturels et renouvelables qui auront une incidence bénéfique sur la santé humaine."

Les grappes de technologiques sont de vastes partenariats communautaires où l'industrie, les universités et les collèges ainsi que tous les paliers de l'administration publique s'épaulent pour procurer un avantage concurrentiel au Canada par la recherche et l'innovation. Ces partenariats scientifiques et technologiques placent la communauté dans une excellente position pour attirer de nouveaux talents, séduire les investisseurs et multiplier les activités économiques.

L'investissement de huit millions de dollars dans la grappe de Charlottetown fait partie des 12 millions que le gouvernement canadien débloquera en deux ans dans le cadre de la troisième ronde de l'Initiative des grappes technologiques du CNRC.

FICHE D'INFORMATION

LA GRAPPE TECHNOLOGIQUE EN SCIENCES NUTRITIONNELLES ET DE LA SANTE DE CHARLOTTETOWN

Qu'entend-on au juste par "sciences nutritionnelles et de la santé"?
L'expression "sciences nutritionnelles et de la santé" désigne essentiellement la découverte et la commercialisation d'aliments fonctionnels, de nutraceutiques et de produits de santé naturels qui serviront à prévenir ou à traiter les affections associées au vieillissement, à l'obésité, aux infections et au système immunitaire.

- Aliments fonctionnels - ce sont des aliments qui font partie de l'alimentation usuelle, mais qu'on sait avoir des effets bénéfiques pour la santé ou qui, en plus de nourrir l'organisme, atténuent les risques de maladie chronique (par ex., les jus de fruits enrichis de calcium).

- Nutraceutiques - ce sont des substances isolées ou purifiées des aliments qu'on sait avoir des effets bénéfiques pour la santé ou qui protègent contre les maladies chroniques (par ex., les acides gras oméga-3, le lycopène et le carotène).

- Produits de santé naturels - dans ce groupe se retrouvent les vitamines et les oligoéléments, les herbes médicinales, les substances homéopathiques, les remèdes ancestraux, les probiotiques et les composés comme les acides aminés et les acides gras essentiels. On peut se les procurer sans ordonnance du médecin; les nutraceutiques en font partie.

A propos de la grappe technologique en sciences nutritionnelles et de la santé

La recherche et le développement sur la santé est l'une des priorités de la stratégie en sciences et en technologie du gouvernement canadien, et la recherche sur la nutrition occupe une place importante à ce titre. Le Conseil national de recherches du Canada (CNRC) ouvre avec ses partenaires de l'Ile-du-Prince-Edouard (I.-P.-E.) pour exploiter les débouchés commerciaux des produits bénéfiques à la nutrition et à la santé de l'être humain et des animaux. Grâce à son approche, le CNRC peut tirer parti de l'immense potentiel de l'I.-P.-E. dans le domaine des ressources biologiques terrestres et marines afin de faire progresser la recherche sur les sciences nutritionnelles qui servira à prévenir ou à prendre en charge les maladies liées au vieillissement, à l'obésité, aux infections et au système immunitaire.

Quelques chiffres

- Huit importants organismes de recherche et au-delà de 28 entreprises en sciences biologiques se s'ont installés à l'I.-P.-E. Au cours des trois dernières années, plus de la moitié de ces entreprises ont dépassé le seuil de rentabilité.

- L'institut de recherche du CNRC à Charlottetown (Institut des sciences nutritionnelles et de la santé) peut abriter jusqu'à 130 chercheurs et employés de soutien. On y trouve des locaux servant à l'incubation de nouvelles entreprises en sciences biologiques. L'Institut est donc devenu une plaque tournante pour la recherche coopérative en sciences nutritionnelles.

- Les ventes de boissons et d'aliments fonctionnels ou enrichis devraient augmenter de 35 pour cent pour passer de 96 à 130 milliards de dollars américains dans le monde d'ici 2011.

- Les ventes mondiales de nutraceutiques devraient dépasser 60 milliards de dollars américains d'ici 2012.

- En 2006, le marché des aliments fonctionnels et des nutraceutiques se chiffrait à 296 milliards de dollars.

- Une analyse plus étroite révèle qu'en 2006, les consommateurs ont acheté pour 200 milliards de dollars de nutraceutiques et de suppléments alimentaires alors qu'ils ont dépensé 216 milliards pour se procurer des produits biopharmaceutiques. Le point capital est que les aliments fonctionnels et les nutraceutiques constituent une dépense supplémentaire pour les consommateurs, qui souhaitent mieux prendre en charge leur santé, même lorsque ces produits ne sont pas couverts par les régimes d'assurance.

Le CNRC : un trait d'union entre les membres de la grappe

Pierre angulaire des activités poursuivies par la grappe de Charlottetown, le CNRC met en contact ses principaux partenaires, attire des experts renommés qui concourent aux projets de R-D, oriente la recherche à longue échéance, facilite l'aménagement d'infrastructures onéreuses mais indispensables, aide les futurs travailleurs du savoir en biosciences de la grappe en leur permettant d'acquérir de l'expérience sur le tas et en les encadrant de près, confère une précieuse crédibilité scientifique à l'élaboration des produits nutritionnels et coopère avec ses partenaires pour rehausser les capacités commerciales des membres de la grappe grâce à des ateliers mettant en relief les pratiques exemplaires.

Séduire les gens de talent

Les membres de la grappe coopèrent et élaborent de concert des produits, des procédés et des stratégies de commercialisation avant-gardistes. De son côté, le CNRC met en valeur l' I.-P.-E., présentant la province comme un véritable centre mondial de R-D en biosciences et d'expertise en sciences nutritionnelles. Le CNRC attire des participants internationaux en prenant part aux missions qui se rendent à l'étranger ou qui en viennent, en effectuant des présentations lors d'importants événements de l'industrie, en accueillant des colloques sur les biosciences, en concluant des ententes de collaboration ou de services rémunérés avec des entreprises situées hors de la province et en favorisant la genèse de capital de risque et l'expansion du secteur quand les entreprises membres de la grappe songent à s'implanter sur le marché mondial.

Un mot sur l'initiative des grappes technologiques du CNRC

Le Conseil national de recherches (CNRC) épaule le gouvernement canadien dans son désir de réaliser le potentiel des sciences et de la technologie au profit du Canada en s'associant avec l'industrie, les universités et les divers paliers de l'administration publique pour bâtir des grappes technologiques dynamiques un peu partout au pays. En alimentant une R-D de réputation internationale qui mise clairement sur la création de débouchés économiques pour les communautés canadiennes, les installations de recherche et les gens de talent du CNRC intensifient l'innovation au sein de la collectivité. Résultats? De nouvelles connaissances, de nouvelles compétences, de nouveaux partenariats et de nouveaux débouchés axés sur les priorités des Canadiens et des habitants du monde entier - soit, non seulement des innovations et des technologies qui contribueront à la santé et au bien-être, mais aussi des idées neuves qui feront progresser les secteurs de l'énergie, des transports et de l'environnement.

Les cinq premières années

En 2000, le CNRC lançait son programme des grappes technologiques en appuyant essentiellement les centres d'excellence en R-D du Canada atlantique. Les 110 millions de dollars investis dans les provinces de l'Atlantique ont permis aux installations de recherche du CNRC de devenir le moyeu de quatre grappes : celle des technologies océaniques de St. John's, celle des technologies de l'information et des affaires électroniques de Fredericton/Moncton, celle des technologies sans fil du cap Breton et celle des sciences de la vie de Halifax.

Face au succès remporté dans ces régions, le CNRC récidivait en 2002-2003 avec une nouvelle ronde de financement dans les provinces centrales et dans l'Ouest. Des sommes supplémentaires lui permettaient d'investir dans six autres grappes calquées sur le même modèle : celle des piles à combustibles et des technologies de l'hydrogène à Vancouver, celle des nanotechnologies à Edmonton, celle de la santé et du bien-être par les plantes de Saskatoon, celle des technologies biomédicales à Winnipeg, celle de la photonique à Ottawa et celle de la transformation de l'aluminium à Saguenay.

En 2003-2004, le CNRC complétait son portefeuille en ajoutant une grappe de technologie sur les infrastructures urbaines durables à Regina et une deuxième sur les sciences nutritionnelles et de la santé à Charlottetown.

Ces secteurs industriels mettent l'accent sur les priorités nationales, notamment celles de l'environnement, de l'énergie, de la santé, de la qualité de la vie et de l'économie. Le CNRC a joué un rôle déterminant dans ces initiatives en proposant ses réseaux, ses installations, ses compétences scientifiques, son savoir et son aide à l'industrie - des atouts d'une valeur inestimable pour ses partenaires de la communauté.

Si les travaux poursuivis aux installations de R-D et de commercialisation du CNRC des grappes régionales sont considérés parmi les plus pointus au monde, leur impact s'élargit beaucoup quand s'y ajoutent les autres atouts du CNRC, notamment le soutien à la recherche, le partage de l'information, le partenariat avec l'industrie, les réseaux nationaux et internationaux ainsi que l'octroi de licences pour l'exploitation des technologies. Grâce au CNRC, les entreprises canadiennes ont désormais accès à l'expertise, aux connaissances et à l'assistance dont elles ont besoin pour inventer, commercialiser et diffuser de nouvelles technologies.

Un leadership déterminé pour des résultats à long terme

Bien que le CNRC et ses partenaires aient fait beaucoup de chemin en l'espace de quelques années à peine, il faut souvent des décennies avant qu'une grappe technologique parvienne à maturité et que son impact sur l'économie se fasse pleinement sentir. Le CNRC est parvenu à une étape cruciale où il doit bâtir sur ce qui a déjà été réalisé. Ce n'est qu'en persévérant dans la voie actuelle qu'on assurera l'évolution et la pérennité des grappes. Nous sommes persuadés qu'un engagement soutenu de tous les intéressés dans ces importants domaines de la R-D concourra considérablement à la réussite du Canada sur la scène internationale à l'avenir.

www.nrc-cnrc.gc.ca

Renseignements

  • Conseil national de recherches Canada
    Institut des sciences nutritionnelles et de la santé
    Lise Lafontaine
    Conseillère en communications
    Cell. : 902-218-0097
    lise.lafontaine@nrc-cnrc.gc.ca
    ou
    Conseil national de recherches du Canada
    Communications et relations du CNRC
    Natalie Hall
    Conseillère en relations avec les médias
    613-990-6091
    natalie.hall@nrc-cnrc.gc.ca
    ou
    Cabinet de l'honorable Gary Goodyear
    Ministre d'Etat (Sciences et Technologie)
    Gary Toft
    Directeur des Communications
    613-943-7599